Rugby

Rétro Top 14 : un Stade toulousain puissance 21

Après un exercice 2019-2020 avorté, le Top 14 est revenu cette année avec son lot de suspense et de spectacle. Au terme d’une saison pleine, la rédaction de We Sport vous propose de revenir sur les performances des quatorze clubs qui composent le championnat. Dernier volet de notre série avec le parcours de Toulouse, champion de France et auteur d’un superbe doublé avec la coupe d’Europe.

 

  • Classement en Top 14 : 1e avec 81 points (17 V, 1 N, 8 D), champion.
  • Parcours en Champions Cup : champion.

 

L’effet rétro : Toulouse remonte sur son trône

Au début de la saison, le Stade toulousain est la dernière équipe à avoir soulevé le bouclier de Brennus, en 2019, sans être officiellement considéré comme le tenant du titre puisque l’exercice précédent a été annulé par la pandémie de Covid-19. Peu importe, les Rouge-et-Noir repartent à l’assaut du Top 14 avec la féroce volonté de conserver leur couronne, une mission accomplie au terme d’une saison extraordinaire, qui les verra également remporter la Champions Cup.

Si tout commence par un revers sur la pelouse de Clermont, Toulouse fait forte impression ce soir-là en ramenant le bonus défensif malgré deux cartons rouges. De bonnes dispositions aussitôt confirmées par quatre succès de suite, en dépassant à chaque fois la barre des 30 points. Le mois de novembre voit arriver les premiers doublons et donc les premiers soucis pour les hommes d’Ugo Mola, pénalisés par l’absence de nombreux cadres (Marchand, Baille, Cros, Dupont, Ntamack). Ils s’inclinent à domicile contre Lyon, concèdent une lourde défaite à Paris et se contentent d’un match nul face à Castres.

Avec 11 essais en 20 matches toutes compétitions confondues, Antoine Dupont a réalisé une saison magistrale. (© Lionel Bonaventure/AFP)

Le retour de ses internationaux coïncide logiquement avec le redémarrage fulgurant du Stade. Intouchables lorsqu’ils sont au complet, les Toulousains enchaînent huit victoires consécutives. Pendant le Tournoi des Six Nations, la nouvelle période de doublons est mieux négociée : malgré une défaite à Lyon, les coéquipiers de Matthis Lebel font le travail et arrachent notamment une victoire précieuse sur la pelouse de La Rochelle (voir par ailleurs).

Dans le sprint final, Toulouse est quasiment assuré de se qualifier directement pour les demi-finales et privilégie donc la coupe d’Europe. Il élimine ainsi le Munster, Clermont et l’UBB pour se frayer un chemin jusqu’en finale de la Champions Cup. En parallèle, plusieurs impasses en championnat où Ugo Mola aligne des compositions très remaniées suscitent des critiques (défaite à Castres, à Toulon et contre Bayonne).

Le Stade signe heureusement une fin de saison royale qui met tout le monde d’accord. Les Rouge-et-Noir dominent La Rochelle pour remporter la Champions Cup (22-17), puis battent Clermont et Bordeaux afin de terminer en tête de la saison régulière de Top 14. Deux nouvelles victoires face à l’UBB en demi-finale (24-21) et La Rochelle en finale (18-8) leur permettent finalement de signer un retentissant doublé, une performance inédite depuis Toulon en 2014.

En remportant la Champions Cup puis le Top 14, Toulouse a signé le deuxième doublé de son histoire après 1996. (© Top 14)

Le tournant de la saison : La Rochelle 11-14 Toulouse (15e journée)

Malgré des absents de marque – les internationaux sont réquisitionnés pour le Tournoi des Six Nations -, Toulouse signe une performance magistrale au soir de la 15e journée en s’imposant sur le terrain du concurrent rochelais. Au terme d’un match extrêmement serré, l’essai de la victoire est inscrit par Yoann Huget. Cette victoire s’avèrera décisive dans la course à la première place, mais aussi et surtout sur le plan psychologique. En fin de saison, les Rouge-et-Noir battront de nouveau La Rochelle à deux reprises, à chaque fois en finale.

Le joueur : Antoine Dupont

Nous aurions pu évoquer ici la saison monumentale du talonneur Julien Marchand, la technique raffinée du pilier Cyril Baille, les multiples essais du jeune ailier Matthis Lebel ou l’activité débordante du troisième ligne Selevasio Tolofua. Mais comment ne pas mettre à nouveau en lumière l’étincelant Antoine Dupont ? Unanimement reconnu comme l’un des meilleurs joueurs au monde, le demi de mêlée français a éclaboussé de son talent chaque rencontre qu’il a disputée. 11 essais toutes compétitions confondues, 4,3 défenseurs battus par 80 minutes jouées en Top 14 et une menace permanente pour les adversaires : avec sa superstar, Toulouse peut voir venir.

Perspectives : ne pas laisser le souffle retomber

Après avoir atteint le sommet du rugby national et continental, le Stade aura-t-il suffisamment d’appétit pour continuer sur sa lancée ? Oui, sommes-nous tentés de répondre, tant la culture de la gagne semble transpirer à tous les étages du club. La génération dorée toulousaine a les armes pour poursuivre sa moisson de trophées, et l’arrivée d’Anthony Jelonch constituera un sérieux renfort en troisième ligne. Avec une multitude de jeunes prometteurs qui frappent à la porte (Emmanuel Meafou, Thibaud Flament, Dimitri Delibes, Nelson Epée), même les périodes de doublons pourraient devenir plus simples à négocier pour Ugo Mola.

 

Retrouvez l’intégralité des articles de notre série Rétro Top 14 par ici.

Écrire un commentaire

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières publications

Remonter au début
Vous n'avez pas la permission de vous inscrire