Basketball

Bilan NBA 2019-2020 : Denver Nuggets

Denver Nuggets

Après une longue coupure puis un retour dans la bulle à Orlando qui a couronné les Lakers de Los Angeles, la saison NBA est désormais officiellement terminée. L’heure des bilans est ainsi arrivée, et We Sport revient ainsi avec vous sur la saison des vingt-deux équipes présentes dans la bulle, après avoir déjà effectué celui des huit franchises absentes. Aujourd’hui zoom sur les Denver Nuggets, auteurs d’une saison remarquable.

UNE SAISON REMARQUABLE

SE REMETTRE DANS LE BAIN

Malgré la défaite en demi-finale de conférence face aux Blazers d’un Michael Jordan C.J. McCollum injouable dans le match 7, la saison 2018-19 était réussi et n’augurait que du bon au Colorado. Pour autant les Nuggets allaient tout de même avoir du travail, et très vite survint la première échéance de l’intersaison : la Draft. Denver ayant tradé ses deux choix originels se devait d’être à l’affut. Et à l’affut, ils l’ont été. En fin de soirée, quand Mark Tatum annonce que le Heat sélectionne Bol Bol, un phénomène venu d’Oregon, nous apprenons que ses droits sont échangés à Denver. Le pivot, fils de Manute, sort d’une saison quasi blanche (9 matchs et 21pts de moyenne) à cause d’une blessure au pied. Il signera ensuite un two-way contract surprenant.

DU BON BOULOT A L’INTERSAISON

Après la Draft, place à la la free-agency. Les Nuggets, équipe contender, ont fait le boulot et ont maintenu son noyau en y ajoutant de nouveaux atouts. Ils ont, même avant le début de la free-agency, activé leur option d’équipe pour Paul Millsap (30millions), faisant de lui le joueur le plus cher de leur roster. Dès le premier jour, ils ont également prolongé Jamal Murray (170millions/5ans), un contrat que certains considérèrent comme trop important. Dans tous les cas, ils s’assurèrent un futur brillant avec le meneur canadien et Nikola Jokic, sous contrat jusqu’en 2023. Par ailleurs, le front-office de Denver a flairé plusieurs bonnes affaires. Ils ont ainsi fait venir Jerami Grant en provenance d’OKC contre un premier tour de draft. Côté départs, seuls Trey Lyles (Spurs) et Isaiah Thomas (Wizards) sont de relatives pertes. À noter aussi : les débuts de Michael Porter Jr. qui avait été écarté des terrains lors de la saison 2018-19 à cause d’une blessure au dos et la signature de P.J. Dozier.

UN TANDEM FABULEUX…

Un roster équilibré et bourré de talent organisé autour de repères fixes, les Nuggets avaient tout pour performer en saison régulière. Et ils l’ont fait : troisième de conférence ouest, 46 victoires pour 26 défaites, un bilan de contender confirmé. Menés par leur tandem Murray-Jokic, la franchise de Mile High City a répondu présent. L’un a fait doucement taire ses détracteurs tandis que l’autre a récidivé son crime. Condamné à sa première sélection au match des étoiles en 2019, le pivot serbe a encore sévi. Délit de caviars et abus de justesse l’ont amené tout droit au parquet de Chicago pour son deuxième All-Star Game.

…ACCOMPAGNÉ D’UN SUPPORTING CAST CINQ ÉTOILES

Mais nous le savons bien, deux joueurs, même d’un excellent niveau, ne suffisent pas à mener une équipe. Ils ont besoin d’être accompagnés et cela a été le cas pour les Nuggets cette année. Le supporting-cast de Denver a joué son rôle avec précision : Paul Millsap a grandement amélioré ses pourcentages (44% 3pt, 83%FT), Gary Harris a contribué dans son rôle (14pts, 54%FG, 45,8% 3pt), Will Barton à 15 pts de moyenne, ainsi que Jerami Grant et Mason Plumlee qui ont eu un impact remarquable tout comme Monté Morris.

Avec une équipe aussi performante, il faut également dire un mot sur le coaching staff. Rarement critiqué, Mike Malone et son équipe ont fait du très bon boulot en saison régulière. Il ne restait plus qu’à confirmer en post-season.

PRÊTS POUR LES PLAYOFFS ?

Au premier tour, les Nuggets rencontrèrent le Jazz, une confrontation qui laissera place à une série historique. Après un premier match gagné dans un overtime maîtrisé, Denver va lâcher trois matchs. Ils sont dans un faux rythme et paraissent désintéressés. Le match 5 est alors déterminant, et cela, Jamal Murray l’a bien compris. Après avoir mis 50 pions dans la défaite du match 4, il compilera 42 points, 8 rebonds et 8 passes décisives dans le match 5. Une performance qui sauve les siens de l’élimination mais il faut continuer dans cette lancée. Qu’à cela ne tienne, le Canadien, chaussé de ses baskets de la marque aux trois bandes arborant les visages de Breonna Taylor et George Floyd, se surpassera. Il inscrit 50 points à 17/24FG et 9/12 3ptFG : tout simplement historique. Les Nuggets continueront sur leur lancée et gagneront le match 7 après avoir été mené 3-1 dans cette série.

En demi-finale de conférence, les Clippers se dressèrent sur la route des Nuggets. Victorieux des Mavericks en six matchs au premier tour, les angelinos sont favoris. Après quatre matchs et sans vraiment convaincre, la logique se fait respecter et les Clippers mènent 3-1. On se dit alors que les Nuggets ne pourront pas réitérer leur exploit du premier tour. Que nenni, Denver va exploser Los Angeles lors des trois derniers matchs.

Direction les finales de conférence, et cette fois les Nuggets devront se coltiner les Lakers. Une autre histoire, les coéquipiers de LeBron James paraissant vraiment plus forts. Ils n’ont perdu que deux matchs lors des deux premiers tours et confirmeront leur statut. En cinq matchs, les Californiens règlent l’affaire.

LE MVP DE LA RÉDAC’ : NIKOLA JOKIC

Deuxième étoile pour le magicien serbe. Certains le considèrent même comme le meilleur pivot de la ligue sans aucun débat possible. Une seule légère déception : une place dans la All-Nba Second Team plutôt que dans la première comme l’année précédente.

LA SAUCISSE DE LA RÉDAC’ : PAUL MILLSAP

Plus difficile que de ne pas apprécier Nikola Jokic, trouver un point noir dans la saison des Nuggets. Alors, nous avons cherché, creusé même, jusqu’à trouver une petite grisaille. Le contrat (finissant) de Paul Millsap de 30 millions de $ était un peu cher pour sa contribution statistique.

LE +/-

Le + : Presque tout

Le – : Presque rien

LES BESOINS À COMBLER

L’argent du gros contrat de Millsap va partir pour Jamal Murray. Plumlee sera agent libre et ses quatorze millions laisseront un peu de marge de manœuvre pour Calvin Booth et son équipe. Alors, pas de gros chantier, il faudra que les Nuggets trouvent les bons petits profils qui s’incorporeront dans le système Malone. Pour cela, ils possèdent le choix numéro 22 pour la draft du 18 novembre prochain.

L’AVIS DE LA RÉDAC’

Une équipe agréable à voir jouer sur une pente ascendante qui plus est. Les Denver Nuggets méritent de faire partie des têtes d’affiches de la ligue. Mais pour le rester ils vont devoir progresser (encore).

À suivre : Le Bilan des Boston Celtics

Écrire un commentaire

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières publications

Remonter au début
Vous n'avez pas la permission de vous inscrire
venenatis, sit Nullam quis, venenatis ipsum quis Aliquam at ut amet, risus.