Esport

LEC : Vitality encore candidat au titre ?

Vitality LEC

De favori en début d’année à outsider au terme de la saison régulière, le statut de Vitality en LEC a drastiquement changé en quelques mois. Pourtant, les abeilles ont encore les arguments pour aller loin. À la veille du début des playoffs, zoom sur l’équipe française, une formation à la lineup de rêve mais qui est condamnée à l’exploit après une split en-deça des attentes.

On en attendait beaucoup, mais Vitality a juste assuré le strict minimum en se qualifiant en playoffs. Attendues tout en haut du classement, les abeilles n’ont terminé qu’à la sixième place à l’issue de la saison régulière, bien loin du trône auquel on pouvait prédire ce lineup construit pour gagner. Une semi-déception qui offre à Vitality un statut assez flou, outsider au regard de son classement mais tête d’affiche avec le roster.

Un renouveau chamboulé

À l’orée du Spring Split 2022, Vitality se présentait comme étant enfin capable de revenir au sommet. Après deux années très compliquées, marquées par trois splits terminés dans les deux dernières places et une petite éclaircie au Summer 2021 avec une qualification in extremis en playoffs, 2022 devait marquer le renouveau de la structure française. Pour ce faire, Fabien « Neo » Devide n’a pas lésiné sur les moyens durant l’intersaison. Ainsi, un triple changement a été opéré. Exit les solo laners Mathias « Szygenda » Jensen, renvoyé en académie, et Adam « LIDER » Ilyasov, mis sur le banc, remplacé par deux revenants : Barney « Alphari » Morris et Luka « Perkz » Perković. Véritables stars outre-Atlantique, les deux hommes voulaient jouer ensemble, et Vitality leur en a offert la possibilité. Parallèlement à cela, l’équipe n’a pas conservé Juš « Crownshot » Marušič sur la botlane, remplacé par Matyáš « Carzzy » Orság, champion en titre avec MAD Lions venu reformer avec Labros « Labrov » Papoutsakis un duo terrifiant avec BIG en ERLs il y a quelques années.

Plus armées que jamais, les abeilles se présentaient ainsi avec une lineup capable, a minima, de rivaliser avec les équipes du haut de tableau, dont l’ordre semblait chamboulé. En effet, seul Fnatic avait, sur le papier, la capacité de rivaliser avec Vitality. Et pourtant, la réalité fut toute autre. Sur l’ensemble du split, les jaunes et noirs n’ont jamais trouvé leur rythme. Battus à trois reprises lors de la Super Week, on pensait que l’équipe était ensuite réglée, avec cinq victoires sur les six matchs suivant (défaite contre Rogue, encore invaincu à ce moment). Et puis non. Non, finalement, les abeilles ont alterné le chaud et le froid. Entre la Week 5 et la Week 8, Vitality a affiché un bilan de (4-5), battant les équipes de bas de tableau mais s’inclinant que ses potentiels futurs adversaires en playoffs. Loin de convaincre, l’équipe française termine finalement avec un bilan neutre de (9-9) et une terne sixième place, la même qu’au dernier Summer. Le strict minimum, encore, bien loin des rêves de grandeur des fans de l’équipe prêts à rêver d’un retour aux Worlds en fin de saison. Néanmoins, là où Vitality sera vraiment jugé, c’est en playoffs.

Les playoffs pour tout sauver ?

La saison régulière terminée, Vitality doit faire abstraction de cette relative déception qui a tout pour être compensée. Certes, la sixième place obtenue n’est pas à la hauteur des ambitions de l’équipe et des moyens mis en œuvres durant l’automne, mais performer en playoffs effacerait presque tous les doutes. Pour cela, les abeilles sont condamnées à un exploit, car elles devront remonter tout le bracket. En effet, en étant la dernière équipe qualifiée, elle a été placée dans le loser bracket et n’aura le droit à aucune erreur pour espérer aller au bout. Au total, Vitality devra remporter cinq rencontres pour s’offrir le titre, quand Rogue, premier de la saison régulière, n’en aurait besoin que de trois, avec un droit à l’erreur. Il faudra donc être parfait, et ce dès le premier BO5.

Ce premier BO5, Vitality le disputera contre l’équipe surprise de ces playoffs : Excel. Pour la première fois de leur histoire, les Allemands disputeront les playoffs, déjà une belle réussite pour les maudits du LEC. Néanmoins, Excel ne voudra pas s’arrêter là, et partira avec un certain avantage sur son adversaire après avoir remporté les deux rencontres de la saison régulière. Pourtant, Vitality a toutes ses chances pour « renverser » le seed #5, et ce pour plusieurs raisons. Tout d’abord, le niveau intrinsèque des joueurs de Vitality semble supérieur à celui d’Excel. Les matchups ne sont pas tous déséquilibrés, mais la balance penche tout de même pour les abeilles.

Autre avantage de taille : l’expérience. Chez Vitality, tous les joueurs ont déjà disputé les playoffs, et quatre sont déjà allés aux Worlds – seul Labrov n’a pas cette expérience. À l’inverse, chez Excel, seuls Finn et Mykix ont déjà disputé les Worlds, tandis que Markoon n’a même jamais disputé la moindre rencontre de playoffs en LEC. Si l’expérience ne fait pas tout, cela reste un atout pour les abeilles avant de disputer un BO5 crucial. Le step-up attendu duo duo Alphari/Perkz sera également scruté de près, car potentiellement déterminant dans les performances des abeilles lors des playoffs de ce segment de printemps.

Dans l’hypothèse où Vitality s’imposerait contre Excel, y-a-t-il une vraie chance que l’équipe aille au bout ? Difficile d’y croire, mais pas impossible. Difficile car, comme évoqué précédemment, aucune erreur ne sera permise. Et pourtant, l’opposition sera féroce. Vitality sera en mesure de faire tomber les jeunes G2 Esport ? Les Misfits d’un Vetheo en état de grâce ? Fnatic, épouvantail de ces playoffs ? Et Rogue, surprenante meilleure équipe de ce split ? Il faudra espérer que l’équipe monte en puissance, trouvant son rythme et gagnant en confiance au fur et à mesure des séries. Le miracle run relève actuellement plus de l’utopie que d’une possibilité, mais, après tout, le sport – et l’esport – n’est-il pas fait pour vivre des surprises ? Vitality est, sur le papier, taillé pour aller loin malgré ses quelques déboires durant la saison régulière, à eux maintenant de passer un pallier en répondant présent dans le juge de paix de la première partie de leur saison.

Rendez-vous dimanche à 17h00 pour le début du BO5 entre Vitality en Excel, où le perdant sera le premier éliminé de ces playoffs du Spring 2022. En attendant, les playoffs du LEC commencent dès ce soir à 18h00 avec un affrontement entre Rogue, meilleure équipe de la saison régulière, et Misfits Gaming, porté par un excellent Vetheo, suivi demain par un choc entre deux rivaux historiques, Fnatic et G2 Esport.

Crédit image en une : Vitality

Dernières publications

En haut