NBA

NBA Bilan semaine 1 : les 76ers et les Lakers dans le dur

NBA

La NBA est de retour ! Après 4 mois d’attente, la North Basketball Association a repris ses droits mardi 18 octobre avec déjà son lot de surprises et de déceptions. Si certaines équipes ont répondu aux premières attentes, d’autres en revanche ont attaqué de la plus mauvaise des manières cette saison 2022/2023. Il est l’heure de faire un bilan de la première semaine de compétition en NBA.

Les favoris NBA au rendez-vous

Annoncés comme les 2 grands favoris dans la conférence Est, les Boston Celtics (3-0) et les Milwaukee Bucks (2-0) sont entrés pied au plancher dans leur saison 2022/2023. Impressionnantes et portées par leurs franchise player Jayson Tatum (34,7 pts et 8,3 rbds) et Giannis Antetokounmpo (32,5 pts et 12,5 rbds), ces 2 équipes ont fait comprendre à la concurrence qu’elles seraient au rendez-vous. Les Cleveland Cavaliers (2-1) ont également montré que l’intégration de Donovan Mitchell, arrivé du Jazz cet été, s’était déroulée sans accroc et que l’ancien joueur d’Utah était prêt à s’immiscer dans un collectif qui ne manque pas de talent. Privés de Lamelo Ball, les Charlotte Hornets (2-1) ont surpris en montrant du beau jeu lors de leurs 3 premières rencontres, tout comme les Washington Wizards (2-1), autour de leur duo Beal-Porzingis. Reste maintenant à toutes ces équipes à maintenir leur niveau de jeu actuel pour conserver leur dynamique.

Dans la conférence Ouest, peu de personnes auraient misé sur le Jazz d’Utah invaincu après 3 rencontres, qui plus est avec des succès sur les Nuggets, les Wolves et les Pelicans ! Avec un Lauri Markkanen sur sa lancé de l’Eurobasket (24 pts et 9,7 rbds), le Jazz affiche un jeu collectif flamboyant, mettant en sourdine les rumeurs de tanking (temporairement). Également invaincus, les Portland Trail Blazers de Damian Lillard (voir ci-dessous) avec trois victoires pour aucune défaite. En reconstruction, la franchise de l’Oregon a surpris son monde avec notamment un succès probant sur les Suns et une dernière victoire sur le terrain des Lakers. Malgré un effectif limité, les Blazers ne lâcheront rien, à l’image de leur meneur. Beau visage proposé aussi par les Spurs de San Antonio (2-1). Là aussi avec un roster taillé pour first pick de la draft, Greg Popovich et Keldon Johnson (21,7 pts et 7,3 rbds) surprennent et font plaisir à voir. Si ces équipes surprennent, d’autres comme les Memphis Grizzlies, les Golden State Warriors, les Denver Nuggets, les Phoenix Suns et les Los Angeles Clippers sont dans le coup avec 2 victoires en 3 rencontres. Est-ce que les Blazers, le Jazz et les Spurs pourront garder ce cap ? Réponse dans les semaines à venir.

Faux départ pour Philly et LA

Si voir des équipes comme le Thunder, les Rockets, les Kings et le Magic avec 3 défaites n’a rien de surprenant, retrouvez les Philadelphia 76ers et les Los Angeles Lakers dans le même panier l’est beaucoup plus. Parmi les favoris de la conférence Est, les 76ers ont montré un visage inquiétant avec peu d’intensité, comme son leader Joel Embiid. Si le pivot Camerounais (et Français, et Américain) souffre semble-t-il d’une blessure au pied, cela ne doit pas l’empêcher de montrer l’exemple sur le terrain dans son attitude. Nonchalant, il a laissé le lead de l’équipe à James Harden (26 pts et 9 passes de moyenne), sans pour autant remporter la moindre victoire. Un retard à l’allumage surprenant, mais la saison est longue et faite de temps forts et temps faibles.

