Coupe du monde : sans forcer, l’Australie domine la Géorgie

Dans un match sans relief et dans des conditions climatiques difficiles, l’Australie termine la phase de poule sur une victoire face à la Géorgie (27-8), ce vendredi, à Shizuoka. Un match qui ne restera pas dans les annales, et dont on aurait pu largement se passer.

 

Ce sont toujours les meilleurs qui partent en premier. Alors que l’on se délectait de voir les Blacks face à l’Italie et d’assister à un Crunch toujours aussi intense et spectaculaire entre la France et l’Angleterre, le typhon Hagibis en a décidé autrement. À la place, la grande faucheuse climatique a décidée de laisser passer entre les gouttes ce Australie-Géorgie sans odeur ni saveur. À croire qu’Hagibis veut faire souffrir les fans de rugby du monde entier.

 

Festival d’en-avants

Dès le début du match, on commence à sentir que l’on a fait une erreur en allumant la télé. Aucun jeu, d’innombrables fautes techniques, des en-avants à n’en plus finir et une équipe australienne sans aucune ambition. On regretterait presque le France-Danemark de la dernière Coupe du monde de football, c’est dire. Le seul essai de ce premier acte est à mettre au crédit du demi de mêlée australien Nic White. La plus belle moustache de cette Coupe du monde profite d’un espace au ras d’un regroupement pour aller aplatir le ballon dans l’en-but géorgien. Une première mi-temps bien terne qui voit tout de même les Australiens faire la course en tête à la pause (10-3).

 

Deux éclaircies et c’est tout

La deuxième mi-temps n’est guère mieux et le manque d’enjeu l’emporte malheureusement sur le jeu. Alors il faut s’en remettre à des exploits individuels. Koroibete va surgir tel une éclaircie dans le ciel pluvieux de Shizuoka. L’ailier australien va montrer toute sa puissance et sa vitesse en cassant trois plaquages avant de mystifier le dernier défenseur par un crochet (17-3, 60e). Contre toute attente, cet exploit individuel va donner des idées à de valeureux Géorgiens qui vont nous offrir un essai de toute beauté par l’ailier Todua (17-10, 70e). Une action rondement menée qui voit les coéquipiers de Gorgodze revenir à un essai transformé des Aussies. Mais comme souvent face à l’Australie, la fatigue physique se fait sentir et l’Australie va inscrire deux essais coup sur coup par l’intermédiaire de Dempsey et de Genia. L’entrée du demi de mêlée remplaçant a d’ailleurs permis aux Australiens de mettre beaucoup plus de vitesse dans le jeu et à déstabiliser des Géorgiens à bout de souffle.

L’Australie s’impose 27-8 sans produire grand chose et en s’appuyant sur des exploits individuels de leur fantasque ligne de trois-quarts. Les Géorgiens sortent eux la tête haute de cette Coupe du Monde avec une victoire face à l’Uruguay et des prestations loin d’être ridicules face aux Gallois ou aux Australiens.

 

L’Australie devra montrer un autre visage la semaine prochaine lors de son quart de finale. Sauf énorme surprise, les Wallabies devront faire face à l’Angleterre d’Owen Farrell pour accéder au dernier carré de ce Mondial nippon. Un match qui sent la poudre et qui, on l’espère, sera de bien meilleure facture que le marasme rugbystique auquel nous venons d’assister.  

 

Crédit photo image en Une : Ouest-France

A propos de l'auteur

"Il faut souffrir pour être beau"...Supporter de l'OM mais toujours moche In Russell Westbrook we trust #whynot

Poster un commentaire

efficitur. id quis elit. mattis commodo sed id, ut Praesent tempus ut