Foot US

Road to Tampa – Buccaneers : des pirates longtemps perdus en mer

Buccaneers

De zéros à champions en passant par plusieurs longues traversées du désert, les Buccaneers de Tampa Bay ont connu différents cycles au cours de leur histoire. À quelques jours d’une participation au cinquante-cinquième Super Bowl, retour sur l’histoire de pirates qui ont alterné périodes séduisantes et compliquées.

Des débuts en eaux troubles

Retour dans les années 70 pour voir les débuts des Buccaneers en NFL. Après la fusion entre la NFL et l’AFL, actée en 1970, deux nouvelles franchises doivent voir le jour dans la ligue. Le choix des villes et la mise en place des équipes prenant plus de temps que prévu, ce n’est qu’en 1976 que deux nouvelles franchises rentrent dans l’équation. Ainsi, les Seattle Seahawks et les Tampa Bay Buccaneers étaient nés.

Malheureusement, les choses vont très vite se compliquer pour les deux franchises, et surtout pour celle qui s’est ancrée en Floride. À la peine pour leurs grands débuts, les Buccaneers s’inclinent lors des vingt-six premières rencontres qu’ils disputent, ce qui constitue la plus longue série de défaite de la Super Bowl Era (les Chicago Cardinals avaient perdu vingt-neuf rencontres consécutives entre 1942 et 1945). La série noire s’arrêtera finalement le 11 décembre 1977 avec une victoire contre les Saints de la Nouvelle Orléans (33 à 14). Un succès qui ne sera qu’un camouflet des difficultés de Tampa Bay à s’intégrer à la NFL.

Abordage et passage à vide

1979 marque le premier tournant positif de l’histoire de la franchise. Grâce à l’arrivée du quarterback Doug Williams sous le centre et au talent de Lee Roy Selmon – défenseur de l’année cette saison-là – Tampa Bay performe enfin. Pour la première fois depuis sa création, la franchise obtient un bilan positif en passant la barre des dix victoires (10-6), remporte sa division et se qualifie en playoffs. Si l’aventure s’arrêtera au NFC Championship face aux Rams, Tampa Bay une première période satisfaisante en se qualifiant en playoffs lors de deux des trois saisons suivantes. Malheureusement, ce bonheur sera de courte durée et précédera une longue disette pour les boucaniers.

Après s’être fait sèchement battre par les Cowboys (30-17) lors du premier tour des playoffs 1982, Tampa Bay retombe dans ses travers et réalise la deuxième pire saisons de son histoire en 1983 en terminant l’exercice avec un bilan de (2-14). Un retour en bas de l’échelle qui durera très (trop) longtemps. En effet, les Bucccaneers végéteront dans les bas-fonds du classement pendant quatorze ans, ne voyant jamais le bout du tunnel. Sur cette période, les floridiens remportent seulement soixante-quatre rencontres pour cent-cinquante-neuf défaites. Une période excessivement compliquée qui ouvrira cependant la voie aux plus belles heures de la franchise.

Renaissance, Tampa 2 et Titre

En effet, dès 1995, la roue commence à tourner pour les Buccaneers qui draftent Derrick Brooks et Warren Sapp, deux talents générationnels en défense. L’année suivante, Malcolm Glazer rachète la franchise pour 192 millions de dollars, mettant fin à la propriété de Hugh Culverhouse, propriétaire réputé frileux et impatient qui avait refusé de payer plusieurs joueurs clés, entraînant notamment la chute de la franchise. Parallèlement à cela, Tony Dungy arrive sur le banc et amène avec lui le coordinateur défensif Monte Kiffin et son assistant Lovie Smith. Ensemble, ils vont créer une nouvelle défense qui sera l’identité de cette franchise de Tampa Bay lors de ses heures de gloire : la Tampa 2, variante de la célèbre Cover 2.

