Coupe du monde

Coupe du monde au Qatar : Des agents de sécurité soumis au “travail forcé”

Qatar

Au Qatar, des agents de sécurité travaillant sur des projets, dont certains sont liés à la Coupe du monde 2022, ont été soumis à des conditions “assimilables à du travail forcé”, affirme Amnesty.

Dans un nouveau rapport publié quelques jours seulement après le tirage au sort officiel du tournoi, l'organisation de défense des droits humains a recueilli les témoignages de 34 employés de huit sociétés de sécurité privées.

Les travailleurs migrants ont décrit avoir travaillé pendant des mois, voire des années, sans aucun jour de repos. La plupart d'entre eux ont déclaré que leurs employeurs refusaient de respecter le jour de repos hebdomadaire prévu par la loi qatarie, et que les travailleurs qui prenaient leur jour de congé risquaient d'être sanctionnés par des retenues salariales arbitraires.

Selon Amnesty, les travailleurs étaient employés par des entreprises privées qui fournissaient des services pour des sites tels que des stades de football, ainsi que pour d'autres projets d'infrastructure essentiels pour la Coupe du monde. Au moins trois de ces entreprises ont assuré la sécurité de récents tournois de la Fifa au Qatar, notamment la Coupe du monde des clubs 2020 et la Coupe arabe de la Fifa 2021.

Amnesty a déclaré que si la Fifa et le Comité suprême pour la livraison et l'héritage (SC), organisateurs de la Coupe du monde, n'ont pas renouvelé les contrats de deux des trois sociétés, “aucun des deux organismes n'a fourni suffisamment de détails pour déterminer si ce désengagement a été effectué de manière responsable, transparente et en dernier recours”. Ils ont aggravé ce manquement en n'identifiant pas les abus et en n'y remédiant pas en temps voulu “, a déclaré Amnesty.

Dans un communiqué, le CS a déclaré : “Malheureusement, trois entreprises ont été jugées non conformes dans un certain nombre de domaines pendant la Coupe du monde des clubs 2020 et la Coupe arabe 2021. Ces violations étaient totalement inacceptables et ont conduit à l'application d'une série de mesures, notamment le placement des entrepreneurs sur une liste de surveillance ou une liste noire pour éviter qu'ils ne travaillent sur de futurs projets – y compris la Coupe du monde de la Fifa – avant de les signaler [au ministère du Travail].”

Amnesty a indiqué que l'un des agents de sécurité d'un hôtel avec lequel elle s'est entretenue, originaire du Kenya, passait souvent des mois sans avoir un seul jour de congé. Un autre, Abdul, originaire du Bangladesh, a déclaré qu'il n'avait pas eu un seul jour de congé pendant trois ans.

La loi qatarie limite le temps de travail hebdomadaire à 60 heures maximum, heures supplémentaires comprises, et les travailleurs ont droit à un jour de repos complet et rémunéré chaque semaine.Mais Amnesty a affirmé que 29 des 34 agents de sécurité avec lesquels elle s'est entretenue ont déclaré qu'ils travaillaient régulièrement 12 heures par jour, et 28 qu'ils n'avaient pas droit à un jour de repos, ce qui signifie que beaucoup d'entre eux travaillaient 84 heures par semaine, pendant des semaines.

 Les abus sont systémiques

Amnesty a interrogé les agents de sécurité, superviseurs et responsables de la sécurité, actuels ou anciens, entre avril 2021 et février 2022, et affirme que la cohérence des récits dans plusieurs entreprises “indique que ces abus sont systémiques”.

Stephen Cockburn, responsable de la justice économique et sociale à Amnesty International, a déclaré : “Malgré les progrès accomplis par le Qatar ces dernières années, nos recherches indiquent que les abus dans le secteur de la sécurité privée – qui sera de plus en plus sollicité pendant la Coupe du monde – restent systématiques et structurels. À quelques mois de la Coupe du monde, la Fifa doit s'attacher à faire davantage pour prévenir les abus dans le secteur de la sécurité privée, par nature périlleux, ou voir le tournoi encore plus entaché d'abus, [et] utiliser son influence pour faire pression sur le Qatar afin qu'il mette mieux en œuvre ses réformes et applique ses lois. Le temps presse.”

En réponse, le SC a déclaré que depuis 2014, il “s'est engagé à protéger la santé, la sûreté et la sécurité de tout travailleur engagé sur les projets officiels de la Coupe du monde”. Il a ajouté : “L'ensemble de notre programme de travail – qui a commencé dans l'industrie de la construction et a depuis évolué vers le secteur de l'hôtellerie – est régi par nos normes de bien-être des travailleurs, contractuellement contraignantes, qui sont surveillées et appliquées avec diligence”. L'ampleur du programme du SC, qui est unique même par rapport aux normes internationales, fera toujours en sorte que des entrepreneurs tentent de contourner le système, malgré des réglementations ou des contrôles rigoureux. Nous nous engageons à traiter et à rectifier toute violation de nos normes par le biais de nos mécanismes d'application et, le cas échéant, à le faire en collaboration avec les entrepreneurs et les parties prenantes.”

La SC a déclaré qu'à la suite des inspections du bien-être des travailleurs, 391 entrepreneurs ont été signalés au ministère du Travail, 50 ont été bloqués dans ses projets, sept ont été mis sur liste noire, et les travailleurs ont obtenu le remboursement de millions de livres sterling. Dans un communiqué, la Fifa a déclaré qu'elle “n'accepte aucun abus des travailleurs par les entreprises impliquées dans la préparation et la livraison de la Coupe du monde”. Elle a ajouté : ” À la suite des inspections effectuées pendant la Coupe du monde des clubs et la Coupe arabe, les entrepreneurs qui ne respectaient pas les normes requises ont été identifiés et les problèmes constatés ont été traités sur place.”

Elle a également déclaré qu'elle ferait respecter les normes de bien-être des travailleurs du SC pour plus de 150 hôtels au Qatar, ainsi que sur les audits précontractuels pour d'autres sociétés de services lors de la Coupe du monde, y compris les sociétés de sécurité.

En 2017, le Qatar s'est engagé dans ce qu'Amnesty qualifie de “programme encourageant” pour s'attaquer aux problèmes de travail – et a depuis introduit des réformes juridiques, notamment un nouveau salaire minimum, et abrogé certains aspects du système de la “kafala”, en vertu duquel les travailleurs migrants sont légalement liés à leur employeur et ont des droits limités.

Cependant, Amnesty affirme que ces réformes “ne sont pas effectivement mises en œuvre”. L'organisation ajoute que si “les normes de travail renforcées ont été étendues aux travailleurs des services de la Coupe du monde… ces promesses ne se sont pas encore pleinement concrétisées dans le secteur de la sécurité”.

La semaine dernière, le secrétaire général de SC, Hassan Al-Thawadi, a déclaré à la BBC que les critiques formulées par les joueurs et les managers sur le bilan du Qatar en matière de droits de l'homme étaient “mal informées” et que des “progrès réels” avaient été réalisés en matière de bien-être des travailleurs.

Tetê, la nouvelle merveille brésilienne de l’OL

Hugo Ekitike, la nouvelle pépite du Stade de Reims

Cinq choses à savoir sur Jonathan David

Dernières publications

En haut