NBA

NBA Christmas Day: 5 bonnes raisons de veiller toute la soirée

Finissez vite votre douzaine d'escargots, buvez une dernière coupe de champagne, laissez tomber la bûche de Noël qui sera de trop, et sautez vite dans votre canapé : le NBA Christmas Day est évidemment de retour comme chaque année. Rendez-vous dès 18h pour suivre l'intégralité des cinq rencontres qui vous emmèneront jusqu'au bout de la nuit. Des affiches, des chocs dans tous les sens, autant de raisons prétexte de veiller. Vous ne nous croyez pas? Voici cinq bonnes raisons de passer une soirée NBA. 

Les records du NBA Christmas Day prêts à tomber? 

La NBA, toujours plus offensive. C'est encore plus vrai cette année. Alors que les équipes et les joueurs ne cessent de réaliser des prouesses offensives hors du commun, certains records pourraient peut-être tomber, eux que l'on croyait intouchables. Les 60 points de Bernard King un 25 décembre peuvent-ils être réduits à néant? Possible, quand on connaît le parterre de stars qui seront présentes. Joël Embiid, le meilleur scoreur de la ligue qui tourne à plus de 34 points de moyenne, son dauphin Luka Doncic, Steph Curry, le plus grand shooteur de l'histoire, Damian Lillard, ou encore Devin Booker, dernier joueur en date à avoir scorer 70 points.

De quoi voir pleuvoir des paniers dans tous les sens. S'il est possible, comme souvent, que les premiers en action aient du mal à digérer le foie gras du midi, la soirée devrait monter crescendo. Et il y a fort à parier que le Suns – Maverick, dernière rencontre de la nuit, soit l'apothéose de cette journée toujours différente.

Giannis, le retour de vrai Freak? 

Il a les honneurs du NBA Christmas Day depuis de longues années maintenant. Et pourtant, ce match ne lui a que trop rarement souri. Contrairement aux deux dernières années, les Bucks et lui n'affronteront pas les Boston Celtics, qui les avaient humiliés l'an dernier (Boston s'était imposé de 21 points). Plus globalement, Antetokounmpo n'a pas encore marqué les esprits un soir de Noël. Il a bien mis 36 points et 12 rebonds il y a deux ans, mais il a aussi souvent peiné à dépasser les 20 points, comme contre les Warriors et les Sixers, il y a trois et quatre ans.

Il y a cinq ans, contre les Knicks qu'il retrouvera ce soir, il avait terminé avec 30 points et 14 rebonds, finissant fort le match, et faussant tout de même légèrement l'impression globale. En bon double MVP qu'il est, il se fera un malin plaisir de remettre l'église au milieu du village, dans la Mecque du Basketball.

Les deux derniers champions face à face 

Les Warriors, titrés en 2022, se déplaceront ce soir dans le Colorado, à Denver, champion l'été dernier. Un match que l'on aurait pu imaginer au sommet entre les deux derniers champions NBA. Mais les formes divergent, notamment pour Golden State, en difficulté cette année et qui sera privé de Draymond Green, suspendu pour une durée indéterminée. Néanmoins, ce choc permettra de mettre aux prises deux des meilleurs joueurs de la ligue : Steph Curry et Nikola Jokic.

Une rencontre qui pourrait être un sommet de spectacle tant les deux superstars aiment faire le show. On en salive d'avance.

Les joueurs internationaux à l'honneur 

Ils dominent la NBA de la tête et des épaules. Ils seront presque tous présents sur les parquets lors de ce NBA Christmas Day. Les joueurs internationaux, autrement dis les non américains, marchent sur la ligue depuis des semaines maintenant. Ils trustent même d'ailleurs les cinq premières places du classement virtuel pour le trophée de MVP. Joël Embiid, Camerounais de naissance, Nikola Jokic, Serbe, le Greek Freak, Giánnis Antetokoúnmpo, et le Slovène Luka Doncic, fouleront les parquets ce soir (à l'exception d'Embiid, qui devrait être absent), pour l'une des soirées les plus suivies Outre Atlantique. Seul manque à l'appel Shai Gilgeous Alexander, le Canadien du Thunder, qui devrait bientôt revenir et tête d'affiche.

La NBA s'internationalise et désormais, ses joueurs les plus performants ne sont plus nécessairement Américains. Pour notre plus grand bonheur.

Lillard, cinq ans après 

Il faut remonter à 2018 pour retrouver trace d'un NBA Christmas Day pour Damian Lillard. Dame D.O.L.L.A n'a plus eu les honneurs de Noël depuis un bon bout de temps, la faute à une équipe de Portland trop faible, devenue trop peu attractive. En quittant l'Oregon pour le Wisconsin, il s'est aussi offert le droit d'être à l'affiche de l'une des soirées les plus marquantes de l'année. De quoi lui donner le sourire.

Dernières publications

En haut