Davis Cup Finals : La France vient à bout du Japon dans la douleur

Aujourd’hui, la France faisait son entrée dans la Coupe Davis nouveau format, face au Japon. Les Bleus, menés par leur nouveau capitaine, Sébastien Grosjean, ont remporté cette première confrontation, 2-1.

 

Tsonga tout en maîtrise

En ouverture de cette journée, Jo-Wilfried Tsonga affrontait Yasutaka Uchiyama dans le duel des numéros deux. Le français prend facilement les devants avec un break d’avance dès le début de la rencontre. Face à un adversaire impuissant, il empoche le premier set 6-2. La deuxième manche est un long fleuve tranquille pour Tsonga, qui peut s’appuyer sur un très bon coup droit. Face à une faible adversité, il mène rapidement 5-0 grâce à un double break, avant de concéder un petit jeu, pour finalement l’emporter 6-1. Après une entame quasi-parfaite de la part du 29ème joueur mondial, place au choc entre les numéros un de chaque équipe.

 

Monfils aux abonnés absents

Alors que l’on pouvait s’attendre à une victoire de Gaël Monfils face à Yoshihito Nishioka, le 10ème mondial défiant le 73ème, il n’en fut rien. Brouillon, « la Monf’ » se prend les pieds dans le tapis japonais dès le début de match, avec un break concédé. Mais le numéro un français se réveille et revient à 5-5 dans cette première manche, avant de craquer et de perdre celle-ci (7-5), après avoir sauvé deux balles de set. L’un des problèmes majeurs du côté de Gaël Monfils aujourd’hui concerne les fautes directes. Il en commet beaucoup, trop, 42 précisément. Evidemment, tant de déchet dans le jeu n’aide pas à revenir dans le match. Pour cette raison entre autres, la deuxième manche est à sens unique en faveur de Nishioka. Face à un Monfils nerveux, le leader nippon s’impose (7-5, 6-2) et permet à son équipe d’égaliser avant le double décisif.

 

Un double solide

Heureusement dans le clan français, on pouvait compter sur Pierre-Hugues Herbert et Nicolas Mahut. Le double, récent vainqueur du Masters à Londres, s’est imposé face à la paire japonaise, composée de Yasutaka Uchiyama et Ben McLachlan. La première manche est à l’image de l’ensemble du match : très serrée. Le duo français, pourtant largement favori, ne parvient pas à faire le break. 6-6, l’issue du premier set se décide donc au jeu décisif. Celui-ci tourne à l’avantage des japonais et une seule occasion leur suffit pour prendre l’avantage dans ce match (7-6). Herbert et Mahut sont dos au mur et dans l’obligation de remporter la deuxième manche pour continuer d’espérer. C’est chose faite grâce à un break obtenu en début de set et à des jeux de service conservés, non sans mal. Après être revenu à hauteur, place au troisième acte. Les deux équipes conservent leur mise en jeu, avant que les français parviennent à faire le break pour mener 5-4. Nicolas Mahut sert pour le gain du match, mais les japonais résistent et recollent à 5-5. Immédiatement, la paire tricolore reprend l’avantage sur le service adverse. 6-5, nouvelle opportunité de conclure, cette fois-ci pour Pierre-Hugues Herbert. Après une première balle de match sauvée, la deuxième fut la bonne. La France s’impose dans ce match crucial (6-7, 6-4, 7-5) et dans cette confrontation face au Japon (2-1).

 

Après une journée riche en rebondissements, Sébastien Grosjean et sa bande peuvent respirer en attendant la Serbie, jeudi. Malgré la méforme de son leader, Gaël Monfils, les Bleus peuvent toujours espérer se qualifier pour les quarts de finale, à condition de réaliser une bonne performance face à Novak Djokovic et son équipe.

Poster un commentaire

Aenean risus. quis id mattis tempus