Basketball

Preview NBA : Une bataille intense pour les playoffs à l’Ouest !

Moins de deux mois et demi après le titre des Lakers, la NBA va déjà reprendre ses droits pour un nouvel exercice. Après une Draft virtuelle et un intersaison éclair, les trente franchises de la ligue vont donc déjà repartir au front. Dans la dernière ligne droite avant le début de la saison 2020/2021, We Sport fait le tour des forces en présence et des attentes pour chaque équipe. Aujourd’hui, zoom sur cinq franchises qui devraient se jouer les dernières places qualificatives en playoffs à l’Ouest.

HOUSTON ROCKETS

Les Houston Rockets, la franchise qui fait rêver en saison régulière mais qui a très (trop ?) souvent déçu en playoffs. Voyons ce que cette franchise peut nous réserver dans un avenir proche.

QUE S’EST-IL PASSÉ L’AN DERNIER ?

Avant toute chose, voyons un peu voir les chiffres pour cette saison 2019-2020. 44 victoires pour 28 défaites en saison régulière, autrement dit 4ème équipe à l’Ouest et 1ère équipe dans sa division Sud-Ouest (où l’on trouve notamment leurs voisins Texans de Dallas). On parle ici de la deuxième meilleure équipe offensive de la ligue (juste derrière les Bucks de Milwaukee) avec presque 118 marqués par match.

Cette saison c’est aussi un James Harden à 34,3 points par match mais aussi un joueur qui distribue tout au long de la saison avec 7,5 passes par match. De son côté, la deuxième superstar de l’équipe, Russell Westbrook n’a rien à lui envier non plus d’un point de vue statistique car ce dernier finira la saison à 27,2 points par match et 7 passes décisives (ainsi que 8 rebonds/match…). Les chiffres sont là et les chiffres ne mentent pas comme on dit.

Hélas, cela ne suffira pas à la franchise de Houston de s’imposer durablement durant les play-offs. Après une série de longue haleine face à OKC, les Rockets finiront par s’imposer 4-3 et ce face à un Chris Paul qui n’a rien lâché jusqu’au bout de la série. C’est au tour suivant, face aux Lakers de LeBron James, que le couperet tombera et que la réalité les rattrapera. Malgré un premier match à 36 points de James Harden qui leur donnera la victoire, les Houston Rockets vont enchainer 4 défaites face à des Lakers en mission. C’est ainsi que se terminera malheureusement leur saison.

À QUOI RESSEMBLE L’EFFECTIF ?

Arrivées

Free Agency : Sterling Brown (Milwaukee Bucks), Christian Wood (Detroit Pistons), DeMarcus Cousins (LA Lakers), Jerian Grant (Washington Wizards)

Trade : John Wall (Washington Wizards)

Draft : Kenyon Martin Jr. (#52)

Départs

Free Agency : Jeff Green (Brooklyn Nets), Austin Rivers (New York Knicks) ; DeMarre Carroll, Tyson Chandler, Thabo Sefolosha

Trade : Robert Covington (Portland Trail Blazers), Russell Westbrook (Washington Wizards)

Avis de @RocketsnationFR sur l’intersaison

« Notre intersaison est à la fois chaotique et intéressante. D’un côté, tu as tes deux stars qui veulent partir, les rôles players qui se plaignent, et de l’autre tu as des arrivées à fort potentielles selon moi : un mélange parfait entre jeunes talents et vétéran revanchard qui peuvent encore être à un niveau très haut. Sans oublier que le staff et le front office a été renouvelé, ils ont su gérer à la perfection cette intersaison très délicate en interne. A l’heure d’aujourd’hui, ils n’ont pas cédé au caprice de Harden. C’est une bonne chose sinon la NBA devient une véritable foire où les stars dictent ce qu’elles veulent sans se soucier de leur contrat. On peut comprendre sa décision, mais souhaiter partir de la sorte est un pur scandale, surtout pour une franchise qui lui a tout donné pendant 8 ans. C’est bien la première qu’elle ne fait pas ce qu’il veut.

