Foot US

Trophée WeSport x NFL : Aaron Rodgers futur MVP ?

Aaron Rodgers MVP

La saison régulière terminée, la rédaction WeSport en profite pour distribuer les récompenses avant les cérémonies officielles qui auront lieu au mois de Janvier ! Un troisième titre de MVP pour Aaron Rodgers, les défenseurs Aaron Donald et Chase Young à l’honneur, ainsi que les déceptions de l’année, on vous présente nos choix !

MVP: Le triplé pour Aaron Rodgers

Romain: Même si Derrick Henry ferait un candidat crédible, c’est Aaron Rodgers qui devrait mettre la main pour la troisième fois de sa carrière sur le trophée de MVP. 48 touchdowns pour seulement 5 interceptions et 70,7 % de passes complétées, les stats du quarterback des Packers sont exceptionnelles. Et il faut ça pour priver un joueur comme Patrick Mahomes (lui aussi exceptionnel) du trophée !

Louis: Patrick Mahomes ou Aaron Rodgers ? Le phénomène ou l’expérimenté ? Si les deux hommes sont légitimes pour ce trophée, le quarterback des Chiefs pourrait à nouveau voir le trophée lui passer sous le nez. Pourquoi ? Parce qu’Aaron Rodgers a été impérial. À 37 ans il a montré que l’âge n’était qu’un chiffre en portant les Packers jusqu’au sommet de la NFC. Une première victoire du vétéran face à Kansas City avant de les retrouver au Super Bowl ?

Joueur offensif de l’année: Lot de consolation pour Derrick Henry

Romain: Plus de 2000 yards et 17 touchdowns, Derrick Henry a réalisé une saison historique dans une équipe très offensive et qualifiée pour les playoffs. La définition parfaite du joueur valuable ! Malheureusement le trophée de MVP est la chasse gardée des quarterbacks. Derrick Henry devra donc se contenter du titre de « Joueur offensif de l’année »

Louis: Avec un titre de MVP qui semble promis à un quarterback, il est impensable que Derrick Henry ne devienne pas joueur offensif de l’année. Surpuissant au sol, le bulldozer du Tennessee est devenu le huitième joueur de l’histoire à dépasser les 2000 yards au sol. Le dernier à l’avoir fait ? Adrian Peterson en 2012, année où il fut élu MVP. À défaut de remporter le Graal, King Henry devrait tout de même être récompensé.

Joueur défensif de l’année: Le monstre Aaron Donald

Romain: Les Rams sont actuellement la meilleure défense de la NFL (seulement 18,5 points encaissés par match) et Aaron Donald en est le patron. En plus de ça, il est le joueur le plus dominant et le plus redouté de la ligue ! Ce serait son troisième trophée en quatre saisons et on pourrait même lui donner un abonnement.

Louis: Encore une fois dominant sur la ligne défensive des Rams, Aaron Donald pourrait bien décrocher le titre de joueur défensif de l’année pour la troisième fois de sa carrière. Déjà récompensé en 2017 et 2018, il pourrait remporter ce trophée tous les ans tant son talent éclabousse la ligue et fait mal aux lignes défensives adverses à chaque fois qu’il foule la pelouse.

Rookie offensif de l’année: Bataille de Justin pour le titre

Romain: 1400 yards ! Justin Jefferson a carrément battu le record de yards à la réception pour un rookie. Les Vikings pensaient avoir trouvé le remplaçant de Stefon Diggs mais ils ont, peut-être, trouvé le remplaçant de la légende Randy Moss !

Louis: À la lutte avec Joe Burrow avant la blessure de celui-ci, Justin Herbert est assurément LE rookie offensif de l’année. Auteur d’une saison de très haute volée où il a fait tomber de nombreux records pour un quarterback novice, il est le rayon de soleil de la saison des Chargers. Potentiel franchise quarterback, il sera la pièce autour de laquelle construire pour Los Angeles dans les années à venir.

