ATP

Open d’Australie (H): Que peut-on attendre des français ?

À quelques jours du début de l’Open d’Australie, c’est un visage bien pâle que nous ont montré les bleus en ATP Cup cette semaine. Entre méformes, forfaits et tirage au sort compliqué, difficile d’être optimiste quant aux chances tricolores dans le tableau masculin. Tour d’horizon des forces en présence.

Pour Gaël Monfils et Benoît Paire, l’Open d’Australie sera l’occasion de repartir de l’avant. Sèchement battus par Matteo Berrettini (6-4, 6-2) et Fabio Fognini (6-1, 7-6) mercredi en ATP Cup, les deux leaders de l’Équipe de France devront réagir à Melbourne. Pourtant, paradoxalement, il sera difficile d’attendre quoi que ce soit de deux joueurs en très grande difficulté ces dernières semaines.

Le constat équivaut pour chacun. Tant mentalement que physiquement, rien ne va plus pour Benoît Paire et Gaël Monfils. Alors qu’il avait superbement démarré 2020 par deux titres à Montpellier et à Rotterdam puis par une finale face à Novak Djokovic à Dubaï, Gaël Monfils n’a plus gagné un match de tennis depuis le 27 février 2020. À la reprise post-Covid, la lumière ne s’est pas rallumée. Fin octobre, usé par une énième défaite concédée face à Pablo Carreno-Busta à Vienne, le parisien met un terme à sa saison et déclare « ne plus avoir la tête à jouer au tennis ».

De retour mercredi, la Monf’ n’a toujours pas rassuré face à Matteo Berrettini et bien qu’il dispose d’un tableau relativement favorable à l’Open d’Australie, en l’état actuel des choses, il est bien difficile d’attendre quoi que ce soit du numéro un français à Melbourne.

Résultat de recherche d'images pour "paire monfils"

© Ouest France

Du côté de Benoît Paire, les semaines se suivent et se ressemblent. Si 2020 était déjà une saison des galères, pour le 28ème joueur mondial, le calvaire se poursuit en 2021. Début septembre, à quelques jours de l’US Open, un test positif l’oblige à devoir se confiner pendant 15 jours dans une chambre d’hôtel newyorkaise. « Mentalement, ça a été très dur pour moi ». Depuis cet épisode, Benoît Paire n’a gagné qu’un match, face au coréen Kwon Soonwoo au premier tour de Roland-Garros. Fatigué par les protocoles et ne parvenant pas à retrouver son niveau, il décide lui aussi de mettre fin à sa saison fin-octobre. Récemment, il avoue ne pas s’être beaucoup préparé cet hiver et comptait utiliser les deux semaines avant l’ATP Cup pour retrouver la forme. Malheureusement, le sort s’acharne. Diagnostiqué cas contact dans l’avion qui le menait à Melbourne, il a droit à un nouveau confinement strict de deux semaines dans sa chambre d’hôtel. Résultat, enfermé pendant 14 jours, difficile de se préparer physiquement. Lui aussi de retour pour l’ATP Cup mercredi, Benoît Paire ne fait pas le poids face à un petit Fabio Fognini. Sauf miracle, le séjour à Melbourne sera de courte durée. Disons les choses, une victoire au premier tour face à Egor Gerasimov serait déjà une petite surprise.

Les vétérans pas épargnés

Qualifié pour sa deuxième demi-finale de l’année au Murray River Open après sa victoire face à Taylor Fritz cette nuit et l’annonce du forfait de Stan Wawrinka aujourd’hui, Jéremy Chardy a dans le même temps pris connaissance de son adversaire au premier tour de l’Open d’Australie. C’est le numéro 1 mondial Novak Djokovic qui se présentera face au palois pour son entrée en lice. La réaction n’a pas tardé. « Je vais déjà essayer de gagner une manche. Ce n’est pas vraiment le tirage que je souhaitais mais c’est trop tôt pour en parler, j’ai une demi-finale à jouer » confiait le joueur de 33 ans à L’Équipe. D’ici là, Jérémy Chardy affrontera Dan Evans samedi et tentera pourquoi pas d’aller chercher sa sixième finale en carrière, la première depuis celle perdue à Bois-le-Duc en 2018 face à Richard Gasquet. Son vieux compère Gilles Simon n’a lui non plus pas été gâté par le tirage au sort. À l’occasion de ce qui sera peut-être son dernier Open d’Australie, l’auteur de « Ce Sport qui rend fou » aura l’occasion de réaliser un dernier grand exploit à Melbourne. Pour cela, il faudra battre Stefanos Tsitsipas. Pas une mince affaire mais un défi comme les apprécie notre Gillou national.

Résultat de recherche d'images pour "simon chardy"

© Eurosport

Ugo Humbert, la surprise du chef ?

Et si elle était là la surprise ? Du haut de ses 22 ans, Ugo Humbert aura dans les prochains mois la lourde charge de prendre la relève de la génération dorée des quatre mousquetaires. Aujourd’hui, le Messin semble le plus à même d’assumer ce rôle là sur le court terme. L’année dernière a été celle de la révélation, cette saison sera pour lui celle de la confirmation.

Entré dans le top 40 en novembre, le jeune Lorrain n’a cessé de s’affirmer depuis la reprise post-Covid. Auteur d’une belle tournée sur terre battue à l’automne, il avait validé le bien que l’on pensait de lui en gagnant en octobre le tournoi d’Anvers après avoir battu Alex De Minaur, Dan Evans ou encore Pablo Carreno Busta ! Grand, bon serveur et doté d’une superbe patte gauche, Ugo Humbert semble, sans s’enflammer, capable sur un match de faire vaciller les plus grands. Daniil Medvedev et Stefanos Tsitsipas sont déjà tombés sous ses coups. Alors, pourquoi ne pas passer quelques tours à Melbourne cette année ? Pour cela, le Français devra d’abord écarter le japonais Yasutaka Uchiyama avant de pouvoir se frotter aux gros morceaux que sont Nick Kyrgios et Dominic Thiem.

 

Dernières publications

En haut