Jeux olympiques

JO – Le récap’ fou de la journée du 3 août

Cyclisme sur piste JO 2020

Dans cette journée complètement folle, les records sont tombés comme si de rien n’était. Les équipes de France de basket et de volley nous ont régalés, les cyclistes sur piste tricolore ramènent le bronze ainsi que leur première médaille à la délégation et Elaine Thompson-Herah voit encore double. On résume cette journée de folie juste en-dessous. 

Le sport collectif tricolore impérial

Cette journée a été marquée par la réussite du sport collectif français. D’abord, le basket, où l’équipe de Vincent Collet a battu l’Italie en quarts de finale 84-75 grâce à d’excellents Evan Fournier et Nicolas Batum. Les deux avaient sans doute un poids en moins maintenant que leur avenir est scellé pour la prochaine saison de NBA. Cela s’est ressenti sur le terrain, tant sur le plan des statistiques que sur le plan leadership. Ils affronteront la Slovénie de Luka Dončić en demi-finales. Rappelons que le génie de Dallas n’a jamais perdu avec sa sélection pour le moment en 17 matchs. Le défi s’annonce de taille pour les Bleus s’ils veulent sécuriser leur médaille olympique.

Plus tard dans la journée, les volleyeurs ont renversé les Polonais. En effet, menés deux sets à un, les hommes de Laurent Tillie n’ont jamais rien lâché et ont fait preuve d’une mentalité d’acier. Le 5e set s’est terminé en apothéose avec un sauvetage du coach bleu après un point gagné par les Polonais puis par une victoire officielle des Tricolores 15-9 contre les doubles champions du monde en titre. La France ne s’était jamais qualifiée pour les quarts de finale de volley aux Jeux olympiques, alors cette demi-finale face à l’Argentine aura un goût succulent quoi qu’il arrive, même si les Bleus viseront le plus haut possible.

Les records s’enchaînent en cyclisme sur piste

Ce matin, le monde du cyclisme sur piste féminin a connu quelque chose d’historique. Les Allemandes ont battu deux fois leur propre record du monde en poursuite par équipes, réalisé la veille. Ce lundi 2 août, l’équipe composée de Brausse, Klein, Brennauer et Kroeger avait battu le record du monde de la discipline avec un temps de 4:07.307 en qualifications. Néanmoins, ce matin, ces mêmes personnes ont encore amélioré leur temps en 4:06.159. Cela s’est déroulé avant la finale qui s’est conclue avec un chrono de 4:04.249. Un record pulvérisé de trois secondes en tout, une marque historique qui restera gravée dans l’Histoire des Jeux à tout jamais.

Chez les hommes, les records et les médailles sont également tombés très vite. Durant l’épreuve de vitesse par équipes, les Pays-Bas ont battu le record olympique avec un temps de 41.431 lors du premier tour. Un grand exploit déjà dans une carrière. Toutefois, Lavreysen, Hoogland et van den Berg n’étaient pas au bout de leurs surprises puisqu’en finale, le record tombe une nouvelle fois à quelques millièmes de seconde en 41.369. Les Pays-Bas empochent donc la médaille d’or avec le record olympique, de quoi bien dormir cette nuit. De leur côté, les Français ont terminé troisième de cette épreuve et ramènent le bronze à la délégation, la première médaille en cyclisme.

Elaine Thompson-Herah voit double une nouvelle fois

Après son titre olympique en 100 m, Elaine Thompson-Herah a doublé la mise sur 200 m cet après-midi avec un temps de 21.53. Comme aux Jeux olympiques de Rio, la Jamaïcaine s’impose sur les deux tableaux et remplit son palmarès de plus en plus fourni avec déjà cinq médailles olympiques et un titre de championne du monde.

