Football

Ligue 1 : DFCO: Pourquoi le mécanisme ne se met pas en marche ?

Depuis le début de saison, le DFCO galère à trouver le bon mécanisme pour se mettre en marche en Ligue 1. Alors que le mercato est loin d’être mauvais sur le papier, à qui ou quoi la faute ?

Après deux saison compliquées en Côte d’Or, le DFCO avait comme volonté de se relancer en Ligue 1 et tenter de ne pas jouer le maintien. Néanmoins, le jeu de Stéphane Jobard ne prend pas, et l’équipe est toujours à la recherche de sa première victoire. Une nouvelle saison qui démarre mal malgré beaucoup de changements dans l’effectif.

Un recrutement excellent sur le papier, mais qui peine sur le terrain

Des départs de cadres et de joueurs performants

Une fin de cycle commençait à se sentir en Bourgogne. Des cadres de l’effectif , présents depuis des fois la Ligue2, quittent le navire. Le meilleur buteur de l’histoire du DFCO Julio Tavares et Romain Amalfitano prennent la direction de l’Arabie Saoudite (Al-Faisaly), tandis que Florent Balmont prend sa retraite. Dans les autres départs notables, le gardien Alfred Gomis, sauveteur du club sur plusieurs rencontres, s’en va à Rennes avec Nayef Aguerd pour un beau chèque; Mickaël Alphonse est vendu à Amiens et Alex Rùnarsson crée la surprise en rejoignant Arsenal dans l’incompréhension totale.

D’autres joueurs voient leur aventure s’arrêter au DFCO. C’est le cas d‘Enzo Loïodice, non conservé après son prêt à Wolverhampton, il décide d’accepter le défi de Las Palmas en D2 Espagnole. Aucun prêt (Cadiz, Mavididi, Mendyl) n’est prolongé et/ou conservé. Par ailleurs, l’histoire autour du refus du transfert de Stephy Mavididi a créé un bon scandale autour du joueur. Alors qu’il devait rester à Gaston-Gérard, il refuse le contrat car il souhaite retourner jouer en Angleterre pour se rapprocher de sa famille. Ni une, ni deux, il signe à Montpellier quelques jours plus tard.

Ribambelle d’arrivées à coup de chèques et de prêts

Il faut désormais remplacer tout ce beau monde et trouver également des doublures à certains postes. Et tout a été fait pour obtenir un effectif complet pour la saison 2020-2021. Avec 16M€ investis, beaucoup de renforts sont à constater. Deux gardiens, Saturnin Allagbé (Niort) et Anthony Racioppi (Lyon), en rotation pour déterminer le numéro 1. Du côté de la défense, deux arrières gauche en prêt avec Annibal Chalà (Toluca) et Arthur Zagré (Monaco), un latéral droit avec Sacha Boey (Rennes) et un défenseur central prometteur avec Jonathan Panzo (Monaco). Le milieu a été peu renouvelé puisque seul Pape Diop rejoint le DFCO en prêt avec option d’achat.

Le plus gros chantier a été l’attaque. En effet, depuis les départs de Saïd, Sliti et Kwon, et le prêt de Mavididi, la rotation est à la peine. C’est pourquoi Bersant Celina (Swansea), Roger Assalé (Berne), Eric Ebimbe (Paris), Alex Dobre (Bournemouth) et Moussa Konaté (Amiens) constituent désormais l’armada offensif. Avec 10M€ et 3M€ potentiels supplémentaires, l’attaque a englobé une grande partie des dépenses de ce mercato.

Sur le papier, cela représente le meilleur mercato en termes de standing et de qualité pour le club. Le onze titulaire connaît beaucoup de changements et de rotation. C’est pourquoi la cohésion d’équipe se fera avec beaucoup de patience.

Un départ catastrophique couplé à un changement d’entraîneur

C’est avec un nouveau Dijon dans sa globalité que Stéphane Jobard débute la saison de Ligue 1. Pas de changements dans les tactiques utilisées, le 4-2-3-1 et le 4-3-3 sont à constater. Néanmoins, les mêmes lacunes se ressentent dans le jeu. De gros problèmes de création de jeu dans les 30 derniers mètres adverses et un repli défensif compliqué. Même si dans le jeu, les individualités se sentent par moments, le dispositif dans sa globalité est plus que fragile.

Et au final, cela se ressent dans les résultats. Avec seulement quatre réalisations en dix rencontres, l’attirail offensif peine à se mettre en marche. De plus, les fragilités défensives amènent à beaucoup de contre-performances, à domicile comme à l’extérieur. Six défaites et quatre matchs nuls. C’est à l’heure actuelle la seule équipe n’ayant toujours pas gagné en Ligue 1. Une crise qui a poussé Olivier Delcourt à se séparer de son technicien.

David Linarès, l’homme de la situation ?

Suite à quelques entretiens d’embauche qui n’ont pas plu aux dirigeants du club, David Linarès, alors adjoint de Stéphane Jobard, est titularisé pour les trois prochaines saisons. L’ancien joueur lyonnais, présent au club depuis 2005 comme joueur puis 2010 comme staff, arrive au sommet du club qu’il connaît par cœur. Après l’équipe C et les féminines, c’est la troisième formation que Linarès va prendre en charge au sein du club. Et pas des moindres puisque la barre est mise très haute avec la Ligue 1.

Le Jurassien a fort à faire. Dijon traverse une période creuse et il sera compliqué de redresser la barre rapidement. Beaucoup de points perdus contre des concurrents au maintien, et un calendrier compliqué qui se présage. Tout juste diplômé du DEPF, l’ancien milieu de terrain est lancé dans le grand bain sans bouée. A lui de faire ses preuves, mais Dijon joue le all-in, avec les risques qu’une descente puisse arriver, et les conséquences derrière.

C’est la panique dans la capitale de la Bourgogne-Franche-Comté. Il faut désormais remonter la pente en avançant doucement mais sûrement. Attention à ne pas exploser en plein vol, mais le plus important est de trouver la bonne recette tactique. Affaire à suivre après la trêve.

Crédit Photo en Une : DFCO – Vincent Poyer



Sport en directMercato Football Ligue 1
Écrire un commentaire

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières publications

Remonter au début
Vous n'avez pas la permission de vous inscrire
accumsan id Phasellus velit, leo. neque. Aenean dolor