Biathlon

Coupe du monde biathlon : chez les hommes qui a gagné quoi ?

coupe du monde biathlon

La Coupe du monde de biathlon nous a livré son verdict dimanche dernier. Après cinq mois de compétition, les classements se sont enfin figés permettant la juste répartition des différents globes. Voici donc l'occasion de revenir sur les athlètes qui ont animé la saison avec leurs résultats. Aujourd'hui, ce sont des hommes dont nous allons parler. 

Quentin Fillon Maillet : ce nom résonne sans arrêt sur la planète sports d'hiver depuis plusieurs semaines. À l'image de Marte Olsbu Roeiseland chez les femmes, QFM a dominé la catégorie des hommes tout au long de la saison. Des victoires et des podiums, il en avait déjà à son palmarès avant le lancement de l'exercice 2022. Mais à l'issue de celui-ci, le Jurassien est tout simplement passé dans une autre dimension. Lui qui a terminé 3e sur ses trois dernières Coupe du monde et qui n'avait jamais soulevé de Globes a tout changé cette année. Si son niveau est monté de manière crescendo entre la première et la deuxième semaine de course, la suite s'est apparentée à un siège des premières places.

Contrairement à d'autres biathlètes, le Français n'a fait aucune impasse sur le calendrier. Et cela ne l'a pas empêché de briller lors des JO de Pékin. Cinq médailles en tout sur six courses disputées, voilà un bilan qui est plus que correct. Sur la Coupe du monde, il comptait huit victoires en carrière avant la première épreuve en Suède. Au moment de faire les comptes à Oslo, il en possède désormais huit de plus et six autres podiums. Le suspens est inexistant, Quentin Fillon Maillet a ainsi remporté le premier gros Globe de cristal de sa carrière à 29 ans. Avec la manière, il termine avec plus de 250 points d'avance sur son dauphin.

COUPE DU MONDE BIATHLON HOMMES CLASSEMENT GÉNÉRAL  :

  • 1er : Quentin Fillon Maillet (984 points)
  • 2e : Sturla Holm Laegreid (736 points)
  • 3e : Sebastian Samuelsson (717 points)
  • 4e : Vetle Christiansen (708 points)
  • 5e : Emilien Jacquelin (706 points)

UNE DOMINATION EN SPRINT ET EN POURSUITE

Pour ceux qui ne suivent pas le biathlon, les épreuves de poursuite se déroulent ainsi : le temps établi, à l'image d'un contre-la-montre, lors du sprint détermine l'ordre de la poursuite ainsi que les intervalles à respecter entre le départ de deux biathlètes. Pour remporter un gros Globe, il faut logiquement dominer quelques disciplines. Très souvent ce sont celles du sprint et de la poursuite étant donné que ce sont les plus présentes au calendrier. À l'instar de la Norvégienne Roeiseland, Quentin Fillon Maillet a lui aussi maltraité ses adversaires sur les courses de ces disciplines. Sur dix sprint disputés, il n'y en a qu'un seul où il a terminé en dehors du top 10. C'était pour une 32e place lors de la première manche à Ostersund. Sinon il en a gagné quatre et a fini deux fois 2e. Autant vous dire qu'il était souvent dans les bons coups lors des poursuites du lendemain.

Avec le deuxième meilleur temps de ski derrière Johannes Boe, Quentin possède également une réussite déconcertante au tir pour ses adversaires  : 89% de cibles blanchies sur la saison 2022. Par conséquent, la poursuite devient alors un exercice qu'il affectionne énormément. Avec 97 points sur son dauphin au classement de la discipline, il l'a démontré à maintes et maintes reprises. Après une 16e place sur la première poursuite de la saison, il a tout simplement remporté les six suivantes avant de faire second sur l'ultime de la compétition. Le Jurassien a siégé sur la discipline s'octroyant par moment des belles remontées à l'image de celle de Oberhof où il avait fini 9e du sprint la veille.

COUPE DU MONDE BIATHLON HOMMES CLASSEMENT SPRINT  :

  • 1er : Quentin Fillon Maillet (402 points)
  • 2e : Sebastian Samuelsson (340 points)
  • 3e : Sturla Holm Laegreid (284 points)
  • 4e : Emilien Jacquelin (283 points)
  • 5e : Vetle Christiansen (274 points)

COUPE DU MONDE BIATHLON HOMMES CLASSEMENT POURSUITE  :

  • 1er : Quentin Fillon Maillet (379 points)
  • 2e : Sebastian Samuelsson (282 points)
  • 3e : Erik Lesser (253 points)
  • 4e : Emilien Jacquelin (244 points)
  • 5e : Vetle Christiansen (217 points)

