Foot US

La valse des coachs NFL : des retours et de nouvelles têtes

NFL

En parallèle des playoffs, la valse des coachs a commencé en NFL. Retour sur les changements de coach actés, avec le retour de vieilles connaissances et l’arrivée de nouvelles têtes.

Ron Rivera débarque dans la capitale :

Chronologiquement, les Redskins ont été la première équipe à se séparer de leur coach cette saison (Jay Gruden remercié 7 Octobre 2019). Avec ce licenciement rapide, le Front Office de Washington a eu le temps d’analyser toutes ses possibilités avant de passer à l’attaque une fois la saison terminée. Le choix s’est porté sur Ron Rivera, renvoyé par les Panthers en fin de saison. Coach expérimenté à vocation défensive qui avait permis à Carolina d’accéder au Superbowl en 2016, il pourrait enfin permettre à la franchise d’avoir une ligne directrice pour évoluer. Ron Rivera sait cadrer un groupe de joueurs, et c’est peut-être ce qui manquait le plus à cette équipe de Washington.

Dans son staff, Rivera sera entouré de Jack Del Rio (ex-Raiders) comme coordinateur défensif, un homme expérimenté qui devrait faire passer la défense en 4-3. Le poste de coordinateur offensif reste pour l’instant vacant même si Kevin O’Connell, qui a occupé le poste en fin de saison, pourrait tenir la corde grâce à sa bonne entente avec Dwayne Haskins.

Ron Rivera est un excellent choix pour les Redskins. Il pourra résoudre les problèmes défensifs de la franchise ces dernières années tout en instaurant un peu de discipline. Toutefois, ce choix ne favorise pas le développement de Dwayne Haskins. Note : B+

Carolina offre un pont d’or à Matt Rhule :

Pour remplacer Ron Rivera, le nouveau propriétaire des Panthers David Tepper n’a pas hésité à sortir le chéquier pour faire venir le candidat de son choix. Un joli contrat (7 ans, 60 M de $) a donc été offert à Matt Rhule, précédemment coach de l’Université de Baylor. Auteur d’une excellente saison en NCAA avec les Bears (Bilan de 11-1, défaite en Finale de Conférence et lors du Sugar Bowl), il était très courtisé par les franchises NFL, notamment par les Giants qui en avaient fait une de leurs priorités. Rhule est un coach complet impossible à ranger dans une case défensive ou offensive. En effet, il a par le passé occuper diverses postes comme coach des linebackers, coach des quarterbacks ou encore coordinateur offensif.

En ce qui concerne son staff, Matt Rhule n’a pas encore pris de décision. Pour l’assister du côté défensif, la nom de Phil Snow, son coordinateur défensif à Baylor, revient souvent. Pour l’attaque, la franchise ferait les yeux doux à un autre assistant en NCAA, Joe Brady. Responsable en partie des appels de jeux à LSU, il est l’un des plus grands talents offensifs du pays à tout juste 30 ans. Toute ceci n’est encore que rumeur, mais les choses devraient se préciser dans les jours à venir.

Carolina semble s’orienter vers une reconstruction (avec un départ de Cam Newton ?), et quoi de mieux qu’un coach universitaire pour encadrer des jeunes ? Matt Rhule est polyvalent et a déjà montré sa capacité à reconstruire des programmes universitaires. Il faudra être patient pour voir s’il peut confirmer avec les pros, mais le choix semble judicieux. Note : A

Dallas choisit l’expérience de Mike McCarthy :

Après neuf saisons à Dallas, Jason Garrett a (enfin) été remercié par le propriétaire Jerry Jones. Pour le remplacer, les Cowboys ont choisi un coach expérimenté en la personne de Mike McCarthy, anciennement coach des Packers de Green Bay. Sans poste l’an dernier, celui qui a mené Green Bay au titre en 2010 arrive avec une culture de la gagne et une grande expérience en playoffs. Au delà de ses capacités tactiques, il devra permettre à une équipe talentueuse d’enfin passer un pallier et d’aller gagner des matchs en playoffs.