Les arrivées de John Wall et DeMarcus Cousins sont des paris à prendre. Ils ont certes été blessés pendant longtemps, mais si les deux tiennent bon bout et que leurs performances suivent, Houston aura fait un bon coup. Christian Wood est une bonne pioche. Un pivot avec cette envergure et à la fois un shoot long distance, on n’a plus vu ça à Houston depuis longtemps, dommage que Harden ne souhaite pas essayer cette formule qui semble plus réaliste. Et les jeunes que sont Mason Jones ou encore Kenyon Martin Jr, vont apporter du jeune sang neuf.

Enfin, je pense que l’intersaison reste bonne malgré les tourmentes en interne : le nouveau GM Rafael Stone a réussi à rendre un effectif plus équilibré et à la fois a récupéré des tours de draft perdus lors du trade CP/Westbrook. Stone et le management des Rockets paient un peu les pots cassés de l’ancien Front Office. »

Le 5 majeur

  • PG : John Wall

Tout droit sorti d’une rééducation de longue haleine, l’ancien meneur de Washington semble prêt à en découdre selon les vidéos qui tournent de lui. Ses stats en carrière ? 19 points par match, 4.3 rebonds et plus de 9 passes, le joueur devrait parfaitement fonctionner avec un homme comme James Harden. Cependant, n’ayant pas joué depuis presque deux ans, sa santé reste un point d’attention à suivre.

  • SG : James Harden

Y’a-t-il encore besoin de la présenter ? La clé de voûte des Houston Rockets devrait répondre sans difficultés à la saison 2021 et produire les mêmes stats que la saison précédente. Cependant son comportement et ses dernières annonces restent inquiétantes pour les Rockets, qui doivent tout faire pour le garder en leur sein.

  • SF : Eric Gordon

Malgré des blessures et une absence cumulée qui lui a fait louper la moitié des matchs en saison régulière, Eric Gordon a réalisé une bonne saison et a rempli son rôle pendant les playoffs. Il se devra tout de même d’être plus régulier pour la saison à venir afin de pouvoir accompagner au mieux les deux joueurs cités auparavant.

  • PF : PJ Tucker

Pas de changement au poste quatre, car c’est effectivement le joueur de 35 ans qui devrait continuer à évoluer de ce côté-là. On reste donc sur du small-ball au poste d’ailier fort, à voir si cela paye pour l’année 2021. Rappelons que PJ Tucker a tourné à 7 points, presque 7 rebonds et plus d’une interception par match la saison dernière.

  • C : DeMarcus Cousins (ou Christian Wood ?)

Effectivement, on s’avance un peu en annonçant Cousins dans le cinq de départ. Cependant, si ce dernier est en bonne santé et qu’il est apte à jouer plus de 25 minutes par match, il n’y aurait aucune raison pour les Rockets de ne pas le mettre dans le cinq majeur. Si ce n’est pas le cas, on pourra toujours imaginer un Christian Wood sous le panier malgré le fait que ce dernier soit initialement plutôt un poste quatre.

OBJECTIF ET ATTENTES

L’avenir de la franchise de Houston est incertain car tout (ou du moins beaucoup de chose) dépend d’une seule personne : James Harden. Si ce dernier est envoyé dans une autre franchise, les attentes de la franchise devront certainement être revues à la baisse. Ou peut-être pas et c’est d’ailleurs là que se trouve tout le flou. Cependant, il ne faut pas non plus désespérer. Les Houston Rockets resteront une équipe qui vise les playoffs et malgré la perte de Westbrook, ces derniers ont reçu en retour un autre grand meneur qui voudra certainement tourner la page de ses blessures passées et recommencer à zéro dans cette nouvelle franchise.

En tout état de cause, la saison s’annonce mouvementée et épicée à Houston et on ne risque certainement pas de s’ennuyer.

Pronostic de la rédaction : 42-30

Pronostic de @RocketsnationFR : « Tout dépendra de Harden. Avec lui, on peut prétendre à un top 7/6 voire même plus haut si Wall et Boogie reviennent bien. Sans lui, ce sera compliqué de viser le top 8, voire même le play-in. Après sait-on jamais, une équipe revancharde et jeune peut surprendre du beau monde. »

MEMPHIS GRIZZLIES

Ja Morant tentera de conduire les siens aux playoffs. (Crédit photo : si.com)

Ja Morant tentera de conduire les siens aux playoffs. (Crédit photo : si.com)

QUE S’EST-IL PASSÉ L’AN DERNIER ?