Rookie défensif de l’année: Chase Young, le nouveau Aaron Donald

Romain: Un choix plutôt facile puisqu’aucun autre joueur ne s’est vraiment révélé de ce côté-là du terrain. Il finit la saison avec 7,5 sacks et à la manière d’Aaron Donald, on sent qu’il peut devenir un des joueurs dominants de la ligue. En plus, Washington a obtenu une qualification inespérée pour les playoffs grâce à sa défense. Une qualification qui récompense le bon travail de Chase Young !

Louis: Encore à la recherche de son rythme lors de la première partie de la saison, Chase Young a fini par tout écraser sur son passage. Dans une défense performante qui a porté Washington tout au long de l’année, il s’est montré à son avantage et a fait vivre des moments difficiles à plus d’un quarterback de la ligue. Annoncé comme le plus grand talent de la cuvée 2020, il a confirmé qu’il avait déjà tout d’un grand.

Coach de l’année: L’AFC à l’honneur

Romain: Les Bills ont fini deuxième de la conférence AFC et c’est, peut-être, l’équipe qui a le plus progressé depuis la saison dernière. Réputée défensive, l’équipe s’est transformée en une machine offensive (deuxième meilleure attaque) avec à sa tête un Josh Allen métamorphosé. En quatre ans à la tête des Bills, Sean McDermott a fait un boulot incroyable. Il faut maintenant gagner un match en playoffs pour récompenser son travail.

Louis: Dès sa première saison dans l’Ohio, Kevin Stefanski a réussi à faire revenir les Browns en playoffs après dix-huit ans de disette. Sous son égide, Baker Mayfield a retrouvé des couleurs et le jeu au sol a été très performant, deux données qui ont grandement contribué au succès de Cleveland. Si sa nomination avait été critiquée avant le début de l’exercice 2020, il a donc réussi à faire taire ses détracteurs. Mention spéciale à Sean McDermott pour son travail avec les Bills.

Équipe surprise: Buffalo ou Washington mérite les honneurs

Romain: Certes, Washington a réussi à se qualifier pour les playoffs avec le pire bilan de l’histoire (7-9). Mais peu de gens auraient misé de l’argent sur la qualification de la Football Team en début de saison. Entre les défaites, les contre-performances de Dwayne Haskins et la grave blessure de Kyle Allen la saison avait pourtant très mal commencé pour Washington. Les voir en playoffs est une énorme surprise !

Louis: Si un passage de témoin entre les Patriots et les Bills était attendu dans l’AFC Est, personne ne s’attendait à ce que Buffalo performe à ce niveau cette année. Intraitables en attaque grâce à un Josh Allen transfiguré, les joueurs de Sean McDermott terminent avec la deuxième meilleure attaque de la ligue. Ils restent sur six victoires consécutives avant d’entamer les playoffs ! Deuxièmes en AFC, les Bills seront bien les principaux challengers des Chiefs dans la Conférence Américaine.

Équipe qui a déçu: Houston on a un problème !

Romain: Il n’y a qu’à voir les attitudes de Deshaun Watson lors des derniers matchs pour comprendre le calvaire vécu par le quarterback de Houston cette saison… Encore une fois, il a été le seul rayon de soleil d’une équipe qui finit avec un bilan de (4-12) et cinq défaites consécutives. Difficile à croire pour une équipe qui était toute proche d’éliminer les Chiefs lors des playoffs 2019. Cerise sur le gâteau, Houston enverra son troisième choix de la draft à Miami ! On dit merci Bill O’Brien.

Louis: À Houston, il était temps que la saison se termine. En Divisionals l’an passé, les Texans ont vécu une saison cauchemar dès les premières semaines. Défaits lors de leurs quatre premières rencontres, ils se sont séparés de Bill O’Brien avant de végéter au fond du classement sous les ordres de Romeo Crenell. Avec plusieurs secteurs à consolider et un troisième choix de Draft qu’ils n’auront même pas à leur disposition (envoyé à Miami dans l’échange pour Laremy Tunsil), Houston est dans une situation délicate. Deshaun Watson est là, mais sa franchise vient de lui faire perdre un an de carrière.