Même constatation chez les Los Angeles Lakers, même si les problèmes présents étaient prévisibles. Si Lebron James et Anthony Davis font le boulot, les problèmes sont ailleurs. À commencer par Russell Westbrook. Le MVP 2017 exprime un mal-être sur le terrain qui traduit le malaise qui règne au Lakers. Terminant avec un 0 sur 11 aux tirs contre les Clippers, et en ratant un tir ouvert à 25 secondes de la fin contre les Blazers, R.Westbrook est un caillou dans la chaussure de Lebron James sans possibilité de l’enlever pour le moment. Autre problème criant, le manque de shooteur. Sans véritables tireurs à longue distance, le spacing est inexistant chez les Lakers, laissant les défenses se concentrer sur Lebron James et Anthony Davis. Sans mouvement dans l’effectif, la saison des Lakers risque bien d’être longue…

Le joueur de la semaine : Damian Lillard

De retour de blessure après une saison dernière gâchée par une blessure aux abdominaux, Damian Lillard a montré aux yeux de la NBA qu’il n’avait rien perdu de son incroyable talent. Après une rentrée en douceur (surtout maladroit) contre les Kinks avec 20 points, Dame Time a rectifié la mire avec 41 points contre les Suns et les Lakers, de quoi terminer sa première semaine de compétition à 34 points de moyenne. En plus de ses performances individuelles, le meneur des Blazers a mené la franchise de l’Oregon pour un bilan parfait de 3 victoires pour aucune défaite. De quoi en faire notre joueur de la semaine NBA !

La semaine des Français en NBA

Arrivé cet été aux Wolves pour un nouveau challenge, Rudy Gobert n’a pas tardé à se montrer efficace. Dominateur sous les panneaux, Gobzilla a en plus été cherché par ses nouveaux coéquipiers. Avec une pointe à 23 rebonds contre son ancienne équipe du Jazz, Rudy Gobert est bien parti sur les mêmes bases que la saison dernière. Pour Evan Fournier, la continuité est de mise. Toujours utilisé en catch and shoot par coach Thibodeau, Vanvan a fait ce qu’il sait faire avec les Knicks, bombarder à 3 points. Même si son utilisation laisse toujours à désirer, captain Fournier répondra toujours présent. Pour Nicolas Batum, son entrée en matière se fait dans la douceur. Avec le retour de Kawhi Leonard et un effectif bien fourni, Batman voit son temps de jeu se réduire comparé à la saison passée. Avec des coéquipiers fragiles, nul doute qu’il sera précieux pour les Clippers durant la saison et les play-offs.

Si pour nos fers de lance de l’équipe de France, la saison a bien débuté, pour les autres en revanche, il y a de quoi être inquiet. À l’image de Killian Hayes qui n’arrive pas à régler la mire avec les Pistons et qui pourrait voir son temps de jeu diminué en sortie de banc. Arrivé aux Hornets quelques jours avant le début de saison, Théo Malédon doit pour le moment se contenter des miettes, inquiétant avant de voir le retour de Lamelo Ball.

Les stats des joueurs Français

Rudy Gobert (Minnesota Timberwolves) : 15,7 pts, 18 rbds, 1,3 contres

Evan Fournier (New York Knicks) : 11 pts, 2,5 rbds, 2,5 ast

Nicolas Batum (Los Angeles Clippers) : 3,7 pts, 4,3 rbds, 1 ast

Killian Hayes (Detroit Pistons) : 3 pts, 2 rbds, 4 ast

Théo Malédon (Charlotte Hornets) : 3,0 pts, 0,5 rbds, 2,5 ast

Ousmane Dieng (Oklahoma City Thunder) : 1,7 pts, 2,3 rbds, 1 ast

Frank Ntilikina (Dallas Mavericks) : blessé

Moussa Diabaté (Los Angeles Clippers) : n’a pas joué

Olivier Sarr (Portland Trail Blazers) : blessé


Jérémy Ernou

Le sport est une religion

Dernières publications

En haut