Formule 1

F1 : pourquoi la prolongation de Sergio Perez chez Red Bull est logique ?

Il est prolongé pour les deux prochaines saisons chez Red Bull. L'annonce de conserver Sergio Perez a fait débat au sein des observateurs en F1. Le Mexicain en difficulté depuis plusieurs semaines avec sa RB20 va donc être le coéquipier de Max Verstappen jusqu'en 2026 minimum.

Sergio Perez a vécu un week-end au Canada compliqué. Après une nouvelle élimination en Q1, le Mexicain est allé cartonner sa RB20 dans les murs de l'étroit circuit Gilles-Villeneuve. Résultat un deuxième abandon en deux courses et une pénalité de 3 places à Barcelone la semaine prochaine. De quoi faire débat sur la prolongation annoncée en marge de la 9ᵉ manche de la saison. Pour rappel, l'ancien pilote Force India a étendu son bail avec Red Bull jusqu'en 2026.

Mais cette prolongation possède des éléments en sa faveur. Malgré le manque de résultats criant qui pourrait coûter cher à Red Bull dans le cadre du classement des constructeurs, l'écurie autrichienne a ses raisons de prolonger le Mexicain.

F1 : Max Verstappen

C'est sûrement l'une des raisons principales. Le pilote Néerlandais triple champions du monde a une écurie à sa disposition et une monoplace réglée selon sa volonté. Pour pouvoir s'adapter le plus facilement à cette RB20, Red Bull a besoin d'un pilote d'expérience et Sergio Perez l'a montrée quelque temps, c'est sûrement le meilleur coéquipier de Max Verstappen depuis le départ de Daniel Ricciardo en 2018. Pour l'anecdote, le duo entre Mexicain et le Néerlandais deviendra le line up ayant disputé le plus grand nombre de Grands Prix de l'histoire de là de F1 en 2026.

Capable de certains coups d'éclat, le Mexicain était dans le match en début de saison avant de connaitre des difficultés au moment où Red Bull a amené les premières améliorations à Imola. Comme l'an passé, plus le virage de Red Bull se tourne vers Verstappen, plus Perez sera en difficulté. L'affaire Cristian Horner en début de saison a pu également jouer dans la balance.

Le team principal de l'équipe autrichienne est très proche de Perez et le conserver au sein de l'écurie permet de garder des personnes dans son clan face à Helmut Marko et le clan Verstappen. Un équilibre qui ne tient qu'à un fil chez Red Bull. Cependant, l'écurie championne du monde semble laisser un Sergio Perez en perdition et au bord du gouffre mentalement dans cette monoplace numéro 2 pour ne pas cramer un jeune pilote. Une erreur déjà faite par le passé.

F1 – Red Bull : une filière en décadence

Il est vrai que depuis quelques saisons, la politique Red Bull semble avoir pris un tournant. Un pilote d'expérience dans la numéro 2, un line-up chez Racing Bulls qui n'est pas constitué de jeunes pilotes (Tsunoda, Ricciardo, Gasly, De Vries…), une filière moins flamboyante, certains aspects semblent manquer au sein de l'écurie autrichienne. Si Sergio Perez est toujours là, c'est un peu par défaut. Sinon qui prendrait sa place ?

Red Bull semble avoir perdu l'envie de cramer ses jeunes pilotes comme ce fut le cas avec Pierre Gasly en 2019 ou encore Alexander Albon. Les deux hommes placés trop tôt dans l'écurie mère se sont cassé les dents avant de quitter la filiale quelques saisons après. Le manque de renouvellement de génération au sein de la Red Bull driver Academy a joué sur la prolongation de Sergio Perez. En attendant que Liam Lawson et Isack Hadjar prennent du gallon, Perez reste.

F1 : le marché attractif de l'Amérique pour Red Bull

Sergio Perez n'a pas été prolongé seulement pour des raisons sportives. Le pilote Mexicain est une véritable star dans son pays au Mexique, mais également Amérique du sud et dans certains états du sud des États-Unis. Et Red Bull avant tout veut vendre des canettes. Entre 2020 et 2021, la consommation de boissons énergisantes au Brésil est passée de 0,71 L à 0,87 L par personne sur une année. Un chiffre qui continue d'augmenter d'année en année et ça Red Bull l'a bien compris. Avec Sergio Perez en égérie, la marque de canette espère continuer cette hausse. Red Bull est par ailleurs le leader de la boisson énergisante en Amérique du Sud devant Coca Cola.

Passionné de sport et des Girondins de Bordeaux. Bercés par les arrêts de Cédric Carrasso, les coups de casque de Wendel et la finesse de Yoann Gourcuff dans un stade Chaban-Delmas en feu ! Fan de la Ligue des talents, sans oublier les coups de volant de Fernando Alonso, les attaques de Thibaut Pinot ou les atémis du général du ring Gunther.

Dernières publications

En haut