NBA

NBA : Les Lakers n’y arrivent décidément pas

On a cru à une embellie partie pour se pérenniser après leurs quatre victoires consécutives mais la nuit dernière, les Lakers comme à l’issue de leur précédente rencontre ont renoué avec la défaite. Pour une équipe qui aspire au titre de champion à la fin de saison, c’est un secret de polichinelle que Los Angeles n’arrive décidément pas être constante…

Le film de la soirée,

Pour ce dernier match de la nuit du 12 au 13 janvier, les coéquipiers de LeBron James avaient pourtant bien débuté la partie avec comme point d’orgue l’entrée en jeu de Stanley Johnson qui leur permettra de signer un 9-0 pour s’échapper (23-15). L’autre facteur X, c’est Malik Monk qui va se montrer impérial aux tirs avec une réussite à 100%. Los Angeles aura également profité de la dextérité d’Austin Reaves pour porter l’écart à +12 (51-39) dans le deuxième quart-temps. La balle circule à merveille, il y a de l’entrain, les feux sont au vert et on se dit que les visiteurs vont rouler sur leurs hôtes du soir. Que nenni.
Alors que le marquoir affiche ostensiblement une avance de 14 points en faveur des Lakers, ils vont tout à coup se liquéfier. En l‘espace de quelques minutes, ils vont encaisser un cinglant 8-0 juste avant la pause. Davion Mitchell apporte de la défense et du punch, et le duo Fox-Haliburton cisaille à guise la défense des Lakers. La tendance se confirme au retour des vestiaires puisque les Kings débutent par un 5-0. On est sur un 13-0 à cheval sur les deux mi-temps, et cette série se transforme en… 24-3 !
Sur un ‘’3-points’’ d’Harrison Barnes, les Kings signent dans la foulée un 15-0 et prennent 13 points d’avance (92-79). De l’autre côté, le ‘‘King’’ a des airs d’agneau. LeBron est maladroit, inefficace même aux lancers. Russell Westbrook lui, on n’en parle pas. L’ancien Wizard est tout simplement fantomatique. Pas de présence, une emprise sur le jeu minimaliste sinon inexistante, aucune prise d’initiative, aucun sursaut d’orgueil. Du néant. Seuls les jeunes comme Johnson, Monk ou Reaves sont à leur meilleur niveau mais ça ne défend pas, ça subit et surtout Sacramento joue sacrément bien.
Vers la fin du dernier quart-temps, l’estocade sera portée par Buddy Hield qui d’un autre-3points va porter le score à 101 contre 90. Grâce à Reaves, puis le duo LeBron-Monk, les Lakers vont croire au hold-up et réduire l’écart à deux unités à 90 secondes de la fin (118-116). Hélas ! Pour Sacramento, les choses ne pouvaient pas finir comme cela alors qu’ils sont à un doigt de renvoyer LA à ses cours. Alors que les Lakers sont sur un 8-0, Fox mais surtout Chimezie Metu vont porter le coup de grâce ! Lebron et ses pairs ne reviendront plus. Les Kings vont s’imposer 125 à 116.

Les grands enseignements de la partie,

L’épine sinon le boulet Westbrook : Les matches se suivent et se ressemblent pour Russell Westbrook. 2 sur 14 aux tirs cette nuit, mais surtout 8 sur 40 sur les trois derniers matches ! C’est écœurant ! Des statistiques indignes et qui mériteraient presque la guillotine de la part d’un joueur de son niveau et surtout d’un ancien MVP. Le ‘’Brodie’’ n’apporte clairement rien à cette équipe lui qui est pourtant venu pour seconder A.D et Lebron comme force motrice. A cette allure, on est en droit de se demander si ses jours à Los Angeles ne sont pas comptés…

Les Lakers à l’équilibre à mi- saison : 21 victoires, 21 défaites. C’est donc le bilan des Lakers à mi-saison. Information, c’est le plus mauvais bilan de LeBron James depuis son année rookie ! C’est dire que le mal est profond et que le ver se vautre dans le fruit !

Tops

LeBron James : Certes, LeBron signe un énième match à 30 points et plus, le 11e en 12 matches, et il s’est donné à fond jusqu’à la fin sans se ménager. Mais… son 3 sur 12 aux tirs à 3-points et son 5 sur 10 aux lancers-francs font tache. En défense, il se « repose » même s’il essaie de combler des brèches. On reste sur notre faim parce qu’on sait qu’il peut faire plus et que le King en avait plus à donner dans sa besace. Mais à 37 ans, il ne peut malheureusement pas être partout. Frustré, il a été le premier à rejoindre les vestiaires.
Le tandem Fox-Haliburton : C’est un savant dosage entre la vitesse et le sang-froid, un alliage plus que parcimonieux entre l’agressivité et la vista et qui donne sur le parquet une complémentarité enthousiaste. Les deux ont bien profité des largesses défensives des Lakers pour faire la différence en deuxième mi-temps.
Austin Reaves. C’est la vraie satisfaction de cette rencontre côté Lakers. Carmelo Anthony blessé, il a été le joker en sortie de banc et il apporte de l’enthousiasme et un grain de folie dans le jeu. En fin de match, il a pris des risques, il est sorti de sa carapace, il a fait preuve de culot…La confiance par lui affichée a entretenu à bien des moments un suspens qui finalement n’aura été que poudre aux yeux…

Flops

Russell Westbrook : On ne va pas s’acharner contre l’homme mais qu’est-ce que ses prestations sont soporifiques. Une déchéance dans le jeu et même dans le comportement qui crève l’œil et rebute à la limite. Depuis le début de saison, on lui trouve des excuses, mais ses 12 rebonds et ses 6 passes, ou même son unique balle perdue, ne compensent pas sa maladresse : 20% aux tirs depuis quatre matches. Visuellement, c’est un électron libre, qui court un peu partout, et se débarrasse de la balle à des moments où ses coéquipiers ne s’y attendent pas forcément…

Défensivement, RW a été plus que scolaire. Fox ou Haliburton ont en profité pour faire une promenade de santé.

Dernières publications

En haut