Personne, ou du moins très peu de gens, ne s’attendaient à voir les Grizzlies se maintenir à la 8ème place avant l’arrêt de la saison régulière. L’explosion du jeune rookie Ja Morant y est d’ailleurs certainement pour quelque chose. 34 victoires pour 39 défaites, l’équipe va notamment se hisser devant les Spurs de San Antonio (pas très en forme), pour finir troisième de leur division.

Malheureusement, le rêve aura été de plus courte durée qu’espéré. En effet, la franchise du Tennessee entamera la bulle avec quatre défaites d’affilée, ce qui finira par leur faire perdre la 8ème place au profit d’une équipe de Portland en feu. Se retrouvant en play-in face aux Blazers, il suffira d’un seul match pour que ces derniers battent Memphis 126-122, mettant fin à leur saison et fermant définitivement la porte des playoffs pour la saison 2019-2020.

À QUOI RESSEMBLE L’EFFECTIF ?

Arrivées

Trade : Mario Hezonja (Trail Blazers), Desmond Bane (#30),

Free Agency : Jahlil Tripp

Draft : Xavier Tillman (#35)

Départs

Free-Agency : Josh Jackson (Destroit Pistons)

Pas beaucoup de changements pendant cette intersaison des Grizzlies. On peut tout de même noter l’arrivée du Croate Mario Hezonja, qui pourra compléter les postes 2 voire 3 de l’équipe. Il s’agit d’une équipe qui souhaite capitaliser sur un roster déjà bien complet en 2020 et développer ce dernier.

Update : Mario Hezonja s’est fait coupé quelques heures après l’écriture de cet article. Le 5ème pick de draft de 2015 n’ayant finalement pas convaincu les Grizz.

Le 5 majeur

  • PG : Ja Morant

Le Rookie Of the Year de l’année 2020 sera bien évidemment présent pour jouer au poste de meneur pour cette deuxième année sous le maillot des Grizzlies. Quelques chiffres sur son année de ROY : 17,8 points/match, 3,4 rebonds/match, 7,3 passes/match. Voilà un joueur qui est prêt à prendre la relève à ce poste tant convoité.

  • SG : Dillon Brooks

Pas de changement de ce côté-là non plus. Après une saison à plus de 16 points par match, ce dernier saura assurer son profil de titulaire.

  • SF : Brandon Clarke

Drafté en 21ème position par le Thunder et tradé directement aux Grizzlies, ce jeune joueur a accompagné son coéquipier de la même cuvée (Ja Morant) tout au long de l’année dernière. Avec deux matchs à 27 points durant la saison mais aussi trois triples doubles, le jeune canadien a su faire ses preuves au poste 3.

  • PF : Jonas Valenciunas

Le Lituanien de 28 ans entamera en 2021 sa troisième saison sous les couleurs de Memphis. Rien d’étonnant quant au fait qu’il sera bien évidemment titulaire au poste 4 avec l’apport qu’il a sur le terrain, avec presque 15 points par match, plus de 11 rebonds et surtout une réussite au shoot à plus de 58%. En somme, un ailier fort sur qui on peut compter.

  • C : Jaren Jackson Jr

Le bras droit de Ja Morant, sans qui les Grizzlies n’auraient certainement pas fait une telle saison, attaquera titulaire au poste 5. Sa saison ? 17,4 PPM, 4,6 RBM et 1 ,4 PdPM.

OBJECTIFS ET ATTENTES

On s’oriente très certainement vers un bilan qui ressemblera fortement à celui de cette année. La Conférence Ouest étant une conférence réputée pour être très dure, il sera compliqué pour les Grizzlies de se hisser plus haut que cette saison en 2021.

Pronostic : 34-38.

PHOENIX SUNS

Crédit photo : Alex Goodlett/Getty Images

Si vous n’avez pas entendu parler des Suns cet été, c’est que vous vivez bien loin du formidable monde du basketball. Les Suns ont retrouvé une hype, déclenchée cet été du côté de la bulle d’Orlando, jusqu’à aujourd’hui avec l’arrivée de beaux renforts.

