March Madness: Kansas, Gonzaga, Duke, faites-vos jeux!

0
Credit photo: review journal
Ligue 1

Après vous avoir présenté la March Madness, WeSport vous présente les favoris de la prochaine édition. Gonzaga et son duo bleu blanc rouge, Kansas et son duo de stars, Florida State et son impressionnant collectif ou les inusables Duke et Michigan State, on vous laisse choisir votre équipe pour le mois de mars!

 

 

Kansas le favori

Tête de série n°3 en début de saison, Kansas est l’équipe qui a fait la plus grosse impression parmi les favoris. Les Jayhawks abordent logiquement la March Madness avec l’étiquette de grand favori. Après une défaite contre Duke lors du premier match, Kansas a quasiment tout gagné. Pourtant dans une conférence très relevée avec notamment Baylor, Texas ou Texas Tech, les Jayhawks finissent avec un bilan de (17-1) et ils remportent la Big-12 haut la main. Avec un bilan général de (28-3) et surtout 16 victoires consécutives pour finir la saison, Kansas sera évidemment la tête de série n°1 du prochain tournoi.

Porté par son duo Dotson/Azubike, les Jayhawks seront redoutables lors de la March Madness. Ces deux joueurs au profil très différent sont tous les deux attendus au premier tour de la prochaine draft. Avec 18 points et 4 assists par match, Devon Dotson est le maitre à jouer de cette équipe. Dans la raquette, c’est Udoka Azubike, l’imposant pivot nigérien qui fait sa loi (14 pts ; 10 reb). Une double menace difficile à contenir !

Souvent placés avec notamment une finale en 2012 et une demi-finale en 2018, les Jayhawks attendent pourtant un titre depuis maintenant 12 ans. C’était en 2008 et à l’époque Mario Chalmers avait éclaboussé la March Madness de sa classe.  C’est donc la bonne année pour cette prestigieuse fac, qui a vu passé Joel Embiid, Paul Pierce ou Andrew Wiggins, d’inscrire à nouveau son nom au palmarès du tournoi. Après les Chiefs en NFL, serait-ce l’année du Kansas ?

Le Jayhawk du Kansas prêt à régner sur la NCAA!

 

 

Gonzaga notre chouchou

Deux français dans une équipe NCAA qui joue le titre, assez rare pour être signalé ! Et on ne parle pas de joueurs du fin fond du banc de touche mais bien de deux titulaires ! Véritable idole des Bulldogs, Killian Tillie joue sa 4ème et dernière année sur le campus de Gonzaga. Gêné par des blessures la saison passée, le fils de Laurent (sélectionneur de l’équipe de France de volley) est revenu 100% cette saison et il n’a qu’un seul objectif : le titre. Pour Joel Ayayi, c’est sa deuxième saison sous les couleurs des Bulldogs. Très peu utilisé la saison passée et remplaçant en  début d’année, il a su convaincre Mark Few de lui faire confiance. Avec une ligne de stat très complète (10 pts ; 6 reb ; 3.5 ass), le meneur français d’à peine 20 ans n’a depuis, presque jamais quitté le cinq de départ.

Killian Tillie, un français idole de Gonzaga (credit photo: Tahoo! Sports)

Ce n’est pas parce qu’il y a deux français dans l’effectif que l’on classe cette équipe parmi les favoris potentiels. Certes Gonzaga évolue dans la faible West Coast Conférence mais c’est une rare équipe des « Mid-Majors » à tirer son épingle du jeu année après année. Finalistes de la March Madness en 2017 (avec déjà Killian Tillie), les Bulldogs espèrent conquérir leur premier titre cette année. Impérial comme chaque année dans leur conférence (une seule défaite), ils ont également impressionné en début de saison avec notamment des victoires contre Oregon, North Carolina ou Texas A&M. Ils abordent la March Madness avec un excellent bilan de (29-2) et la meilleure attaque de NCAA !

Un peu chauvin, on espère donc que Killian Tillie apportera à son université de Gonzaga le premier titre de son histoire avant de s’envoler vers la NBA ! C’est ça le rêve américain non ?

