Basketball

Bilans NBA 2019-2020 : Oklahoma City Thunder, le trouble-fête surprise

Oklahoma City Thunder

Après une longue coupure puis un retour dans la bulle à Orlando qui a couronné les Lakers de Los Angeles, la saison NBA est désormais officiellement terminée. L’heure des bilans est ainsi arrivée, et We Sport revient ainsi avec vous sur la saison des vingt-deux équipes présentes dans la bulle, après avoir déjà effectué celui des huit franchises absentes. Aujourd’hui focus sur Oklahoma City et le Thunder.

Paradis ou Enfer

Les démolisseurs de l’extrême

L’intersaison fut chargé du côté de l’Oklahoma. Après une saison 2018/2019 terminée à la sixième place de la Conférence Ouest et une élimination brutale au premier tour des playoffs face à Portland, c’était l’heure du changement au Thunder. À une semaine d’intervalle, deux blockbuster trades furent montés pour transférer les deux stars de la franchise, Paul George et Russell Westbrook. Après deux saisons à OKC, le premier nommé fut envoyé chez les Clippers contre un beau package, qui comprenait notamment Shai Gilgeous-Alexander, Danilo Gallinari et cinq (!) premiers tours de draft. De l’autre côté, Westbrook, véritable visage de la franchise depuis sa draft en 2008, fut échangé à Houston contre deux premiers tours de draft et Chris Paul.

Avec ces échanges, Oklahoma City avait perdu deux stars mais avait récupéré plusieurs pièces intéressantes ainsi qu’un nombre affriolant de premiers tours de draft. Évidemment, le reste de l’intersaison fut beaucoup plus calme, Sam Presti et le Front Office ne voulant pas faire n’importe quoi. Lors de la Draft, Brandon Clarke fut sélectionné avec le 21e choix, mais fut immédiatement échangé à Memphis contre Darius Bazley. Lors de la Free Agency, aucun départ ou arrivée majeur ne fut à signaler. On notera tout de même la prolongation de Nerlens Noël, la signature de Mike Muscala ou encore le two-way contract paraphé par Luguentz Dort.

Un démarrage poussif…

Avec un collectif remodelé et de nombreuses nouvelles pièces à incorporer, le Thunder partait avec plusieurs doutes en tête avant de débuter la saison. Ces doutes quant aux capacités de la franchise à performer se retrouvèrent également dans les pronostics de certains observateurs qui, avec le départ des deux principaux joueurs de l’effectif, voyait le Thunder s’enliser dans le bas du classement cette saison. Et le début d’exercice 2019/2020 de la franchise ne va pas franchement faire taire les détracteurs. En manque d’automatismes, OKC peine à lancer sa saison et se retrouve englué à la onzième place à l’Ouest fin novembre, en ayant remporté une seule rencontre loin de la Chesapeake Energy Arena.

…mais un finish en trombes !

Toutefois, la machine va finir par se mettre en route et le Thunder va enfin réussir à trouver son rythme. Appliqués, notamment en défense (7e Defensive Rating), les joueurs de Billy Donovan commencent à enchaîner les victoires dès le mois de décembre, où ils terminent avec un joli bilan de (10-4). Les joueurs sont de plus en plus à l’aise ensemble et cela se ressent aussi bien sur le terrain que sur le plan comptable, Oklahoma City terminant le mois de janvier avec un bilan encore meilleur de (12-5) et en ayant perdu qu’une seule rencontre loin de leurs bases : tout le contraire du début de saison.

À Oklahoma City, tout semble aller pour le mieux. Chris Paul s’est affirmé comme le leader vocal de l’équipe, apportant encore une fois toute son expérience et sa science du jeu, tandis que Dennis Schröder le supplée à merveille en sortie de banc, se positionnant même comme un candidat sérieux au titre de 6th Man of the Year. Autour, les recrues se sont parfaitement intégrées. Tout deux arrivés des Clippers, Shai Gilgeous-Alexander et Danilo Gallinari apportent leur contribution comme il le faut et se révèlent être des pièces importantes du dispositif de Billy Donovan. Le Thunder finit l’année en trombe en remportant dix de ses quatorze dernier match et aborde la coupure ex-æquo avec Houston à la cinquième place de sa conférence.

Les soldats de la bulle

Bien évidemment invité dans la bulle, la franchise de l’Oklahoma va rapidement s’adapter à son environnement. Malgré l’absence de Dennis Schröder pour une partie des seeding games, la franchise s’en tire plutôt bien et gagne une place au classement se retrouvant quatrième ex-æquo avec Houston et Utah, se voyant finalement attribué la cinquième place ce qui amènera le Thunder à retrouver les Rockets au premier tour des playoffs.