QUE S’EST-IL PASSÉ L’AN DERNIER ?

Les Suns n’ont pas connu une grande saison régulière avant le confinement, loin du coup des playoffs, les coéquipiers de Devin Booker sont quand même conviés à la fête du côté d’Orlando. Dans le monde magique de Mickey, D-Book, Cameron Johnson sont devenus les Looney Tunes autour de Michael Jordan dans Space Jam, une équipe injouable. 8-0, une qualification manquée d’un fil pour le play-in. Phoenix a fait vibrer l’Arizona pour la première fois depuis bien longtemps, et nous aussi.

À QUOI RESSEMBLE L’EFFECTIF ?

Les Suns ont tout d’abord eu un joli choix de draft avec le pick numéro 10. Ils ont finalement récupéré Jalen Smith, un ailier fort qui pourra être pris en charge par l’arrivée de l’expérimenté Jae Crowder mais surtout du prolongé Dario Saric. Une belle raquette donc puisque les Suns ont enregistré l’arrivée de l’ancien Warriors Damian Jones pour épauler DeAndre Ayton. Une plus value certaine. Et que dire du transfert de Chris Paul ! Le meneur gestionnaire le plus intéressant de la ligue va donc pouvoir distribuer des caviars pour Cameron Johnson et surtout Devin Booker, certes cela a couté Ricky Rubio et Kelly Oubre, mais l’opération semble un vrai plus pour les Suns avec un apport d’expérience pour ces jeunes qui ont faim de playoffs. On rajoutera également les arrivées d’E’Twaun Moore et de Langston Galloway pour amener un peu de spacing sur le banc.

Le cinq majeur

  • PG : Chris Paul

Une expérience profitable, un meneur qui va savoir gérer la folie des jeunes pousses autour de lui, le fit parfait pour Phoenix.

  • SG : Devin Booker

Malgré l’arrivée de Chris Paul, c’est lui qui doit s’imposer comme le franchise player, que ce soit sur le terrain ou dans le vestiaire, l’année de la maturité pour lui ? On l’espère.

  • SF : Mikal Bridges

Après ce qu’il a montré dans la bulle, il ne pourra plus se cacher et devra trouver de la régularité pour montrer qu’il peut remplacer parfaitement Kelly Oubre à l’aile.

  • PF : Dario Saric / Jae Crowder

Les deux joueurs sont capables d’assurer en tant que titulaire, on opterait plus pour une présence de Saric pour libérer du spacing à Devin Booker et avoir une vraie équipe capable de shooter de n’importe ou sur le terrain, l’impact de Crowder physiquement pourrait compenser les sorties d’Ayton dans la raquette.

  • C : DeAndre Ayton

Comme Devin Booker, il doit devenir un leader. Si il est en nette progression, sa suspension la saison passée semble l’avoir fait murir. A voir si l’enjeu proposé par cet effectif alléchant lui permettra de se sublimer ou non.

OBJECTIF ET ATTENTES

Après avoir agréablement surpris dans la bulle et réalisé une intersaison pas loin d’être la plus belle de la ligue, Phoenix hype mais est aussi également attendu. Le fit entre expérience et fougue de la jeunesse peut-il permettre à l’Arizona de retrouver les playoffs ? Réponse dans 2 matchs.

Pronostic : 37-35

PORTLAND TRAIL BLAZERS

Réussite et déception, ce sont les premiers mots qui viennent à l’esprit pour définir la saison 2020 des Portland Trail Blazers. Une saison régulière décevante et une bulle remarquable. Avec beaucoup d’attentes, voyons ce que peut nous proposer cette équipe pour la saison à venir.

QUE S’EST-IL PASSÉ L’AN DERNIER ?