Joueur qui déçoit: Carson Wentz évidemment !

Romain: Difficile de faire pire saison que celle de Carson Wentz qui a vécu un véritable enfer cette saison. 15 interceptions en 12 matchs (pour seulement 16 touchdowns) avant de passer les quatre dernières rencontres sur le banc au profit du rookie Jalen Hurts. L’aventure à Philadelphie semble terminée pour Carson Wentz qui possède suffisamment de crédit pour rebondir ailleurs !

Louis: Saison excessivement compliquée pour Carson Wentz avec les Eagles. En difficulté dans le jeu, il a fini par laisser sa place de titulaire au rookie Jalen Hurts. Pire, en plus de terminer la saison sur le banc, il fut même relégué en tant que troisième quarterback pour le dernier match de la saison. Sa relation avec Doug Pederson serait rompue et seul un transfert semblerait en mesure de relancer sa carrière.

Most improved player: Josh Allen parmi les grands

Romain: Josh Allen avait la réputation d’être un quarterback puissant mais avec un jeu de passe limité. Il est passé dans une autre catégorie cette année ! 4544 yards, 37 touchdowns, plus de 30 points par match et 13 victoires, il n’a rien à envier aux meilleurs quarterbacks sur cette saison !

Louis: Si ce trophée était réellement décerné par la NFL, Josh Allen en serait à coup sûr le lauréat. C’est simple, le quarterback de Buffalo s’est amélioré dans toutes les catégories statistiques. Plus productif (+1455 yds par rapport à 2019), plus décisif (1,85x plus de touchdowns lancés) et plus précis (de 58,8 à 69,2% de passes complétées), il a été meilleur partout, le tout avec seulement une interception de plus lancée mais un ratio passe tentée/interception plus faible. Si vous cherchez la clé de la réussite pour les Bills, n’allez pas plus loin.

Steal de la draft: Abondance de receveurs

Romain: Onze touchdowns pour le onzième receveur de cette draft ! Il n’y a pas grand-chose à ajouter même si sa deuxième partie de saison a été plutôt moyenne. Pittsburgh a encore eu le nez creux sur le poste de receveur et Chase Claypool est promis à un bel avenir en NFL.

Louis: Oui, Justin Jefferson a été sélectionné en 21e position au premier tour. Mais en étant seulement le quatrième receveur choisi dans une cuvée réputée dense sur la position on peut parler de steal. Rookie avec le plus de yards à la réception (1400) dans l’histoire de la NFL, dépassant un certain Randy Moss, il s’est affirmé comme le meilleur receveur de cette classe de Draft. Si l’on peut parler de trade gagnant-gagnant entre Buffalo et Minnesota dans l’échange de Stefon Diggs, c’est en grande partie grâce aux performances de cet homme.

Signature de l’été: Tom Brady, who else !

Romain: Ce choix parait évident car il concerne la signature du meilleur joueur de l’histoire ! Mais même à 43 ans, Tom Brady a encore réussi à être performant. Troisième au nombre de yards (4633 yards) et deuxième au nombre de touchdowns (40 touchdowns), Tom Brady a profité pleinement du système Bruce Arians pour s’offrir une deuxième jeunesse en Floride. Par la même occasion, il emmène les Buccaneers en playoffs pour la première fois depuis treize ans. Évidemment, il ne compte pas s’arrêter là !

Louis: C’était la plus grosse signature de l’intersaison, et elle a eu l’effet escompté pour Tampa Bay. Arrivé en Floride pour ramener les Buccaneers en playoffs, Tom Brady a mené à bien sa mission. Auteur de quarante touchdowns à quarante ans (deuxième meilleure saison en carrière dans ce domaine), Terrific Tom est plus que le tube de l’été pour les Bucs. Il devra maintenant continuer son chemin jusqu’à un potentiel Super Bowl à domicile avec de grandes performances en playoffs.

Crédit photo couverture: OnMilwaukee

Écrire un commentaire

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières publications

Remonter au début
Vous n'avez pas la permission de vous inscrire