Grâce à cette nouvelle identité et à une défense remplie de talent, les Buccaneers se remettent instantanément à gagner. Dès 1997, la franchise retrouve les playoffs et s’impose comme l’une des défenses les plus terrifiantes de la ligue. De 1997 à 2001, Tampa Bay atteint quatre fois les playoffs mais ne dépasse jamais le stade du NFC Championship, rejoint en 1999 mais où les floridiens s’inclinèrent une nouvelle fois contre les Rams. Comme souvent dans l’histoire de la franchise, les dirigeants perdent patience et licencient Dungy pour faire venir le coach des Oakland Raiders Jon Gruden. Payé au prix fort (Deux premiers tours et deux deuxièmes tours de draft ainsi que huit millions de dollars), le technicien va toutefois offrir à la franchise le Graal dès sa première saison.

En effet, dès 2002, les Buccaneers vont obtenir cette bague qu’ils n’avaient jusqu’ici jamais obtenu. Pour sa première saison dans la NFC Sud nouvellement créée, Tampa Bay écrase la concurrence, remporte douze matchs et termine deuxième en NFC. Après un Divisional Round maîtrisé contre les 49ers, la franchise élimine les Eagles en finale de conférence et se qualifient pour le premier Super Bowl de leur histoire. Clin d’œil du destin, ils y retrouvent les Raiders, ancienne franchise de Jon Gruden, qu’ils vont malmener grâce à une performance stratosphérique de leur défense. Le quarterback des Raiders et MVP Rich Gannon se fait intercepter cinq fois (trois seront des Pick-6) et sa franchise ne peut rien faire face à Tampa Bay. Les Buccaneers sont champions et viennent d’écrire la plus belle page de leur histoire.

Une longue traversée du désert

Après ce moment euphorique, Tampa Bay va malheureusement retomber très vite sur terre. Dès la saison suivante, la franchise manque les playoffs, annonçant une des périodes les plus noires de l’histoire pour les pirates. La franchise remportera bien la division en 2005 et 2007, se qualifiant ainsi pour les playoffs, mais ne dépassera pas les Wild Cards. Nous sommes à la fin de la saison 2007 et Tampa Bay s’apprête à connaître une très longue période sans postseason. Pendant douze saisons, les Buccaneers échoueront à se qualifier en playoffs, terminant même huit fois derniers de leur division. Entre mauvais choix et malchance dans sa sélection de coachs, la franchise n’arrive pas à sortir la tête de l’eau avant qu’un sauveur ne vienne tout changer.

Le bout du tunnel

À l’orée de la saison 2020, Tampa Bay est à un moment charnière. Un an après l’arrivée de Bruce Arians sur le banc, la franchise se présente sur la Free Agency avec un poste de quarterback vacant. En effet, le premier choix de la draft 2015 Jameis Winston est en fin de contrat et ne sera pas prolongé par la franchise, faute de résultats satisfaisants. Dans le même temps, un certain Tom Brady se retrouve libre de tout contrat et de nombreuses rumeurs font écho d’un potentiel départ de la Nouvelle Angleterre pour l’homme aux six bagues.

Ainsi, le 18 mars 2020, la nouvelle tombe : Tom Brady quitte les Patriots et va s’engager avec les Buccaneers. Pour la franchise floridienne, c’est un changement de statut immédiat. Avec le meilleur quarterback de l’histoire dans ses rangs, Tampa Bay devient instantanément candidat au titre et s’offre une chance de disputer le prochain Super Bowl à domicile. La suite appartient à l’histoire et la cinquante-cinquième édition du plus grand match de l’année nous dira si les Buccaneers réussiront à tutoyer les sommets pour la seconde fois de leur histoire.

Des hauts, beaucoup de bas et un titre, l’histoire des Buccaneers n’est peut-être pas la plus glorieuse de la ligue mais les floridiens peuvent se targuer d’avoir remporté au moins une fois le Super Bowl. Au moins, car le Super Bowl LV pourrait leur permettre d’inscrire leur nom une deuxième fois au palmarès dwes champions en NFL.

Crédits Image en Une : MoneyInc

Écrire un commentaire

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières publications

Remonter au début
Vous n'avez pas la permission de vous inscrire