Pour l’entourer dans son aventure texane, Mike McCarthy a choisi de faire appel à Mike Nolan (ex-coach des linebackers avec les Saints) pour s’occuper de sa défense. Un assistant très expérimenté qui a dernièrement bien fait progresser le groupe de linebackers de la Nouvelle Orléans. En attaque Kellen Moore conservera son poste de coordinateur, lui qui a dirigé l’an dernier une des attaques les plus productives de la ligue et qui s’entend très bien avec Dak Prescott.

Dallas veut gagner tout de suite, et le choix de Mike McCarthy a été fait dans cette optique là. Limoger Jason Garrett était devenu inévitable, mais attention à la longévité de son remplaçant. En effet, s’il pourrait performer dès l’année prochaine, la situation pourrait se dégrader avant la fin de son contrat. un peu comme lorsqu’il était à Green Bay. Note : B

Le pari Joe Judge à Big Apple :

Sûrement le nom le moins connu de cette liste. Pourtant, Joe Judge, jusqu’alors coach des équipes spéciales chez les Patriots, a côtoyé les plus grands. Bill Bellichick aux Patriots donc, qui lui a laissé le privilège de diriger une escouade qu’il affectionne tout particulièrement, mais aussi Nick Saban (coach Alabama), LA référence en NCAA pour qui il a occupé le même poste au début de la décennie. Un coaching tree très valorisant, qui laisse sûrement entrevoir des qualités de leadership essentiel s’il veut s’établir comme head coach dans la durée. Dans la tactique Joe Judge entend s’appuyer sur un style de jeu rugueux et physique. Une mentalité assez old school bien loin de ce qui marche actuellement en NFL, mais qui semble coller avec la ligne directrice des dirigeants.

Pour l’aider dans sa nouvelle expérience, Joe Judge a choisi Patrick Graham (ex-Dolphins) pour s’occuper de la défense. Les deux hommes ont travaillé ensemble aux Patriots entre 2012 et 2015, et cette embauche devrait diriger l’escouade vers un système 4-3 (même si le schéma devrait continuer à alterner avec une 3-4). Pour l’attaque aucun choix n’a encore été fait, mais il ne serait pas étonnant de voir un autre ancien assistant des Patriots. À un moins que quelqu’un d’expérimenté (Jason Garrett, Jay Gruden) ne prenne le poste.

Un jeune coach qui semble sur la même longueur d’onde que les dirigeants de la franchise. Le choix de Joe Judge est cohérent, mais semble en décalage avec l’actuelle mentalité en NFL. À voir si les qualités de leader qu’on lui soupçonne se confirment. Note : C+

L’énigme Kevin Stefanski :

Déjà dans les tuyaux l’an passée, l’embauche de Kevin Stefanski comme head coach des Browns a finalement eu lieu cette année. Un choix somme toute assez surprenant. La surprise ne vient pas du terrain. Dans ce domaine là, Stefanski a prouvé qu’il était un excellent cerveau offensif, faisant de Minnesota une attaque prolifique et excessivement solide au sol. Une donnée qui a sûrement joué lorsqu’on sait qu’il aura à nouveau un bon jeu au sol à Cleveland. La surprise vient plutôt de l’inexpérience totale du nouveau head coach à haut niveau. Une saison comme coordinateur, aucune comme coach principal en NFL. Un peu léger pour tenir les rênes d’une franchise aussi agitée que Cleveland.

Point positif pour Kevin Stefanski, son staff devrait être bien fourni. En défense, le nom de Wade Philipps, véritable référence défensive, circule régulièrement. Garder l’actuel homme en poste, Steve Wilks, pourrait aussi être une bonne option. En attaque, le choix n’est pas encore connu mais sera moins important étant donné que Stefanski devrait appeler les jeux.

Si les dirigeants ont enfin eu l’homme qu’ils voulaient l’année dernière, cette embauche reste surprenante. Un coach expérimenté aurait peut-être été un meilleur choix. De plus, le propriétaire semble vouloir totalement s’immiscer dans les décisions tactiques de son nouveau coach. Une recette qui ne fonctionnera pas. Note : D+

Écrire un commentaire

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières publications

Remonter au début
Vous n'avez pas la permission de vous inscrire
eleifend ut Sed libero nunc libero. eget Praesent commodo ut