Coupe du monde : Angleterre – Nouvelle-Zélande ou la finale avant l’heure

0
Angleterre Nouvelle-Zélande, la demi-finale qui aura le goût de finale
Ligue 1

Première demi-finale de cette Coupe du monde 2019, Angleterre – Nouvelle-Zélande sonne comme une finale avant l’heure.

 

Ça fait 20 ans qu’un match de Coupe du Monde ne nous avait pas offert Angleterre – Nouvelle-Zélande à son affiche. C’était au terme d’une rencontre comptant pour la phase de poule de la Coupe du monde 1999, remportée sans trembler ni briller 30-16 par les Blacks à Twickenham. C’est le dernier des trois matchs que la perfide Albion et le XV à la Fougère se sont disputés, et tous les trois matchs ont tourné en faveur des hommes du Pacifique.

 

Rugby vif et porté VS froide lucidité

Depuis, ce ne sont pas moins de 18 test-matchs qui ont été organisés pour un bilan nettement favorable aux Blacks : 3 victoires anglaises, 15 victoires néo-zed.

Mais les statistiques ne disent pas tout, et la demie-finale de cette Coupe du monde 2019 Angleterre – Nouvelle-Zélande s’annonce bien plus indécise, âpre et disputée qu’elles ne pourraient le laisser penser.

D’abord parce que Blacks and Roses ont de loin jusqu’à présent proposé les rugbys les plus aboutis de cette Coupe du monde, chacun dans un style caractéristique. La virtuosité d’un rugby porté, vif mais qui ne concède rien sur le plan de l’impact ; la froide lucidité de transformer en points les plus petites occasions. Deux façons d’envisager le jeu jouées à leur meilleur alors que les deux sélections depuis la dernière Coupe du monde enchaînent des résultats stratosphériques : 80% de victoires et une série de 18 victoires de rang.

 

Le pari Eddie Jones

Une confrontation de styles donc, mais il faut l’avouer : le rugby c’est plutôt une boisson d’hommes. Eddie Jones n’est pas le dernier à aller à la mailloche et il a lancé les hostilités dans sa conférence de presse mardi dernier. Le sélectionneur anglais n’a pas hésité à dénoncer une tentative d’espionnage lors de séances d’entrainement de l’équipe anglaise, se gardant bien d’accuser son prochain adversaire black. Il faut dire que pour le sélectionneur australien du XV anglais, l’échéance est grande et importante même si on peut déjà dire qu’il a réussi son pari. Quand il a récupéré la sélection en 2015, le rugby anglais connaissait probablement sa plus grande crise, éliminé au premier tour de sa propre Coupe du Monde. Depuis, le monstre de rigueur et intransigeance qu’est Jones a remis l’Angleterre sur la voie du succès.

 

La leçon Lomu

De leur côté, les Blacks aborderont ce match avec la sérénité des habitués de ce genre de grand rendez-vous. Double tenante du titre, la sélection Néo-Z arrivera à Yokohama la valise pleine de certitudes, jamais battue par les Anglais dans la compétition depuis ses débuts en 1987. Il ne fait guère de doute que les Blacks auront au cœur et au corps la leçon de rugby que Jonah Lomu avait infligé à la sélection européenne un jour de 1995, faisant basculer le rugby dans une dimension qu’on ne lui connaissait alors pas.

 

Une victoire sur l’archi favori black aurait sans nul doute une saveur toute particulière et scellerait la réussite d’Eddie Jones à la tête du XV de la Rose, tandis que celle des Blacks aurait celle de l’évidence.

Sport en directMercato Football

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here