Alternant défaites et victoires, la saison régulière de la franchise de l’Oregon reste mitigée. 35 victoires pour 39 défaites, 8ème place de la conférence Ouest, le bilan de 2020 reste plutôt gris pour Damian Lillard et ses coéquipiers. Alors que le mois de février touchait à sa fin et malgré un run de quatre défaites pour huit victoires, ils réussiront tout de même à décrocher la 9ème place. C’est dans la bulle que les joueurs réussiront à se hisser à la 8ème place grâce au système de play-in, qui les verra affronter les Memphis Grizzlies. Grâce à un Damian Lillard magistral (34 points), les Blazers se retrouveront au premier tour de playoffs face au tenant du titre actuel : Los Angeles Lakers. Comme l’histoire l’a démontré jusqu’à présent, Portland se fera sortir au premier tour, tout en évitant un sweep (4-1). L’une des meilleures équipes offensives de la ligue (5ème équipe à l’Ouest au nombre de points marqués) n’a pas pu faire face à une équipe comme les Lakers avec une défense si faible (13ème équipe à l’Ouest en nombre de points encaissés).

Une équipe qui termine sa saison régulière sur sept victoires, est une équipe qui a du potentiel. Avec les mouvements de l’intersaison, les Blazers sont-ils en route pour s’élever au sein de la Conférence Ouest en 2021 ?

À QUOI RESSEMBLE L’EFFECTIF ?

Arrivées

Free Agency : Harry Giles (Sacramento Kings), Derrick Jones Jr (Miami Heat)

Trade : Robert Covington (Houston Rockets), Enes Kanter (Boston Celtics)

Draft : C.J. Elleby (46ème position)

Départs

Free Agency : Hassan Whiteside (Sacramento Kings)

Trade : Trevor Ariza (OKC), Mario Hezonja (Memphis Grizzlies)

Après une saison compliquée quant à la santé de leurs joueurs (blessure de Zach Collins, Rodney Hood ou encore Trevor Ariza), l’équipe de Portland s’est retrouvée avec une rotation totalement déconstruite et un effectif assez bancal par rapport à ce qui était prévu en début de saison. Les mouvements de cette intersaison viennent donner une vraie cohérence dans la construction de l’équipe et combler des manquements qui existaient auparavant. L’arrivée de Convington ou encore de Jones Jr vont venir renforcer défensivement une équipe qui en avait bien besoin. Le retour d’Enes Kanter dans l’Oregon va lui venir renforcer le banc.

Le départ de Mario Heznoja peut être à déplorer mais ce dernier vient à être remplacer à son poste par l’ailier fort des Houston Rockets, ce qui finalement est un véritable up pour les Portland Trail Blazers.

Le cinq majeur

  • PG : Damian Lillard

A la mène aux Blazers, comme c’est le cas depuis 2012, le MVP de la bulle devrait encore nous proposer une saison digne des plus grands. Après une saison à 30 points de moyenne par match, 4.2 rebonds et 8 passes décisives (et une petite réussite au tir de 46%), Logo Lillard va certainement nous en mettre plein les yeux sans aucune difficulté.

  • SG : CJ McCollum

Le bras droit de notre meneur (et rappeur…) préféré sera toujours présent à ses côtés pour l’accompagner pour cette nouvelle saison. Après une année à plus de 22 points et une réussite au tir à plus de 45%, CJ devra répondre présent à tous les matchs cette saison si Portland veut se hisser dans le haut du classement.

  • SF : Derrick Jones Jr

Annoncé par le GM des Trail Blazers, Neil Oshley, comme l’ailier titulaire de l’équipe, l’ancien joueur de Miami devra faire ses preuves au sein de sa nouvelle franchise. Cependant, il ne fait aucun doute que ce joueur devrait être un très bon fit sur le terrain. En effet, comme décrit auparavant, Portland manque de défense et notre ailier de 23 ans est un joueur qui préfère la défense à l’attaque.

  • PF : Robert Covington

Prisé par de nombreuses équipes, l’ailier fort a finalement été tradé aux Portland Trade Blazers. Covington vient ainsi renforcer le poste 4 d’une équipe qui en avait besoin. Joueur ayant des bonnes compétences en défense mais sachant aussi scorer à longue distance, la franchise de l’Oregon a sûrement fait ici son meilleur move de l’intersaison 2020.

