Veni, vidi, Roberta Vinci : L’italienne arrête sa carrière à Rome

A 35 ans, Roberta Vinci (191ème WTA) a décidé de mettre ce lundi un terme à sa carrière après sa défaite au premier tour du tournoi de Rome face à la Serbe Aleksandra Krunic (46ème WTA) en trois sets (2/6 6/0 6/3) et 1h36 de jeu. L’occasion de revenir sur la trajectoire de celle qui a marqué le tennis mondial par son célèbre et redoutable slice de revers.

Présente sur le circuit WTA depuis 1999 à l’age de 16 ans, Roberta Vinci s’était faite une première fois un nom en remportant le double Juniors à Roland-Garros avec sa compatriote, Flavia Pennetta. Forte de ce résultat, la presse italienne lui prédisait un brillant avenir. Seulement voilà, le point fort de Vinci, c’est sa patience : elle n’intégra le tableau final d’un Grand Chelem qu’en 2001, puis le Top 100 mondial en simple en 2004 avant de s’installer définitivement comme un référence en 2005. Piano.

2006 a marqué l’avènement de l’Italie sur le sommet du tennis mondial en Fed Cup, où les Vinci, Schiavone, Pennetta et Errani ont soulevé le précieux trophée face aux Belges, ultra-favorites de l’épreuve et menés à l’époque par Justine Hénin. Vinci et la Fed Cup, c’est une belle histoire d’amour qui a duré 15 ans entre 2001 et 2016 où elle a contribué à ramener trois autres victoires finales en 2009, 2010 et 2013, au milieu des Belges, Russes, Américaines et Tchèques. Italia la più forte.

Roberta Vinci remporte avec l’Italie 4 Fed Cup dont la dernière en 2013.

En 2011, l’Italienne a poursuivi sa progression en simple et a fini par décrocher son premier titre WTA. Le premier d’une série de 10 coupes sur le circuit mondial. Fait rare, Vinci a rejoint la caste fermée des joueuses ayant remporté au moins un titre sur toutes les surfaces (dur, terre battue, gazon, indoor). Fuoristrada. (Tout-terrain)

Mais le plus beau reste à venir, notamment en double : Vinci a atteint la première place mondiale de la spécialité avec Sara Errani entre 2012 et 2014, période où elles ont notamment soulevé les 4 trophées du Grand Chelem. Encore plus fort : en simple, bien qu’installée dans le Top 30 depuis des années, et handicapée par des blessures à l’épaule et à la hanche, elle a réalisé une splendide épopée lors de l’US Open en 2015, éliminant notamment en demi-finale Serena Williams, n°1 mondiale et en lice pour le Grand Chelem sur une année civile, avant de s’incliner contre… Flavia Pennetta dans une finale 100% Tricolore inédite. Elle a atteint son meilleur classement lors de la saison 2016 avec une 7ème place mondiale. Cette année, Vinci vient de définitivement dire adieu à son sport favori cette année sur ses terres, à Rome après 19 années sur le circuit féminin. La Palermitaine s’en va avec 10 titres en simple et 25 titres en double. Grazie per tutti è Ciao, Roberta !

Vinci et son revers coupé, mais pas seulement

Roberta Vinci, pour beaucoup, c’est un slice de revers. Un coup qu’elle joue 9 fois sur 10 en lieu et place d’un revers classique. Mais c’est aussi un coup droit précis qui lui permettait d’aller chercher des zones croisées quasiment sur commande et une très belle volée, arme quelle affectionne particulièrement pour aller conclure l’échange. Généreuse, volontaire et entière sur le court, elle n’hésite pas à aller au combat marathonien face aux plus accrocheuses du circuit. Ci-dessous, les meilleurs moments de la plus belle victoire de sa carrière contre Serena Williams en demi-finale de l’US Open 2015. L’Italienne restera à jamais le bourreau de celle qui, à 2 matchs près, aurait pu réaliser le Grand Chelem sur une année. Grandissima.

A propos de l'auteur

23 ans et toutes mes dents, né avec une balle de tennis dans la main gauche, un gant de gardien de but dans la main droite et un moteur V6 à la place du cerveau, je mange du sport à grandes bouchées, H24 et 365 jours/an. Comme Elie Baup et sa casquette, je garde toujours mon chapeau sur la tête.

Poster un commentaire

adipiscing quis id, risus Donec sem,