Coupe du monde

David Beckham, les meilleurs exploits de l’Anglais en Coupe du Monde

David Beckham et la Coupe du Monde, je t'aime moi non plus. Le Spice Boy aura participé à trois éditions de la plus prestigieuse des compétitions internationales (1998 en France, 2002 en Corée et au Japon, 2006 en Allemagne), mais jamais il n'aura été en mesure de porter l'Angleterre au sommet. Pourtant en plein cœur de la génération dorée, il n'aura jamais fait mieux qu'un quart de finale. Tellement rageant pour un joueur de son standing. Malgré tout, il restera dans l'histoire de sa sélection, et pour plusieurs raisons. Récit de ces trois mondiaux qui ont forgé la réputation internationale de David Beckham. 

Coupe du Monde 1998 : la révélation.. puis la désillusion

David Beckham est, à cette époque, déjà un joueur important de l'effectif de Manchester United. Mais il n'est pas encore une référence mondiale et débutera d'ailleurs la Coupe du Monde en France en tant que remplaçant. Glenn Hoddle, le sélectionneur, le trouvant trop “distrait” préfère se passer du Spice boy lors des deux premières rencontres. Il sera malgré tout dans l'obligation de la rappeler pour le dernier match de poule, décisif, contre la Colombie. Match au cours duquel Beck' se distinguera dans son élément le plus naturel : un coup de pied arrêté. Un coup-franc direct qui permet aux Three Lions de s'imposer et se qualifier.

En 8ème, les Anglais retrouvent les Argentins et Beckham est titulaire. Il ne jouera qu'une mi-temps, se faisant expulser pour un coup de pied sur Diego Simeone dès le retour des vestiaires, et alors que le score est de deux partout. Malheureusement, l'Angleterre ne s'en remettra pas et sera éliminée aux tirs au but. Le début d'une histoire controversée avec sa sélection.

2006, la bonne année pensait-on.. 

Eliminés par le Brésil quatre ans plus tôt en quart de finale, les Anglais pensaient enfin pouvoir jouer un rôle majeur en Coupe du Monde en 2006. Avec une génération dorée à son apogée (Beckham, Lampard, Gerrard, Ferdinand, Scholes), on pensait alors les champions du monde 1966 capablent de grandes choses. Emmenés par leur capitaine, ils décevront une nouvelle fois. Très critiqué, Beckham est pourtant un élément moteur de son équipe. C'est lui qui tire le coup-franc sur l'ouverture du score contre son camp contre le Paraguay. Puis qui offre les buts à Crouch et Gerrard lors de la victoire contre Trinidad-et-Tobago. C'est encore lui qui marquera, sur coup-franc, l'unique but en 8ème contre l'Equateur. Il devient au passage le seul joueur de l'histoire de la sélection Anglaise à marquer lors de trois éditions d'un mondial. Tout de même. Blessé en quart de finale, il ne pourra que constater, du banc, l'élimination des siens aux tirs au but contre le Portugal en quart. Rageant.

La presse, comme à son habitude, n'a pas hésité à lui tomber dessus. Beckham a l'habitude de faire la une de la presse people, il est autant épié pour ses performances sur le terrain que pour son activité extra-sportive. Et ce, depuis le début de sa carrière et sa relation avec la Spice Girl, Victoria. Néanmoins, sa Coupe du Monde 2006 reste plus que respectable, il a souvent été décisif, bien qu'il ait parfois eu des difficultés dans le jeu.

2010, la détresse 

Il se met ensuite peu à peu en retrait de la sélection mais finalement, il revient peu à peu, sous Fabio Capello. Désireux, dans un premier temps, d'atteindre les 100 capes avec l'Angleterre, il se reprend au jeu et sa pige à Milan début 2010 l'incite à prendre part au mondial en Afrique du Sud. Il participe à certains matchs des éliminatoires, et aide l'Angleterre à se qualifier. Il veut disputer un dernier mondial, et porter sa sélection. Malheureusement, mi-mars, il se blesse au tendon d'Achille et dit adieu au Mondial Africain. Il sera tout de même présent en Afrique du Sud pour soutenir et épauler les siens. Battue en 8ème par l'Allemagne, l'Angleterre n'aura finalement remporté qu'un match de poule durant cette édition 2010. Beckham ne rejouera plus jamais pour sa sélection. La fin d'une histoire d'amour controversée pour lui et son équipe nationale.

Crédit photo : Daily Star


Valentin Martin

Le cœur meurtri par la fin de carrière de Rodgeur, je m'en remets aux stepback de The Beard. Rien de tel qu'un Vélodrome incandescent pour me faire chavirer de bonheur

Dernières publications

En haut