Un Renaud Lavillenie blessé échoue, Tavernier au pied du podium 

Il visait une grande performance dans ces Jeux de Tokyo mais Renaud Lavillenie n’a pas pu concourir à son maximum, blessé aux deux chevilles. Sa première blessure intervient lors de l’échauffement où il dit que sa perche s’est tapée dans le butoir. Sa cheville droite est touchée mais le Tricolore veut continuer. En forçant sur la gauche, elle cède à son tour. L’ancien recordman du monde termine huitième, un résultat décevant. Il affirme cependant tout faire pour être présent à Paris 2024. Dans cette même compétition, le prodige suédois Armand Duplantis termine premier avec 6,02 m. Un score incroyable qui a laissé tout le monde sur le côté. Il a demandé à ce qu’on place la barre à 6,19 m pour aller chercher le record du monde en prime. Duplantis l’effleure mais ne l’atteint pas.

En lancer de marteau, la Française Alexandra Tavernier termine au pied du podium malgré un bon tournoi olympique. Avec seulement 74,41 m, c’était trop juste pour espérer une médaille au vu de la concurrence. La Polonaise Anita Włodarczyk s’installe sur la première marche pour la troisième olympiade consécutive, avec un lancer à 78,48m, une première dans le sport féminin.

Ce qu’il s’est passé dans les autres sports en bref

  • En saut en longueur féminin, le podium est constitué de Mihambo (7 m), Reese (6,97 m) et Brume (6,97 m)
  • En 800 m féminin, l’Américaine Mu termine première avec un chrono de 1:55.21 suivie de Hodgkinson (1:55.88) et de Rogers (1:56.81)
  • En boxe féminine (-57 kg), la Japonaise Irie décroche l’or chez elle. Vient ensuite Petechio en 2e place et Testa avec Artingstall en 3e
  • En boxe masculine (-69 kg), le Cubain Iglesias prend l’or devant McCormack deuxième, Walsh et Zamkovoy troisièmes
  • En kayak (K1 200m F), Carrington récupère l’or en battant Portela Rivas et Jorgensen
  • En kayak (C2 1000m H), Cuba hérite de l’or en s’imposant contre la Chine et l’Allemagne
  • En kayak (K1 1000m H), la Hongrie fait une razzia en prenant l’or et argent avec Kopasz et Varga. Le bronze revient à Pimenta (POR)
  • En kayak (K2 500m F), la Nouvelle-Zélande obtient l’or devant la Pologne et la Hongrie
  • Pour son dernier jour, la gymnastique artistique a décerné des médailles en barres parallèles et fixes ainsi qu’à la poutre. En parallèles, le Chinois Zou termine premier, l’Allemand Dauser deuxième et le Turc Arıcan troisième. En fixes, le Japonais Hashimoto finit premier, suivi du Croate Srbić puis du Russe Nagorniy. Enfin, en poutre, les Chinoises Guan et Tang se saisissent de l’or et l’argent. Puis, Simone Biles termine ces JO compliqués pour elle avec le bronze
  • En haltérophilie (-109 kg), l’Ouzbek Djuraev prend l’or en ayant porté 430 kg. L’Arménien Martirosyan décroche l’argent avec 423 kg. Puis, le Letton Plēsnieks finit troisième avec 410 kg
  • En lutte gréco-romaine (-77 kg), le Hongrois Lőrincz termine premier, accompagné sur le podium par le Kirghizes Makhmudov (2e), le Japonais Yabiku et l’Azerbaïdjanais Huseynov (3es)
  • En lutte gréco-romaine (-97 kg), le Russe Evloev attrape l’or en battant l’Arménien Aleksanyan (2e). Le Polonais Michalik et l’Iranien Saravi terminent troisièmes
  • En lutte libre féminine (-68 kg), l’Américaine Mensah-Stock arrive en tête du podium. Elle précède la Nigériane Oborududu (2e), l’Ukrainienne Cherkasova et la Kirghizes Zhumanazarova (3es)
  • En plongeon (tremplin 3 m), la Chine récolte deux médailles avec Xie et Wang qui sont d’or et d’argent. Le Britannique Laugher ferme la marche du podium

Une nouvelle journée se termine à Tokyo. Ces Jeux deviennent de plus en plus excitant notamment dans les sports collectifs où les matchs cruciaux ne vont pas tarder à démarrer. La France étant performante dans ceux-ci (mis à part en football), il faudra supporter nos équipes pour espérer rêver grand. 

Crédit photo : Picture alliance / Roth

Écrire un commentaire

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières publications

Remonter au début
Vous n'avez pas la permission de vous inscrire