Coupe du monde : le Père Noël “All Black” est une ordure

0
New Zealand's scrum-half TJ Perenara (C) runs to evade Canada's full back Patrick Parfrey (L) during the Japan 2019 Rugby World Cup Pool B match between New Zealand and Canada at the Oita Stadium in Oita on October 2, 2019. (Photo by CHRISTOPHE SIMON / AFP)

Après avoir dominé l’Afrique du Sud (23-13) lors de leur match inaugural de cette Coupe du monde 2019, la Nouvelle Zélande a humilié le Canada, ce mercredi, à Oita (63-0). Les Blacks n’ont eu aucune pitié pour des Canucks, qui après avoir pris une gifle par l’Italie (48-7), viennent de subir une deuxième claque en deux matchs.

 

 

Le Canada ne fêtera pas Noël cette année. Santa Barrett et ses coéquipiers n’ont fait aucun cadeau aux pauvres Canucks. Mais de quel Barrett parle t-on ? Beauden, Scott ou Jordie ? Peu importe, les trois ont marqué et ont martyrisé une défense canadienne peu habituée à un tel rythme et une telle intensité. Alors que les grosses nations de cette Coupe du monde ont tendance à gérer le match une fois le bonus offensif dans la hotte, les All Blacks n’en ont rien à faire et souhaitent punir les joueurs nord-américains qui n’ont pas été assez sages cette année.

Des enfants contre des adultes

Inutile de faire un résumé détaillé de cette boucherie. On est même un peu triste à la fin de ce duel déséquilibré. Les Canadiens ont du coeur et des qualités offensives indéniables. Mais difficile de jouer la Coupe d’Europe lorsque l’on évolue en Pro D2. Il y a trois divisions d’écarts entre les deux équipes et les néo-zélandais n’ont eu aucune pitié dés le début du match.

Après huit minutes de jeu, le score est déjà de 14-0 pour les hommes en noir grâce à un essai de pénalité à la suite d’une mêlée et à une réalisation de Jordie Barrett en bout de ligne. Beauden Barrett et Sonny Bill Williams vont rajouter deux perles supplémentaires au collier de la honte canadien. 28-0 à la mi-temps, le bonus offensif, le travail est fait. Sauf que les Blacks respectent l’adversaire et les supporters (dédicace à l’Argentine ou à l’Irlande) et jouent le jeu à fond. Dès le début du second acte, ils inscrivent quatre essais en 9 minutes ! Ioane, S. Barrett, Fritzell et Webber sont les marqueurs de ce début de seconde mi-temps tonitruant et fatal à des Canadiens exténués de devoir défendre tout le match. Brad Webber va signer un doublé pour porter la marque à 63 à 0. Les hommes de Kingsley Jones auraient pu sauver l’honneur en inscrivant un essai mais à chaque fois un joueur néo-zélandais les privait d’un repas festif avant de recevoir leurs cadeaux. Pas d’essais, pas de points, pas de cadeaux.

 

La Nouvelle Zélande continue de tracer sa route vers son objectif de réaliser un triplé historique. Prochaine victime : la Namibie le 06 octobre. Pour le Canada, le chemin de croix continue avec l’Afrique du Sud qui se présente le 8 octobre prochain. Décidément, le mois d’octobre n’est vraiment pas propice à fêter Noël. 

 

Crédit photo image en Une : France tv sport

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here