Patinage artistique, bilan saison 2019-2020 – Danse (4/4)

0
patinage artistique
Le podium de la finale du Grand Prix à Turin, de gauche à droite : Madison Chock / Evan Bates (USA), Gabriella Papadakis / Guillaume Cizeron (FRA), Madison Hubbell / Zachary Donohue (USA)

Même si il s’est achevé prématurément, l’épisode 2019-2020 de la saison de patinage artistique nous aura réservé beaucoup d’émotions. We Sport vous propose un review complet, catégorie par catégorie, et on termine avec la danse.

Gabriella Papadakis et Guillaume Cizeron, des hauts et un bas

Un petit cataclysme. Voilà comment on pourrait qualifier l’épreuve de danse sur glace des championnats d’Europe. Cataclysme à l’échelle de la discipline, parce que cela faisait plus de 5 ans que Papadakis / Cizeron n’avaient pas été battus au niveau européen. Petit, parce que cela reste du sport, et que même si cette fantastique domination pouvait nous le faire oublier, ils restent humains. D’ailleurs, se concentrer sur ce seul point noir serait faire de l’ombre au reste de la saison, proche de la perfection : victoires à leurs deux Grands Prix (avec quelques records du monde au passage) et victoire à la finale en décembre dernier. Une saison qui se termine avec un petit goût amer certes, mais qui n’en reste pas moins fantastique et qui montre encore une régularité exceptionnelle au plus haut niveau.

La danse sur glace américaine

Madison Chock / Evan Bates et Madison Hubbell / Zachary Donohue s’entrainent au même endroit, à Montréal, et se disputent depuis deux saisons la tête de la danse sur glace américaine. Si l’année dernière, Hubbell / Donohue avaient pris l’avantage, cette saison Chock et Bates ont pris l’ascendant. Lors des trois confrontations directes entre les deux couples, ils ont gagné à chaque fois : finale du Grand Prix (2ème), championnat des Etats-Unis (1er) et 4 Continents (1er). Cependant, l’écart entre eux reste faible et la tendance pourrait s’inverser comme se renforcer l’année prochaine.

Ceux qu’on n’attendait pas : Kazakova / Reviya

La Géorgie n’est pas une nation qu’on a l’habitude de voir dans les grandes compétitions, mais ce couple pourrait bien nous faire mentir dans les prochaines années. Maria Kazakova, 18 ans, et Georgy Reviya, 21 ans, ont réalisé une excellente saison au niveau des résultats (victoire à la finale du Grand Prix junior et 2ème place aux Mondiaux junior) mais ils ont surtout marqué les esprits. Avec leur danse libre sur une reprise de Linkin Park, et avec surtout un stylé déjà affirmé pour des juniors, ils ont laissé leur marque auprès du public mais aussi des juges. Leur 14ème place aux championnats d’Europe seniors ne fait que confirmer cela, et conforte également le fait que l’on devra tout autant compter sur eux en seniors.

La danse sur glace russe

Et oui, que serait un article de cette série sans un paragraphe consacré à l’équipe de Russie ? Victoria Sinitsina et Nikita Katsalapov, couple russe numéro 1 et concurrents désignés à Papadakis / Cizeron, ont bien réussi leur saison avec leur victoire européenne. Ils restent néanmoins assez irréguliers, avec pour preuve leur passage d’une dernière place en finale du Grand Prix à une victoire inattendue un mois et demi plus tard. Leurs compatriotes Alexandra Stepanova et Ivan Bukin ont connu une saison moins éclatante, mais restent dans les tous meilleurs couples mondiaux. 4ème place à la GPF, 3ème place aux championnats d’Europe, cela reste un couple sur qui compter dans les grandes échéances.

Bilan français

Outre Papadakis / Cizeron, la danse sur glace française présente toujours une belle densité et les quotas valent cher. Ce sera encore plus vrai l’année prochaine, avec la perte d’un quota européen. Mais déjà cette saison, la bataille a été rude. Marie-Jade Lauriault et Romain Le Gac, numéro 2 depuis quelques années, ont connu une première partie de saison compliquée. Deux Grands Prix pas vraiment concluants, mais surtout une 4ème place aux championnats de France qui les a privés de championnat d’Europe. Adelina Galyavieva / Louis Thauron ainsi que Evgenia Lopareva / Geoffrey Brissaud en ont profité pour compléter le podium, et obtenir leur ticket pour Graz. Respectivement 12ème et 15ème, ils ont montré de belles choses à ces mêmes championnats.

Chez les juniors, Demougeot / Le Mercier ont signé une saison pleine, avec une qualification à la finale du Grand Prix junior et une 6ème place aux Mondiaux.

La danse est probablement la discipline la plus hiérarchisée, et dans la grande majorité des cas, il faut attendre la fin de sa carrière pour obtenir des résultats. Cependant, cette saison aura montré que les positions peuvent changer et que chaque place grappillée aux classements peut faire la différence.

Crédit photo Une : www.torino2019.com

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here