Football

Ligue 2 : Le Havre AC : mais qu’est-ce qui cloche ?

Depuis maintenant 12 ans, le Havre AC ne parvient pas à retrouver l’élite et s’extirper de la Ligue 2. Mais qu’est-ce qui cloche ?

21 mai 2009, Nice. Le Havre AC joue son dernier match de Ligue 1. Lanterne rouge avec 26 points et 14 points de retard sur le 17e, le HAC descend logiquement en Ligue 2. L’ambition de remontée est évidemment de mise dès la saison suivante où une malheureuse 7e place les attend. Le début d’une longue série de saisons décevantes commence pour Le Havre. S’ensuivent 2 saisons à la 9e et 15e place où la montée ne parait même plus l’objectif principal tant elle est éloignée des performances du club.

L’espoir du renouveau

Cependant en juillet 2012 est inauguré le Stade Océane. Ce grand stade de 25 000 places prend la suite de Jules-Deschaseaux. Censé symboliser un renouveau sportif et un nouvel élan, avec également la divulgation d’un nouveau logo, la Ligue 1 redevient l’objectif principal et atteignable. Pour cela les dirigeants font appel à Erick Mombaerts, ancien coach de Toulouse et de l’équipe de France espoirs. Lors de cette saison 2012-2013, les Hacmen font meilleure impression et terminent à la 6e place. L’espoir renait, la 3e place n’est désormais plus si loin. Les supporters soufflent et se disent que la mauvaise passe est finie. La saison suivante commence avec un effectif qui en ferait frémir plus d’un aujourd’hui avec des certains Riyad Mahrez, Romain Saiss, Lys Mousset (tous trois en Premier League aujourd’hui) ou encore Mickaël Le Bihan, actuel meilleur buteur de Ligue 2 BKT. Et pourtant, la régularité fait défaut aux Ciel et Marine qui terminent à une banale et décevante 12e place. Il faut attendre encore un an et une 7e place pour obtenir un nouveau changement primordial

L’espoir Volpe

En 2015, l’homme d’affaires américain Vincent Volpe rachète le HAC à Jean-Pierre Louvel. Des recrues importantes débarquent au Havre avec les expérimentés Ghislain Gimbert, Mathieu Duhamel, Fabien Farnolle ou encore Cédric Cambon. De plus, en novembre, le coach Bob Bradley vient entraîner Le Havre. Ancien sélectionneur des États-Unis et de l’Égypte ainsi que de plusieurs franchises en MLS, son expérience est incomparable en Ligue 2. Les Ciel et Marine réalisent alors leur meilleure saison depuis la descente au deuxième échelon national. Avec 65 points obtenus, les Havrais sont à un rien de la montée. Ils échouent en effet à deux buts inscrits durant la saison. Avec un nombre de points et une différence de buts similaires au FC Metz, ce sont les buts marqués qui comptent et avec deux buts de moins, les Normands ne peuvent pas monter. La frustration est immense pour le HAC qui voit la Ligue 1 lui échapper à un fil. Depuis cette aventure, le HAC est parvenu à se qualifier une fois pour les barrages où ils se sont inclinés face à l’ACA. En dehors de cela, les Havrais ont terminé à chaque fois proches des places qualificatives sans jamais passer le pas.

Ce n’est certainement pas un problème d’effectif quand on voit les joueurs expérimentés comme Fontaine ou Bonnet qui représentent la sagesse, mais aussi les différentes générations de pépites passées par Le Havre cette dernière décennie. On pense à Benjamin Mendy, Ferland Mendy, aux joueurs de Premier League cités auparavant, ainsi qu’à Harold Moukoudi, Pape Gueye. Ainsi, ce n’était pas le talent qui manquait. Ce ne sont évidemment pas les infrastructures comme le Stade Océane qui pêchent. Ce n’est en aucun cas non plus d’éventuelles épopées en Coupe de France puisque 2013 le HAC n’a atteint qu’au maximum les seizièmes de finale. Non, le mot qui qualifie les Hacmen depuis 10 ans est : l’irrégularité. On tient en effet sans doute un des clubs les moins réguliers dans ses performances, capables de battre n’importe qui mais aussi de s’incliner dans des matchs primordiaux face à des adversaires pourtant prenables sur le papier. Il n’y a que cette explication pour théoriser cet échec depuis maintenant 12 ans. En effet, Le Havre a toutes les armes pour monter, tout est présent, il ne manque finalement qu’une saison pleine et entière sur la pelouse pour pouvoir y arriver sans perdre des points jetés par la fenêtre, notamment à domicile puisque rien que cette saison, les Havrais sont 18es au Stade Océane. De plus, depuis 2015, les Normands n’ont terminé qu’une seule fois plus haut au classement à domicile qu’au classement général. Cela montre un réel problème à la maison.

Le Havre AC n’arrive toujours pas à monter en Ligue 1 malgré des conditions plus qu’optimales. Leur irrégularité et les points perdus bêtement sont responsables de ces échecs constants. Espérons pour eux que la saison prochaine soit enfin la bonne. Une phrase que les supporters Ciel et Marine doivent sans doute se répéter maintenant depuis de nombreuses années.

Crédits photo de couverture: Others

Écrire un commentaire

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières publications

Remonter au début
Vous n'avez pas la permission de vous inscrire