 

 

Florida State l’invité surprise

Avec quatre participations consécutives à la March Madness, Florida State arrive en habitué. Mais contrairement aux autres éditions, les Seminoles pourraient être plus qu’un simple outsider cette fois-ci. La preuve, dans une conférence ACC très relevée ils ont fait mieux que résister puisqu’ils ont remporté cette conférence (16-4) au nez et à la barbe du champion sortant Virginia ou de l’ogre Duke. C’est d’ailleurs la première fois dans l’histoire de l’université que les Séminoles remportent leur conférence !

Auteurs de la meilleure saison régulière de leur histoire (26-5), ils devraient arriver à la March Madness avec le statut de tête de série n°4. Ce classement leur offrira une place de choix dans le tableau final. Habitué à être l’outsider, Florida State sera cette fois-ci considéré comme un des favoris du tournoi de mars. Eliminés par Gonzaga la saison dernière ou part Michigan il y a deux ans, les Séminoles voudront prendre leur revanche et faire enfin tomber des têtes.

S’ils y arrivent, ils peuvent espérer remporter le trophée national pour la première fois de leur histoire ! Ca serait évidemment un véritable exploit. Car à l’exception de Devin Vassell, meilleur marqueur de l’équipe avec  13 pts/match, Florida State s’appuie surtout sur un gros collectif et un excellent état d’esprit. Le genre d’équipe que l’on veut éviter lors de la folie de mars…

 

 

Duke et Michigan State, outsiders des favoris

Même si leurs résultats ont été en deçà des attentes, Duke et Michigan State restent toutes les deux des équipes redoutables à l’approche du mois de mars !

Michigan State en mode diesel

Michigan State avait réussi l’exploit de faire tomber Duke et Zion l’année dernière. Ils avaient malheureusement butté sur  Texas Tech en demi-finale. Avec une équipe quasi identique, les Spartans étaient logiquement les favoris des bookmakers en début de saison. Ils ont pourtant eu beaucoup de mal à assumer ce statut. Après des défaites contre Kentucky et Duke pour commencer, ils ont même enchainé quatre défaites en cinq matchs en plein cœur de l’hiver…

Hors du Top 25 après ces contre-performances, les Spartans ont bien réagi. Ils ont fini la saison très fort avec cinq victoires dont quatre contre des équipes classées de la Big-10, une conférence qu’ils ont finalement remporté (à égalité avec Wisconsin et Maryland).  Sous l’impulsion du toujours excellent Cassius Winston (18 pts ; 6 ass), ils finissent finalement la saison avec un bilan de (24-9), ce qui leur assure une place dans le Top 10 à l’approche de la March Madness. Un retour en forme au meilleur moment!  Vingt ans après le dernier titre, la fac d’un certain Magic Johnson peut donc espérer un retour au sommet du basket universitaire. Ce n’était pas gagné au début du mois de février…

 

Duke l’année d’après

Pour  Duke c’est l’inverse, après la cruelle élimination de la saison dernière, beaucoup de joueurs ont quitté l’équipe pour aller en NBA. Il est évidemment difficile de remplacer Zion Williamson ou RJ Barrett mais cette équipe reste compétitive. Contrairement aux Spartans, les Blue Devils ont réalisé un bon début de saison. Sous l’impulsion de Tre Jones son maitre à jouer (16 pts ; 4 reb ; 6 ass), Duke a débuté avec neuf victoires sur les dix premier matchs dont des victoires prestigieuses contre Kansas et Michigan State.

C’est finalement lors des matchs de conférences que les choses se sont gâtées…  Dans une conférence ACC très homogène, ils ont notamment perdu contre des équipes telles que Clemson, Wake Forest ou North Carolina State. Des équipes solides mais normalement pas au niveau de Duke ! Avec cinq défaites au total en ACC, ils ont même laissé filer la conférence à Florida State…

Les Blue Devils n’abordent donc pas la March Madness dans les meilleures conditions mais on peut compter sur Coach K pour remobiliser son équipe ! A n’en pas douter il faudra compter sur les hommes en bleus pour le titre final !

 

 

Si ces cinq équipes devraient aller loin dans le tournoi, le vainqueur peut évidemment se trouver ailleurs car les surprises sont légions en March Madness. Dayton, San Diego State ou Seton Hall, ces noms là ne vous disent peut-être rien mais vous pourrez en entendre parler prochainement!

 

Sport en directMercato Football

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here