Football

Les Baby Gunners à la conquête de l’Europe

baby gunners

Arsenal retrouve des couleurs cette saison et ses Baby Gunners n'y sont pas pour rien. Encore l'an passé, l'équipe enchaînait les déconvenues ce qui les avait d'ailleurs placé à la 8e place du championnat. Mikel Arteta disposait donc en début de saison, d'une année sans compétition européenne à exploiter. Bien que cela soit inhabituel pour un club comme Arsenal, le technicien espagnol en a profité pour roder ses jeunes pépites.

De Bukayo Saka à Charlie Patino, en passant par des recrues en bas âge comme Martinelli, les Gunners sont vraisemblablement en train de se construire une nouvelle armée. Cette mentalité est loin d'être nouvelle. En effet, cela fait plusieurs saisons que les Londoniens pensent au futur à travers sa formation. L'après Wenger a marqué un tournant dans l'histoire du club et les entraîneurs qui ont suivi n'ont pas tout de suite privilégié la jeunesse. On pense bien entendu à des erreurs de casting à l'image du Brésilien Willian ou encore Nicolas Pépé pour qui le club a dépensé 80 millions.

Toujours est-il qu'entre-temps, Mikel Arteta est arrivé. L'ancien joueur des canonniers a appris aux côtés de son mentor, Pep Guardiola, que les équipes de jeunes peuvent représenter un véritable atout au moment de prévoir son effectif. Mikel a donc intégré plus fréquemment des joueurs U23 mais en a aussi prêté certains pour qu'ils continuent leur progression. L'année précédente s'est montrée compliquée en termes de résultats. Or, elle est sûrement à l'origine de la réussite du club aujourd'hui. Effectivement, des minots comme Saka, Smith Rowe ou encore Odegaard (prêté par le Réal) ont accumulé de l'expérience au fil des matches joués. On parle souvent de cohésion d'équipe. Et bien l'année 2020-2021 a permis de créer quelque chose de nouveau au sein du club. Avec les défaites, le groupe s'est ainsi formé dans la difficulté.

LES BABY GUNNERS COURENT APRÈS LA LDC

Au crépuscule de cette saison, Arsenal est toujours dans la course à la 4e place. À cinq journées de la fin, ils occupent cette fameuse position mais ne compte que deux points d'avance sur leur rival Tottenham. Le North London Derby a d'ailleurs lieu dans deux semaines et sera forcément décisif. Cependant, pour en arriver à se battre pour l'Europe, l'équipe a dû franchir d'autres caps. Les Gunners ont complètement loupé leur début de saison avec trois défaites en trois rencontres. Les attractions locales, Emile Smith Rowe et Bukayo Saka ont mis du temps à démarrer. Il faut dire que les deux ont changé de dimension cet été. Le premier a signé un nouveau contrat en prenant au passage le numéro 10. Tandis que l'autre a loupé son pénalty en finale de l'Euro devant tout son pays. À son retour à la maison, Bukayo a délaissé son numéro 77 pour prendre le 7.

Les enfants veulent donc s'émanciper et avoir plus de responsabilités. Dans le 4-2-3-1 de Arteta, ESR évolue soit à gauche, soit dans l'axe. De son côté, Saka s'occupe de l'aile droite. Au sein de l'effectif le plus jeune du championnat (24,6 ans de moyenne d'âge), le gaucher des Three Lions est une pièce maîtresse du système de jeu. Titulaire sur 31 des 33 matches de PL depuis le début de la saison, il a marqué 11 buts et a délivré 5 passes décisives. Sans oublier qu'il propose en moyenne deux passes clés par match. Pour Emile, des blessures et une baisse de régime sont venues perturber son état de forme. En 29 rencontres disputées, il est sorti 10 fois du banc. Cela n'en fait pas pour autant un joueur sans influence. Ses 10 buts et 2 passes dé, ainsi que ses nombreuses percées pour remonter le ballon sont là pour en témoigner.

LES BABY GUNNERS PAR PROCURATION

Saka et Smith Rowe ne sont pas les seuls garants de la réussite d'Arsenal. Il faut souligner que cette saison, le club a très bien recruté pour mettre tout le monde dans les meilleures conditions. Le transfert de Martin Odegaard en est le parfait exemple. Le Norvégien a prolongé son séjour londonien de quelques années après son prêt prometteur. Désormais, il est même le capitaine de l'équipe lorsque Alexandre Lacazette ne joue pas. À 23 ans, sa venue confirme tout simplement la vision du club à long terme sur ses investissements. Aujourd'hui, Odegaard est installé confortablement au poste de meneur de jeu. Sa vista et sa forte activité lorsque Arsenal a le ballon font de lui un joueur difficile à marquer.

Avec 31 matches de PL joués, il fait lui aussi partie des petits chouchous du coach. Ses 6 buts et 4 passes décisives sont également un bon début surtout pour un joueur qui se classe 8e au nombre de passes clés par match en championnat. Par ailleurs, on peut remarquer que la connexion est bien établie entre le blondinet et le numéro 7 des Gunners. Enfin, Gabriel Martinelli illustre également la notion de “Baby Gunner par procuration”. Arrivé à 17 ans en provenance du Brésil, Gabi est un espoir du club. Récemment touché par les blessures, il est tout de même revenu à un bon niveau. Son jeu, basé en grande partie sur sa vitesse et ses dribbles, manque parfois de variance. Cependant, à 20 ans il dispose d'une assez grande marge de progression. Plus encourageant encore, il a connu ses premières sélections avec le Brésil en mars dernier, comme quoi le travail paie.

APRÈS CELA IL RESTE QUI ?

Vous pouvez vous en douter, la jeunesse londonienne ne se résume pas qu'à quatre joueurs. Par exemple, un Baby Gunner attire actuellement l'attention sur lui : Eddie Nketiah. Longtemps remplaçant derrière Aubameyang puis Lacazette, il l'était encore après le départ du Gabonais. En recherche de temps de jeu, son prêt à Leeds en 2020 n'avait pas non plus été une grande réussite. Mais depuis quelques semaines, l'attaquant formé au club enchaîne quelques matches avec des prestations plutôt bonnes. Son doublé contre Chelsea a permis à Arsenal de stopper une série de trois défaites d'affilée. Et puis derrière, son match contre Manchester United a lui aussi été réussi. Cependant, Nketiah est en fin de contrat à la fin de la saison et il n'est pas encore question de le prolonger. D'autant que le club cherche à recruter un grand buteur.

Folarin Balogun, attaquant lui aussi formé à Londres, va devoir se poser les bonnes questions. Actuellement prêté à Middlesbrough, il pourrait devenir la doublure de la future recrue offensive. Or, à 20 ans, un jeune a besoin de temps de jeu pour se développer. Par exemple, un prêt serait une bonne idée pour des pépites comme Charlie Patino et Marcelo Flores. Le premier a fait ses débuts avec l'équipe fanion cet hiver. Pour le second il impressionne beaucoup lorsqu'il joue avec les U23, ce qui lui a d'ailleurs valu d'être sélectionné pour la première fois avec le Mexique. Enfin, Arsenal peut compter sur d'éventuels retours à la fin de la saison. On pense notamment à William Saliba qui réalise une année de patron au sein de la défense de l'OM. À voir si l'international Français acceptera la concurrence avec White et Gabriel.

L'an passé, We Sport concluait cet article en disant que la tempête serait bientôt finie à Arsenal. Le moins que l'on puisse dire, c'est que cette année, le jardin est bel et bien en train de fleurir. 

Photo : Arsenal

Dernières publications

En haut