  • C :  Jusuf Nurkic

Après une saison quasiment blanche à la suite de sa blessure le 25 mars 2019 (fracture à la jambe), le jeune Bosniaque de 26 ans est revenu pendant la bulle pour aligner ses meilleures statistiques en saison régulière (17,6 points ; 10,4 rebonds et 4 passes). Suite au départ de Hassan Whiteside, il va prendre à temps plein ce poste 5. Il ne fait aucun doute que le Bosnian Beast saura prendre les choses en main pour cette année 2021.

OBJECTIF ET ATTENTES

Après une saison compliquée, irrégulière et une 8ème place décrochée à la suite d’un affrontement contre les Grizzlies lors des play-in, Portland n’a pas su briller en play-offs. Avec les mouvements de l’intersaison, Portland a renforcé son équipe en défense et a su combler quelques trous. L’apport du banc jouera aussi un grand rôle cette saison et des joueurs comme Enes Kanter ou encore Carmelo Anthony sauront certainement accomplir ce rôle avec brio.

Pour toutes ces raisons, les Trail Blazers devraient nous proposer une meilleure saison que cette année. On attend des Blazers qui cette année viendront chatouiller des équipes comme le Jazz de Utah, les Rockets ou encore les Nuggets de Denver.

Pronostic de la rédaction : 44-28

Pronostic de nos collègues @BlazersFr : 44-28 (Top 4 à l’Ouest).

UTAH JAZZ

Le Jazz était attendu cette saison, Donovan Mitchell est devenu un leader, Mike Conley devait justifier son gros salaire et Rudy Gobert ses titres de DPOY…

QUE S’EST-IL PASSÉ L’AN DERNIER ?

Le Jazz a encore été très sérieux en saison régulière. 6e sans trembler et en étant un peu moins bien dans la bulle, les hommes de Quinn Snyder ne se sont pas simplifiés la tâche pour les playoffs et manque de bol (Bol), le Jazz est tombé sur une équipe des Nuggets toujours plus surprenante. Malgré un match 1 stratosphérique de Donovan Mitchell et ses 57 points, 3e meilleure performance de l’histoire en playoffs, le Jazz s’incline dans un match 7 absolument incroyable de tension et de défense.

À QUOI RESSEMBLE L’EFFECTIF ?

Très peu de changements du côté du Jazz, le pick de draft Bolmaro a été envoyé à New York contre des deuxièmes tours qui devraient filer vers la G-League. Le seul move du Jazz aura été le retour de Derrick Favors, star du côté de Salt Lake City, qui a été pris agent libre. Un renfort et de l’expérience en plus pour passer un cap en playoffs ? C’est tout ce que l’on souhaite au Jazz.

Le cinq majeur 

  • PG : Mike Conley

Dernière saison de contrat max, il va falloir assumer et décrocher quelque chose au risque de passer pour un pitre dans les bouquins d’histoire.

  • SG : Donovan Mitchell

Il faut passer du statut de star à celui de superstar cette saison et ça passe par des tours de playoffs.

  • SF : Jordan Clarkson

Une grosse extension veut dire de l’ambition, il va falloir là aussi assumer sur le parquet maintenant.

  • PF : Bojan Bogdanovic

Une saison passée déjà très bonne, il faut continuer à garder le cap des 20 points de moyennes et se montrer comme la deuxième option offensive dans l’Utah.

  • C : Rudy Gobert

Continuer à être le défenseur le plus dissuasif de la ligue est un priorité, essayer de s’impliquer encore plus offensivement pour passer un cap en est une autre.

OBJECTIF ET ATTENTES

Le Jazz doit aller loin cette année, quitte à laisser quelques victoires en saison régulière. Objectif demi-finales de conférence dans l’Utah et c’est un minimum.

Pronostic : 39-33.

Vous l’aurez donc compris, la course aux playoffs va comme chaque année à l’Ouest être d’une grande densité et intensité. Alors les Suns peuvent-ils retrouver les playoffs ? Houston les manquer ? Réponse en mai prochain. 

Article écrit en collaboration avec Kenan Zolic (Houston, Portland, Memphis)

Crédit photo en une : Alex Goodlett/Getty Images

Écrire un commentaire

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières publications

Remonter au début
Vous n'avez pas la permission de vous inscrire