Top 14 – la review club par club : l’Union Bordeaux-Bègles

0
Ligue 1

Malgré la cure rugbystique à laquelle nous sommes désormais confrontés depuis près de trois mois, il y a bien eu une partie d’exercice du Top 14 version 2019-2020. Puisque cette saison a été officiellement arrêtée et déclarée comme “blanche”, la rédaction de We Sport FR vous propose de revenir sur les performances des quatorze clubs qui composent le championnat. Aujourd’hui, pour cette dernière, place à l’Union Bordeaux-Bègles, leader au moment de l’arrêt.

  • Classement en Top 14 (à la J17) : 1er avec 61 points -> 13V, 1N, 3D
  • Parcours en Coupe d’Europe : qualifié en quarts de finale de Challenge Cup face à Édimbourg.

 

L’effet rétro : Veni, vidi, vici

Je suis venu, j’ai vu, j’ai vaincu. Trêve de suspense, l’Union Bordeaux-Bègles a roulé sur le Top 14. Seulement trois défaites pour les hommes de Christophe Urios dont deux face à des cadors de ce championnat que sont le LOU (25-23) et le Stade Toulousain (22-14). Finalement, la seule ombre au tableau fut cette lourde défaite en Corrèze face à Brive (30-9). Hormis cette fausse note, l’UBB a réalisé la saison parfaite. Invaincu à domicile, meilleure attaque et deuxième meilleure défense de Top 14, du spectacle à tous les matchs. Les Girondins sont parvenus à rendre le ballon de rugby heureux. Une mélodie intense et douce à la fois, adoptant un équilibre chirurgical entre le spectacle et l’efficacité. Rarement une équipe de Top 14, réputé comme le championnat le plus compétitif, n’avait autant dominé son sujet, reléguant ses adversaires au rang de laquais.

Le tournant de la saison : le druide Uriosamix débarque en Gironde

Un magicien. Un druide. Un mage. Tous les qualificatifs en rapport avec la magie sont acceptables en ce qui concerne Christophe Urios. Lors de la saison dernière, l’UBB a terminé l’exercice sur quatre défaites de suite. Mais l’aspect le plus inquiétant réside dans le score de ces matchs. Défaite 45-17 à Toulon, défaite 34-10 à Lyon, défaite 43-36 contre Toulouse (Bordeaux menait 36-7 à la mi-temps), et enfin une humiliante défaite face à La Rochelle, 81-19. Une équipe brisée, laminée, mais dont les fondations ne reflètent en rien les résultats catastrophiques du club girondin. L’ancien grand manitou du Castres Olympique a transformé le petit vélo bordelais en un char d’assaut insubmersible.

Pour en savoir plus sur la méthode Urios : c’est juste ici

Crédit : Sud Ouest

Tops et Flops  

  • Le joueur : Semi Radradra, le tube de l’année

En l’espace d’une saison, l’ancien treiziste est devenu l’un des meilleurs joueurs du monde. Un crève-coeur pour l’UBB puisque le centre fidjien a décidé de quitter la Gironde pour rejoindre les Bristol Bears en Angleterre. Notre rédacteur Théo Alleaume vous dresse son portrait.

Crédit : Rugbyrama

Les autres tops :

  • Les ballons de turnovers :

L’arme fatale. Grâce à des joueurs aux qualités exceptionnelles comme Radradra, Cordero ou encore Lamerat, l’UBB a fait des ballons de turnovers, son arme numéro une pour battre ses adversaires. Dans le désordre, les Bordelais sont les plus vifs, les plus rapides et les plus adroits balle en main. Un cocktail explosif qui transforme les ballons perdus en essai bordelais.

  • Mathieu Jalibert, le chef d’orchestre

Le numéro 10 représente le présent et l’avenir de l’Union Bordeaux-Bègles mais aussi du XV de France. Sa saison en Top 14 lui a permis de s’installer dans le groupe France avec en ligne de mire une place de titulaire pour la Coupe du Monde 2023 en France. Dynamiteur, précision au pied, toutes les caractéristiques de l’ouvreur moderne résident en ce jeune homme de 21 ans et lui promet un avenir radieux. Il ne lui reste plus qu’à gagner en expérience pour s’améliorer dans la gestion d’une rencontre.

Crédit : AFP
  • Scott Higginbotham, le wallaby bondissant

Débarqué en provenance des Queensland Reds, le troisième ligne australien a mis tout le monde d’accord. Aligné à 15 reprises sur 17 possibles, dont 12 fois en tant que titulaire, il est la voie de transmission entre les avants et les trois quarts. Il représente l’expérience et l’équilibre de l’UBB. Rien d’étonnant pour un joueur hybride comme lui. Avec son physique de déménageur et sa finesse d’ailier lorsqu’il porte la balle, Higginbotham est l’exemple type de la réussite bordelaise. Puissant, spectaculaire, rapide, injouable.

Crédit : Icon sport

Les flops

Error 404.

 

Ce que l’arrêt du championnat change

Il est là le flop de la saison de l’UBB. Rien ne pouvait arrêter la machine bordelaise hormis une catastrophe. Le Covid-19 est finalement le seul adversaire à avoir réussi à détruire, à pulvériser la marche en avant des homme d’Urios. L’Union semblait enfin avoir les armes pour être champion de France mais aussi pour remporter le premier titre européen de son histoire avec un quart de finale de Challenge Cup à disputer.

La perte de Semi Radradra est déjà actée, reste à savoir si d’autres cadres vont suivre où alors rempiler du côté de Bordeaux. L’Union Bordeaux Bègles a peut-être perdu avec cet arrêt sa meilleure chance de devenir champion de France…ou pas.

 

À lire aussi : https://wesportfr.com/top-14-la-review-par-club-le-lou-rugby/

Sport en directMercato Football

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here