L'INDIVIDUEL ET SON GLOBE COMPLIQUÉ À OBTENIR

Pour certains, mettre un Globe sur cette discipline est idiot, alors que pour d'autres, c'est sûrement le Globe le plus dur à remporter. Il y a deux raisons valables qui rendent ce trophée de l'individuel compliqué à décrocher. Premièrement, il y a l'aspect physique. Chez les hommes comme chez les femmes, c'est l'épreuve la plus longue à parcourir. Côté masculin, il s'agit d'une boucle de 4 km à répéter cinq fois. Sur les quatre premiers tours, un tir attend les biathlètes à chaque passage. On commence par un couché, puis un debout, et un dernier couché puis un dernier debout. Cela s'apparente alors à un gros contre-la-montre au cours duquel chaque erreur se paie cash. Une balle manquée équivaut à une minute de pénalité, là où sur les autres épreuves les athlètes exécutent des tours de pénalité d'une distance de 150 mètres.

L'effort sur les skis est donc très long et la moindre cible loupée peut vous faire perdre gros. Cependant, la deuxième raison qui rend cette discipline particulière est qu'il n'y a pas beaucoup de courses sur la saison. C'est-à-dire qu'il y a peu d'occasion de marquer des points pour s'octroyer un Globe. Cette année par exemple, si l'on met de côté l'individuel des JO, il n'y avait seulement que deux épreuves de l'individuel sur le calendrier. Il ne fallait donc pas se manquer afin d'avoir une chance de se mêler à la lutte. À ce jeu là, c'est le Norvégien Tarjei Boe qui a remporté le Globe. En ayant terminé second sur chacun des individuels, il a fini devant son compatriote Laegreid et le Français Simon Desthieux.

COUPE DU MONDE BIATHLON HOMMES CLASSEMENT INDIVIDUEL  :

  • 1er : Tarjei Boe (108 points)
  • 2e : Sturla Laegreid (100 points)
  • 3e : Simon Desthieux (86 points)
  • 4e : Johannes Boe (83 points)
  • 5e : Fabien Claude (64 points)

LA MINI DÉCEPTION DE QUENTIN

Les mass start sont souvent les courses qui réservent les plus beaux scénarios. Par exemple chez les femmes, lors de celle des Jeux olympiques, la médaille de Justine Braisaz-Bouchet en a été une fois de plus la preuve. Après des premiers tirs compliqués, la Française avait sorti le 5/5 au meilleur des moments pour recoller avec Marte Olsbu Roeiseland. La suite appartient désormais à l'histoire lorsque Justine s'est en allée seule vers un sacre olympique. Hors JO, seulement quatre sont planifiées au calendrier de la Coupe du monde. La rareté joue également beaucoup au prestige de cette épreuve. Également car tout le monde ne peut pas y participer. Un week-end de mass start, pour prendre le départ vous avez deux solutions. Soit vous obtenez votre ticket car vous êtes dans le top 25 au classement général ou alors vous devez être dans les cinq biathlètes les plus performants de la semaine.

Vous l'avez compris, les 30 places sont chères. Ainsi, au moment où s'élance la dernière mass start de la saison, Quentin Fillon Maillet n'est pas rassasié et entend bien s'adjuger un dernier Globe. Malheureusement pour le vainqueur de la Coupe du monde, il va rapidement se mettre hors course en faisant trois fautes sur les premiers tirs. Si le Jurassien peut limiter la casse, tout dépend désormais des autres biathlètes. La beauté du sport fait que Sivert Bakken va battre sur la ligne son coéquipier Laegreid. Pour sa première saison complète en Coupe du monde, il s'offre son premier succès individuel devant son public. Mais surtout, avec la 8e place de QFM, le Norvégien de 23 ans remporte ainsi le premier Globe de sa jeune carrière pour quatre points.

COUPE DU MONDE BIATHLON HOMMES CLASSEMENT MASS START  :

  • 1er : Sivert Bakken (182 points)
  • 2e : Quentin Fillon Maillet (178 points)
  • 3e : Vetle Christiansen (165 points)
  • 4e : Sturla Laegreid (153 points)
  • 5e : Emilien Jacquelin (142 points)

Concernant le relais masculin, celui-ci a été largement dominé par les Norvégiens. Cette équipe possède une telle densité d'effectif, que même lorsque les frères Boe ne sont pas là, leurs remplaçants font du bon travail. La France termine 2e devant l'Allemagne. 

Photo : Nordic Focus

Theo Wargnier

Fan de Sport avec un grand S je prends du plaisir à écrire sur l'actualité sportive :) Je suis adepte du groundhopping et à la recherche de grosses ambiances. À noter que je supporte Nancy et Arsenal !

Dernières publications

En haut