Football

Le FC Sète et le SC Bastia se quittent bons amis

Hier soir, Ben Saada et sa bande étaient en déplacement sur l’île singulière pour y affronter le FC Sète 34. Auteurs d’un match solide, les joueurs de Nicolas Guibal ont tenu tête au leader bastiais.

FC Sète – SC Bastia : le film du match

Les locaux entament bien le match comme face à Quevilly-Rouen. Pourtant, ce sont les Corses qui se procurent la première occasion au quart d’heure de jeu. L’inoxydable Chaouki Ben Saada frappe mais Pappalardo est sur la trajectoire. Quelques minutes plus tard, un coup-franc de Kaïboué trouve Elisor qui d’une tête puissante envoie le ballon dans les filets. Mais l’arbitre signale une faute, l’incompréhension demeure chez les Dauphins. Cela aurait été un joli clin d’œil de voir l’Ajaccien ouvrir le score face aux Bastiais. On retrouve Elisor, très en jambe ce soir, qui après un débordement côté gauche, ne parvient pas à trouver Orinel avec son centre (37e). Le dernier frisson du premier acte est signé Schur. Le numéro 8 du Sporting voit sa frappe heurter la barre de Vincent Pappalardo (41e).

Deuxième période

Cette fois-ci, c’est le SC Bastia qui met le pied sur le ballon. Après un slalom dans la défense verte et blanche, Ben Saada tente sa chance mais voit sa tentative s’envoler. A partir de l’heure de jeu, Sète se procure beaucoup d’occasions. Après un centre de Kaïboué, Orinel n’arrive pas à redresser le ballon au second poteau (55e). Le latéral gauche prêté par le MHSC s’essaye sur coup-franc mais Vincensini réalise une belle parade (60e). C’est au tour de Baana Jaba d’être dangereux, après un joli service de Souda, le numéro 11 de Sète se retrouve face au portier de Bastia mais ce dernier réussit sa sortie et s’empare du ballon. A la 79e minute, l’entrant Ferhaoui n’est pas loin d’offrir les 3 points à son équipe. Après une belle ouverture de Hsissane, Baana Jaba rentre dans la surface et centre en retrait pour Ferhaoui mais ce dernier ouvre trop son pied et le cuir fuit le cadre. Sous les yeux d’Andy Delort, le FC Sète et le SC Bastia partagent les points (0-0).

Kylian Kaïboué et Chaouki Ben Saada

Kylian Kaïboué et Chaouki Ben Saada

C’est le moment de parler d’arbitrage ?

Après la défaite face à Quevilly-Rouen sur un penalty de Dadoune, les dirigeants de Sète sont montés au créneau. En 2 matchs face à QRM, Sète s’est incliné 2-0 et 0-1 sur 3 penaltys. France Bleu rapporte les propos du président Gambetti après le match : “Trois pénos dont deux très litigieux, c’est trop“. Ce dernier espère “Que les grosses équipes du championnat ne sont pas favorisées par rapport aux plus petites ou aux promus“. Il n’est pas le seul à s’être exprimé à l’issue de la rencontre. Nicolas Guibal, le coach, a lui aussi blâmé l’arbitrage : “J’en veux à l’arbitre, qui est tombé dans le panneau des joueurs de Quevilly, qui ne faisaient que pleurer (…) Après, les arbitres font partie intégrante du jeu, et ça ne nous a pas réussi.

Hier soir, face à Bastia, les sétois se sont fait refuser un but, à priori valable et auraient bu obtenir un penalty en début de match. D’autant plus qu’un joueur comme Anthony Robic, fautif à plusieurs reprises et véhément envers le corps arbitral n’a pas été sanctionné. Alors, les gros clubs de ce championnat sont-ils arbitrées d’une manière différente que les promus ? Chacun se fera son avis. Une chose est sûre, le vent souffle rarement en faveur du FC Sète, surtout face aux grosses écuries de ce championnat de National. Pour les sétois, il ne faut pas se réfugier derrière ces faits de jeu, mais tenter de minimiser leur importance en étant d’autant plus efficace dans la zone de vérité.

Sète jouera le 5 mars sur la pelouse de Boulogne et le 9 mars à Bauer pour y affronter le Red Star. Les hommes de Nicolas Guibal doivent absolument engranger des points. Le FC Sète n’est qu’à 2 unités de la zone rouge.

Écrire un commentaire

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières publications

Remonter au début
Vous n'avez pas la permission de vous inscrire