Roland-Garros

Roland Garros 2024 : les 5 joueurs à surveiller

Roland Garros commence dans moins de deux semaines et l’excitation monte petit à petit. On commence à avoir les premières infos concernant les Wild-Cards de la compétition, les premiers forfaits etc. . . Aujourd’hui, We Sport met l’accent sur cinq joueurs à surveiller durant la compétition.

Avant de vraiment rentrer dans le détail des joueurs, quand on parle de cinq joueurs à surveiller, on parle de cinq pépites ou du moins cinq joueurs dont on ne s’attend pas à ce qu’il performe et encore à ce qu’il gagne le trophée. Donc on ne parlera pas de Djokovic, Alcaraz, Sinner etc.

Rafael Nadal : pour des adieux émouvants

Bizarre de commencer cette liste de cinq joueurs à surveiller par le plus grand joueur de l’histoire de Roland Garros et de la terre battue. Même s’il y a encore un doute sur la présence ou non de Rafael Nadal, nul doute qu’il fera tout pour jouer dans le tournoi qui a façonné sa carrière. S’il participe, soyons réaliste. Physiquement, il est impossible qu’il tienne la distance dans un format au meilleur des cinq sets. Déjà que ses mouvements paraissaient limités dans un format au meilleur des trois sets, en rajouté potentiellement deux semble une hérésie. On l’a vu à Brisbane, à Madrid et à Rome dès qu’un match devait se jouer en trois manches, Nadal semblait au bout de ses limites. Cependant, on espère tous un dernier match pour lui dire un chaleureux adieux un peu à l’image de Serena Williams à l’US Open 2022.

Thiago Monteiro : l’homme chaud du moment

Pendant longtemps Thiago Monteiro était pensionnaire de la fin du Top 100 voir légèrement en-dessous. Mais ces dernières semaines, le Brésilien semble en feu. Huitièmes à Madrid en battant Lajovic et Tsitsipas, rien que ça. Huitième de nouveau à Rome en sortant des qualifications en s’imposant contre Monfils, Thompson et Kecmanovic. Il n’y a pas à dire son jeu de pur terrien peut embêter et il à l’air d’avoir la caisse physique pour tenir sur la longueur. Non pas qu’on place Monteiro comme un futur demi-finaliste de Roland Garros, mais une deuxième semaine peut être probable avec de belles surprises sur son parcours.

Fabian Marozsan : pour un nouveau tour de magie ?

Certes actuellement Fabian Marozsan n’est pas dans la forme de sa vie. Celui qui battait Alcaraz l’année dernière à Rome, ne parvient pas à enchainer ces derniers temps. Pourtant, sur terre, il faut toujours se méfier de lui et aucune tête de série ne voudra être dans son tableau théorique au troisième tour. Parce que le Hongrois a tous les attributs du joueur piège. Il peut se réveiller à tout moment, a une large palette technique et tient le coup physiquement. Si jamais, Fabi Marozsan parvenait à faire un huitième ou un quart de finale, en ayant battu quelques Top 15-20, ce ne serait pas très surprenant.

Jan-Lennard Struff : le buffle allemand

Quand arrive la saison sur terre, il faut toujours se méfier de la Jan-Lennard Struff. Cette année, le gars sort d’un titre à Munich, chez lui, d’un énorme combat contre Alcaraz à Madrid qu’il perd en trois set mais sans avoir démérité et s’incline au deuxième tour de Rome face à Tsitsipas qui retrouve un vrai niveau de Top 10 mondial voir plus sur terre battue. Quand l’Allemand perd ce n’est pas face à n’importe qui. Il ne sera pas tête de série à Roland Garros, à moins d’une hécatombe chez le Top 32 en dix jours et aucune d’entre elle ne le veut d’entrée, à froid dans le deuxième Grand Chelem de la saison. Joueur très puissant qui installe un faux rythme pour son adversaire de puncher. Un vrai calvaire.

Alexander Zverev : cette année c’est la bonne ?

On termine avec le joueur qui sur le papier possède le plus de chance d’aller au bout : Alexander Zverev. Dans le Roland Garros le plus ouvert depuis 2004, le champion olympique a peut-être une chance de se faufiler. Quand on regarde sa concurrence on voit que Djokovic n’est pas en rythme, Alcaraz est blessé, Sinner également et sa participation est plus que compromise, Medvedev n’a pas un très bon historique à Porte d’Auteuil. Il reste qui ? Tsitsipas, Ruud, Rune à la limite, mais rien d’insurmontable pour Sascha Zverev. Une surprise ? Comme Hurkacz, Rublev ou Fritz, ça semble peu probable. En tout cas, l’Allemand fait son chemin, continue d’enchaîner les bons résultats, est un des favoris pour remporter le Masters 1000 de Rome et pourrait profiter d’un tableau diminué pour enfin décrocher son premier Grand Chelem de sa carrière.

Rédacteur qui jongle entre le spectacle et les émotions des rings de catch, la folie de la NBA, l'imprévisibilité du tennis et la beauté du football.

Dernières publications

En haut