Roland-Garros

Que retenir de Roland Garros 2022 ?

Roland Garros

L'édition 2022 de Roland-Garros s'est achevée avec le 14e titre de Rafael Nadal, un record, après qu'Iga Swiatek ait remporté son deuxième Grand Chelem à Paris. Casper Ruud et Coco Gauff ont été les finalistes battus, tandis que Novak Djokovic n'a pas atteint le dernier carré et que Stefanos Tsitsipas est tombé en huitième de finale. 

Nadal continue à défier l'irrationnel 

Comment Rafael Nadal, à l'âge de 36 ans, a-t-il recommencé ? Comment a-t-il remporté le même nombre de titres à Roland-Garros que Pete Sampras en Grand Chelem ? Comment a-t-il pu gagner pour la quatorzième fois à Paris en perdant seulement trois sets, alors qu'il avait quitté le court en boitant et en grimaçant il y a quelques semaines à Rome ? Comment se fait-il qu'il soit toujours aussi déterminé dans les grands moments, comme lorsqu'il était mené 6-2 dans le tie-break du premier set contre Alexander Zverev ? Ou lorsqu'il est revenu en force dans le quatrième set pour battre Novak Djokovic ? Comment peut-on encore l'écarter ? Et combien de temps va-t-il encore durer ?

Nadal défie les attentes, le temps et l'histoire comme peu d'autres avant lui. Son niveau de performance et sa combativité continuent d'être stupéfiants, et le fait qu'il soit à mi-chemin du Chelem pour la première fois de sa carrière, à son âge et avec ses récentes blessures, est remarquable. Avec désormais deux longueurs d'avance sur Djokovic et Roger Federer au classement des tournois du Grand Chelem, le GOAT-omètre s'est déplacé d'un cran vers Nadal.

Swiatek dans un autre monde à Roland Garros

Inarrêtable. Injouable. Inébranlable. Lancez tous les éloges et superlatifs à Iga Swiatek, elle les mérite. La pression était énorme pour elle, car elle abordait Roland-Garros avec une série de 28 victoires consécutives. Elle a tenu parole, n'abandonnant qu'un seul set sur la route de la victoire et réalisant un nouveau coup de maître en finale (sa moyenne de 4,7 jeux perdus par match sur 10 matchs est tout simplement incroyable).

La seule honte, c'est qu'il n'y a pas de véritable rival pour Swiatek à l'heure actuelle, mais cela ne doit en rien diminuer sa brillance. Sa frappe de balle est superbe, son sang-froid et sa vitesse de réflexion sont phénoménaux, et si elle continue sur cette lancée, elle pourrait être la force dominante du tennis féminin pour les années à venir. Il sera intéressant de voir si elle peut transposer sa forme sur le gazon, qui a été jusqu'à présent sa surface la plus faible et sur laquelle elle dit n'avoir “aucune attente”. Mais avec une victoire de plus qui la porterait à 36 victoires consécutives – la plus longue série de ce siècle – tous les yeux seront rivés sur Swiatek.

Gauff entre dans une nouvelle dimension à Roland Garros

Les larmes aux yeux après la finale, mais Gauff doit être immensément fière et satisfaite après sa quinzaine à Paris. Cela fait presque trois ans qu'elle a fait irruption sur la scène mondiale avec son remarquable parcours à Wimbledon à l'âge de 15 ans, et elle n'a cessé de progresser depuis. La jeune femme de 18 ans n'a pas perdu un seul set avant de s'incliner face à Swiatek et semble être en très bonne position pour continuer. “Je pense que cela a beaucoup aidé ma confiance en moi”, a déclaré Gauff après la finale.

“Je pense juste que même quand j'avais 15, 16, 17 ans, je ressentais une telle pression pour faire une finale. Maintenant que je l'ai fait, je me sens un peu soulagé.” À 18 ans, Gauff est encore plus jeune qu'Emma Raducanu lorsqu'elle a remporté l'US Open et est la plus jeune joueuse du top 100. Elle a également atteint la finale du double féminin et semble bien placée pour briguer d'autres titres majeurs.

Ruud impressionne

Une finale à sens unique ne doit pas faire oublier l'excellent parcours de Ruud, qui a fait un grand pas en avant l'année dernière. C'est sur la terre battue qu'il est le plus à l'aise (95 de ses 149 victoires en carrière ont été remportées sur cette surface, ainsi que sept de ses huit titres) et il sera intéressant de voir s'il peut s'améliorer sur d'autres surfaces et se hisser encore plus haut dans le classement. Il devrait atteindre la cinquième place mondiale la semaine prochaine, lorsque les points de l'Open de France de l'an dernier tomberont.

La mauvaise opération pour Djokovic

C'est en train de devenir une annus horribilis pour le classement de Djokovic. En Australie, il a perdu 2 000 points parce qu'il n'a pas pu défendre son titre, à Paris, il en a perdu 1 640 après son élimination en quarts de finale, et à Wimbledon, il en perdra encore 2 000 car aucun point ne sera offert suite à l'interdiction des joueurs russes et bélarussiens. Oh, et il pourrait ne pas pouvoir jouer l'US Open car les règles du Covid-19 stipulent toujours qu'il faut être vacciné pour entrer dans le pays. Ainsi, à la fin de la saison, Djokovic pourrait n'avoir que 360 points Grand Chelem sur les 6 000 possibles (sans compter Wimbledon) à son classement.

Pour l'instant, il est toujours numéro 1 mondial pour une 373e semaine, un record, mais lorsque les points de Roland-Garros de l'an dernier tomberont le 13 juin, il glissera au numéro 3, son plus bas rang depuis octobre 2018. Par ailleurs, que s'est-il passé pour Djokovic pendant le match contre Nadal ? Pourquoi son niveau était-il si irrégulier ? Son entraîneur Goran Ivanisevic a déclaré à Tennis Majors que le “langage corporel a décidé” du match et qu'il ne “comprenait pas le langage corporel et le manque d'énergie” de Djokovic. Cela semble inquiétant après une si grande occasion, et Djokovic semble désormais bien moins invincible qu'il y a un an.

Djokovic vs Nadal : le match de Roland Garros 2022

Il fut un temps où une rencontre du “Big Three” était un événement courant. Ce n'est plus le cas aujourd'hui. Le choc des quarts de finale entre Djokovic et Nadal était le premier depuis que les deux hommes se sont rencontrés il y a un an à Paris. Si l'attente en valait la peine, espérons que nous n'aurons pas à attendre 12 mois et le prochain Roland Garros.

Medvedev à nouveau numéro 1 mondial 

Son tournoi s'est finalement achevé sur un coup de tête de Cilic, mais avant cela, Medvedev avait semblé en excellente forme sur la surface qu'il affectionne le moins. Des signes encourageants pour le Russe, qui reprendra la place de numéro 1 mondial à Djokovic le 13 juin. Même s'il n'est pas autorisé à jouer au Royaume-Uni cet été après la décision d'interdire les joueurs russes et biélorusses, il a encore un calendrier complet sur gazon, à commencer par ‘s-Hertogenbosch cette semaine, suivi de Halle (un ATP 500 comme le Queen's) puis de Majorque. Les points obtenus lors de ces événements l'aideront à prolonger son séjour au sommet, surtout que Djokovic ne devrait pas jouer avant Wimbledon.

Dernières publications

En haut