Résultats du PWG Battle of Los Angeles 2019

0
Ligue 1

Le désormais célèbre Battle of Los Angeles de Pro Wrestling Guerrilla, fort de sa quinzième édition cette année a pris place cette semaine du jeudi 19 septembre jusqu’à dimanche soir. Une édition une nouvelle fois haletante où la surprise fut le maître mot de la compétition. Trois tableaux, vingt-quatre compétiteurs, un gagnant. Telle est la formule qui marche.

RÉSULTATS DE LA PREMIÈRE NUIT (PREMIER TOUR)

Dans un combat cent pour cent européen et à base de « Kid », l’espagnol A-Kid a soumis l’allemand Lucky Kid d’une clé de bras. Une rencontre assez violente où Lucky Kid est ressorti de celle-ci avec un corps bien abîmé.

Brody King a battu Caveman Ugg par tombé avec une Ganso Bomb dans un combat de bon gros poids lourds. De gros gabarits, certes, mais agiles — pour le plus grand plaisir de la foule.

Dragon Lee a battu son compatriote Rey Horus par tombé grâce à une running knee.

Darby Allin a battu Black Taurus par tombé grâce à un petit paquet. Pourtant populaire auprès du public de la PWG, Allin a essuyé les huées de la foule, celle-ci y aurait préféré Taurus, plus charismatique que son adversaire.

Jonathan Gresham a battu Artemis Spencer par arrêt de l’arbitre. Une guillotine suivi d’un ground and pound violent pousseront l’arbitre à faire sonner la cloche.

Le vainqueur du BOLA de l’an passé, Jeff Cobb a battu Daisuke Sekimoto par tombé grâce à son Tour of the Islands. Un affrontement de gros bœufs où les coups furent d’une puissance inouïe. Une belle vitrine pour le nippon Sekimoto, tête d’affiche de la Big Japan Pro-Wrestling.

RÉSULTATS DE LA DEUXIÈME NUIT (PREMIER TOUR)

Joey Janela a battu Mick Moretti par tombé grâce à un Superkick. Loin d’être mauvais, le combat aura pour effet une grande ovation pour l’australien Moretti, où le public souhaite son retour au sein de la PWG.

Jake Atlas a battu Jungle Boy par tombé dans une rencontre décrit comme la meilleure du tournoi (pour le moment). Une palette de prises assez folle mettra la foule en délire, le meilleur combat de la carrière de Jungle Boy pour certains présents sur place.

Rey Fenix a battu Aramis par tombé grâce à un Spinning Muscle Buster. Un combat où Fenix s’est efforcé de mettre son compatriote en avant comme la nouvelle génération de luchadors mexicains. Un public tellement conquis que les dollars ont plu sur le ring.

Bandido a battu Puma King par tombé avec un Fallaway Slam. Par ailleurs, Bandido a par ailleurs remporter le titre Ironmetal Heavyweight de la DDT avant que King le reprenne avec un petit paquet quelques instants plus tard.

Pentagon Jr. a battu Tony Deppen par tombé grâce à un Canadian Destroyer. Deppen jouit d’une incroyable popularité à travers les Etats-Unis, un bon gros heel à l’ancienne pour mettre en avant des faces.

David Starr a battu Orange Cassidy par tombé grâce à une Lariat. Vingt minutes de combat, un peu longuet cet affaire.

RÉSULTATS DE LA TROISIÈME NUIT (QUARTS ET DEMI-FINALES)

QUART DE FINALES

Dragon Lee a battu Jake Atlas par tombé grâce à, une nouvelle fois, une running knee.

Bandido a battu Brody King par tombé avec un GTS suivi de sa 21-plex. Un combat dans le style lucha libre où King fut fort à l’aise. Un bonhomme de plus de 130 kilos qui se la joue luchador, c’est pas banal.

Jonathan Gresham a battu A-Kid par un nouveau arrêt de l’arbitre, Gresham massacre tous ses adversaires, c’est assez affolant.

Joey Janela a battu Rey Fenix par tombé grâce à un Superkick, administré après avoir retiré le masque du mexicain, malin le Joey.

Pentagon Jr. a battu Darby Allin dans un combat où ce dernier a frôlé la mort à environ 150 reprises, Allin combat la Mort dans un Casket Match constant.

David Starr a battu le champion PWG Jeff Cobb après l’avoir frappé d’un coup de sa ceinture pendant que l’arbitre était au sol, une Lariat permettra la victoire de l’Indépendant.

DEMI-FINALES

Jonathan Gresham a soumis Joey Janela grâce à son Octopus Strech. La machine Jon Gresham.

Bandido a battu Dragon Lee dans l’un des combats de l’année, selon la foule, bien évidemment. Il faut attendre presque un mois pour pouvoir visionner un BOLA. Des spots de tarés où Lee s’est envolé sur cinq rangées de chaises où un Moonsault de Bandido qui a presque touché le balcon de la salle. On a hâte.

David Starr a battu Darby Allin en cinq petites minutes après que celui-ci ait raté l’une de ses nombreuses actions suicidaires, restant plus qu’à Starr de lui goûter son arsenal de prises.

FINALE DU BATTLE OF LOS ANGELES 2019

Comme lors de chaque édition du BOLA, les gagnants des trois demi-finales s’affrontent dans un combat à trois, par élimination afin d’ajouter un peu de piquant.

Au terme d’un peu plus de vingt minutes de bataille, Bandido a remporté le combat en triomphant de Jonathan Gresham après lui administré un Samoan drop, un Fallaway Slam renversé depuis la troisième corde, suivi d’une 21-plex pour conclure le combat. Pour ce qui est de David Starr, ce dernier a été éliminé par arrêt de l’arbitre après que Jon Gresham l’ait mis KO avec des coups de coudes et un Octopus Stretch.

Bandido remporte enfin le Battle of Los Angeles après avoir échoué l’an passé face à Jeff Cobb.

Un BOLA qui fut marqué par les départs de nombreuses têtes d’affiches du circuit indépendant telles que Pentagon Jr. & Rey Fenix, Joey Janela, Orange Cassidy ou encore Jungle Boy, signés par All Elite Wrestling. Pas d’inquiétude pour la Pro Wrestling Guerrilla, l’indy est un éternel recommencement, les stars de demain sont déjà là.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Sport en directMercato Football

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here