Ligue 1

OGC Nice : 5 raisons d’un début de saison réussi

Au lendemain de la 11ème journée de Ligue 1, l'OGC Nice est leader au classement. Une place qui aurait pu étonner de nombreux observateurs avant le début de la saison, mais qui n'a pourtant rien d'une surprise. Wesport vous propose de découvrir ensemble les raisons du succès des Aiglons depuis le début de la saison.

OGC Nice : la meilleure défense en Europe

Impossible de ne pas commencer cette analyse sans parler de la défense niçoise. 4 petits buts encaissés, seulement 13 marqués et aucune défaite au compteur, les statistiques parlent d'elle même. Hier soir contre le Stade Rennais (victoire 2-0), l'OGC Nice a enchainé une 6ème victoire de rang sans encaisser le moindre but. Le dernier bourreau des Aiglons ? Kylian Mbappé, le soir du 15 septembre. Depuis, les hommes de Farioli affichent une sérénité à toute épreuve. Le constat est d'ailleurs sans appel : après plus de 3 mois de compétition, l'OGC Nice possède la meilleure défense dans les championnats européens. Et si les supporters peuvent remercier la charnière Dante – Todibo, c'est Marcin Bulka qui illustre parfaitement cette solidité défensive.

Marcin Bulka, héros de la côte d'Azur

A 24 ans, Marcin Bulka devait sûrement se demander quand est-ce que sa carrière décollerait. Après avoir été formé en Pologne puis à Chelsea, le portier signe son premier contrat professionnel avec le PSG. Avec seulement 2 petits matchs au compteur dans la capitale, Bulka sera trimballer entre l'Espagne, Châteauroux puis à Nice, sous la forme de prêt. C'est d'ailleurs lors de sa première titularisation à l'OGC Nice que Paris aurait pu se rendre compte du potentiel de Bulka : 2 tirs au but arrêtés, et une prestation aboutie. 2 ans plus tard, Marci Bulka est officiellement Niçois, le club ayant levé sa clause d'achat le 1er juin 2022 pour seulement 2 millions d'euros. Avec un bon jeu au pied, une présence forte dans sa surface lors des coups de pied arrêtés, et de très bon réflexe, Marci Bulka est à l'image de l'OGC Nice : solide. En témoigne son double arrêt sur pénalty face à l'AS Monaco. La tâche n'était pourtant pas simple, puisque Marci Bulka devait remplacer Kasper Schmeichel, titulaire dans les buts niçois avant lui. Mais l'international polonais y arriver. Le meilleur joueur niçois a d'ailleurs été récompensé, en étant convoqué avec la Pologne lors du dernier rassemblement international.

OGC Nice

Marcin Bulka est l'un des hommes forts du début de saison niçois. Ici soulevé en héros après sa prestation XXL contre l'AS Monaco.
Source : Iconsport

Francesco Farioli, la pièce manquante de Nice

L'autre homme fort du superbe début de saison niçois est Francesco Farioli. Arrivé par la petite porte à l'intersaison, le coach italien est en train de réussir son pari. A l'instar de son prédécesseur, Farioli a immédiatement convaincu son vestiaire de lui faire confiance. Comme souvent désormais dans le football moderne, Farioli n'a obtenu son diplôme d'entraineur qu'après son entrée en fonction. Mais cela ne l'a pas empêché de se montrer immédiatement exigeant avec son groupe. Preuve en est avec cette statistique surréaliste : après près de 1000 minutes de temps de jeu (990), l'OGC Nice n'a jamais été mené au score cette saison. Aucun succès clinquant, un jeu épuré et une efficacité sans précédent, voilà la recette Farioli. Le jeune entraineur italien (34 ans) n'a jamais caché ses fondamentaux axés sur la défense. En témoigne le sujet de sa thèse lors de son examen d'entraineur : “Philosophie du jeu. L'esthétique du football et le rôle du gardien de but”. Aucun doute que Farioli a obtenu la meilleure des notes.

Les cadors de Ligue 1 réussissent aux Aiglons

Hier soir, les hommes de Francesco Farioli étaient attendus face à Rennes. Car l'OGC Nice est bel est bien l'équipe la plus efficace contre les gros de Ligue 1. En témoigne cette incroyable série. 1-1 contre le LOSC en ouverture du championnat, victoire 2-3 contre le PSG, un succès 0-1 contre Monaco, 1-0 face à l'OM. Des équipes qui réussissent d'autant plus à l'extérieur. Depuis le début de la saison, l'OGC a obtenu 13 points sur les 15 possibles en déplacement. Un bilan un peu moins clinquant à la maison (12/18) qui n'enlèvent rien à ce constat. L'OGC Nice fait peur aux cadors de la Ligue 1. D'ailleurs, en s'installant hier sur le fauteuil de leader, il serait temps de considérer le GYM comme l'un de ces gros morceaux. Prochain test XXL pour les hommes de Farioli ? Le 10 décembre contre le Stade de Reims, puis le 20 décembre, contre le RC Lens.

Rivere, une gestion parfaite en interne

Les supporters de l'OL et de l'OM doivent envier le président de l'OGC Nice. Bien différent des communications de Textor et Longoria, celles de Jean-Pierre Rivère est à l'image de son club : discrète mais efficace. Pourtant, de nombreux sujets auraient pu ébranler le stabilité recherchée par le président des Aiglons. Entre le scandale de l'affaire Galtier la saison dernière, la frayeur concernant Beka Beka ou les prises de positions controversées de Youcef Atal, nombreux se seraient brûlés les ailes sur les réseaux sociaux. Mais Rivère n'est jamais tombé dans le piège du tribunal médiatique, préférant communiqué sobrement et de manière officiel via le club. Résultat ? Les supporters niçois semblent enfin convaincus du projet INEOS, qui aura pris du temps à s'enraciner. Mais les résultats sont là.

Un calendrier alléger pour l'OGC Nice

Un autre élément pouvant expliquer les performances de l'OGC Nice se trouve peut-être là. Avec seulement 11 matchs disputés depuis le 11 août, les joueurs niçois ont le temps de souffler. Farioli peut prendre le temps de préparer son groupe, qui d'ailleurs marque souvent en fin de rencontre, lorsque ses adversaires commencent à tirer la langue. Fini les calendriers surchargés avec des compétitons européens en semaine. Si l'an dernier l'OGC Nice avait vécu une belle campagne de C4 (quart de finale), l'enchainement des matchs avait pesé sur le groupe. Mais c'est la loi des grandes équipes. Et à ce rythme là, si l'OGC Nice continue de briller en Ligue 1, il faudra prévoir un mercato digne de cela. Car c'est peut-être la Ligue des Champions que les supporters aiglons retrouveront, l'an prochain. Et ça, serait l'accomplissement d'une saison qui pour l'instant est parfaite.

Avec 25 points en 11 journées de Ligue 1, l'OGC Nice trône au sommet de la Ligue 1. Mais un seul petit point le sépare du PSG, et Monaco est en embuscade avec 23 points. De quoi nous offrir un remake de la saison 2016/17 où le GYM avait carburé toute la saison, avant de lever le pied. Mais pas question de parler de titre. Farioli le sait : il faut garder la tête froide, car le championnat est loin d'être joué.

Le sport, rien que le sport.

Dernières publications

En haut