Dans un duel avec en filigrane les retrouvailles de Chris Paul et Russell Westbrook avec leurs anciennes franchises, le Thunder va faire plus que résister. Mal embarquée après avoir perdu les deux premières rencontres, la franchise réussit une première fois à égaliser. À nouveau dos au mur en perdant le match 5, Oklahoma City se sauve et réussit à décrocher un match décisif. Dans un match irrespirable, James Harden finit par se montrer décisif en défense en contrant Luguentz Dort, éliminant ainsi OKC.

Malgré cette sortie de piste prématurée, le Thunder peut se satisfaire de la montée en puissance de certains jeunes comme Darius Bazley ou Luguentz Dort. Presque inconnus en début de saison, ils pourraient devenir des joueurs importants de la franchise dans les années à venir.

Le MVP de la Rédac’ : Chris Paul

Chris Paul est immortel. Dans une franchise appelée à se battre en bas de tableau, CP3 s’est finalement avéré être le guide d’une des équipes surprises de la saison, conduisant les siens jusqu’à un Match 7 au premier tour des playoffs. Si son impact est moins criant sur les feuilles de statistiques qu’à une certaine époque, il reste un joueur avec l’un des plus gros Q.I basket de toute la ligue, et est loin d’être étranger au succès d’une franchise qui semblait pourtant l’avoir récupéré par défaut. De quoi convaincre la direction de le conserver une année de plus ?

La Saucisse de la Rédac’ : Andre Roberson

Pièce importante du Thunder il y a quelques années, Andre Roberson a peut-être définitivement perdu sa place dans cette franchise. Très longtemps blessé, il a manqué la quasi-totalité de la saison après une saison blanche l’an dernier et une saison tronquée en 2017/2018. Sa fragilité physique n’a certes pas aidé, mais même lors de son retour dans la bulle il n’était pas impliqué dans la rotation comme par le passé. Agent-libre cet été, son histoire devrait maintenant s’écrire loin de l’Oklahoma, ou du moins dans un rôle différent.

Le +/-

Le + : Des résultats inattendus

Le – : L’incertitude du futur

Et la saison prochaine ?

Les besoins à combler

La grande question de l’intersaison tournera autour du futur de Chris Paul. Dans les rumeurs de transfert et potentiellement en instance de départ, sa confirmation ou son départ forcé influeront énormément sur les choix du Thunder. En effet, Oklahoma City n’a que très peu de marge de manœuvre, et ne pourra donc pas faire énormément de choses si son mener était conservé. Parmi les décisions à prendre, il faudra également étudier le cas Danilo Gallinari. Agent-libre, il ne pourra être conservé que si Chris Paul s’en va, mais la direction pourrait décider de ne pas le retenir.

Outre ce deux grandes questions, Oklahoma City pourrait avoir deux axes cet automne : un guard et un ailier. En cas de départ de CP3, il faudra en effet faire venir un joueur pour aider Schröder et SGA, et accessoirement compenser le départ supposé d’Andre Roberson. L’autre axe se concentrera sur le recrutement d’un ailier en cas de non-prolongation de Danilo Gallinari. Darius Bazley, Luguentz Dort ou encore Hamidou Diallo peuvent évoluer sur cette position, mais un joueur d’expérience serait apprécié pour les aider. De fait, OKC pourrait favoriser la Draft pour son premier renfort et la Free Agency pour le second.

L’avis de la Rédac’

Oklahoma City a surpris cette saison, mais son futur reste un gros point d’interrogation. La franchise semble se diriger vers une reconstruction rapide avec des jeunes capables d’avoir un impact dès maintenant, et devraient utiliser leurs choix de draft pour se rajeunir progressivement. Toutefois, la saison prochaine pourrait être une année de transition sir Chris Paul venait à être transféré. En revanche, si le meneur restait dans l’Oklahoma, nous pourrions miser sur une saison similaire à celle qui vient de se conclure, l’effet de surprise en moins. Quoi qu’il en soit, le successeur de Billy Donovan, qui a quitté la franchise après les playoffs, devrait avoir beaucoup de travail.

Ne demeure pas dans le passé, ne rêve pas du futur, concentre ton esprit sur le moment présent.” Les dirigeants du Thunder écouteront peut-être ce qu’aurait dit Bouddha pour cet intersaison, afin de rester compétitif et de ne pas tout miser sur un futur potentiellement radieux.

Voué à l’échec selon certains observateurs en début de saison, le Thunder s’est finalement avéré être l’une des équipes surprises de cette saison. Derrière son leader Chris Paul et un collectif parfaitement huilé, OKC a dépassé les attentes grâce notamment à quelques jeunes qui se sont révélés. Si le futur est encore trouble, la franchise a de quoi construire pour peut-être rééditer ce pseudo-exploit l’an prochain.

À suivre : Le Bilan des Indiana Pacers



Sport en directMercato Football Ligue 1
Écrire un commentaire

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières publications

Remonter au début
Vous n'avez pas la permission de vous inscrire
et, mattis venenatis ut commodo quis mi, eleifend libero