Draft NFL : Le conseil de classe en NFC

0
Draft NFL
(Crédits : CBS Sports)
Ligue 1

La Draft NFL étant désormais terminée, il est déjà temps de tirer un premier bilan pour les équipes. Qui a étonné, qui a réussi et qui semble s’être raté ? Après les franchises de l’AFC, zoom aujourd’hui sur celles de la NFC auxquelles nous allons attribuer une note.

NFC Nord :

Chicago Bears :

  • 2 43 TE Cole Kmet
  • 2 50 CB Jaylon Johnson
  • 5 155 DE Trevis Gipson
  • 5 163 CB Kindle Vildor
  • 5 173 WR Darnell Mooney
  • 7 226 G Arlington Hambright
  • 7 227 G Lachavious Simmons

Note : C+

Draft pas forcément très sexy des Bears, avec quelques interrogations. Privé de premier tour suite à l’échange pour Khalil Mack il y a deux saisons, ils ont démarré la draft au deuxième tour en choisissant un tight end. Si entourer Mitchell Trubisky était une priorité, était-il nécessaire de rentrer dans la draft en prenant un joueur sur une position où la franchise a déjà neuf joueurs dont Jimmy Graham ? Discutable. Néanmoins, Cole Kmet est sûrement le meilleur joueur de cette classe à son poste et sera précieux dès son arrivée. Derrière, Chicago a densifié quelques positions dont celle de cornerback avec l’arrivée de Jaylon Johnson, attendu initialement en fin de premier tour.

Detroit Lions :

  • 1 3 CB Jeff Okudah
  • 2 35 RB D’Andre Swift
  • 3 67 DE Julian Okwara
  • 3 75 OL Jonah Jackson
  • 4 121 OL Logan Stenberg
  • 5 166 WR Quintez Cephus
  • 5 172 RB Jason Huntley
  • 6 197 DT John Penisini
  • 7 235 DT Jashon Cornell

Note : B

Sans surprise, Detroit a comblé son principal besoin dès le premier tour en récupérant un cornerback ayant le potentiel pour être un véritable shutdown corner. Avec cette sélection et le recrutement de Desmond Trufant, les Lions ont fait de cette position une force. Ensuite, Detroit a plutôt drafté intelligemment. Julian Okwara rejoint son frère dans le Michigan et renforcera un pass rush assez faible, tandis que les guards et les defensive tackles choisis densifieront des positions où la rotation est importante. Seule interrogation la sélection de D’Andre Swift au deuxième tour. Si le joueur est talentueux, était-il nécessaire pour Detroit de drafter aussi haut sur la position ? Si l’ancien joueur de Georgia offre enfin une solution viable au sol, toutes ces critiques se dissiperont.

Green Bay Packers :

  • 1 26 QB Jordan Love
  • 2 62 RB AJ Dillon
  • 3 94 TE Josiah Deguara
  • 5 175 LB Kamal Martin
  • 6 192 G Jon Runyan
  • 6 208 C Jake Hanson
  • 6 209 G Simon Stepaniak
  • 7 236 DB Vernon Scott
  • 7 242 DE Jonathan Garvin

Note : C-

Beaucoup d’interrogations autour de la draft des Packers. Premièrement, le choix de Jordan Love fait tiquer certains observateurs. Si nous vous l’annoncions dans nos Mock Drafts, il est vrai que certains autres postes auraient pu être priorisés. Le poste de receveur a notamment été délaissé, alors que la classe était extrêmement profonde et que cela représentait sûrement le besoin le plus pressant de la franchise. La sélection d’AJ Dillon fait également débat. Choisi au deuxième tour, il devrait être le backup d’Aaron Jones ; cher payé pour un remplaçant. Le choix de Josiah Deguara pose également question, car si le poste devait être renforcé, difficile de voir ce joueur s’épanouir pleinement en tant que n°1e sur la position. En résumé, Green Bay a surpris, mais plutôt dans le mauvais sens du terme.

Minnesota Vikings :

  • 1 22 WR Justin Jefferson
  • 1 31 CB Jeff Gladney
  • 2 58 OT Ezra Cleveland
  • 3 89 CB Cameron Dantzler
  • 4 117 DE D.J. Wonnum
  • 4 130 DE James Lynch
  • 4 132 LB Troy Dye
  • 5 169 CB Harrison Hand
  • 5 176 WR K.J. Osborn
  • 6 203 G Blake Brandel
  • 6 205 S Josh Metellus
  • 7 225 DE Kenny Willekes
  • 7 244 QB Nate Stanley
  • 7 249 S Brian Cole II
  • 7 253 G Kyle Hinton

Note : A-

Minnesota nous a offert un beau mélange de prospects à fort potentiel et de joueurs qui seront utiles dans la rotation. Au cours des trois premiers tours, les Vikings ont renforcé les postes où le besoin était pressant. Justin Jefferson vient directement compenser le départ de Stefon Diggs, tandis que Jeff Gladney et Cameron Dantzler, deux joueurs sous-estimés, remplaceront Xavier Rhodes et Trae Waynes. Ezra Cleveland vient lui renforcer la ligne offensive, un secteur où Minnesota a souvent besoin de joueurs pour compenser des pépins physiques. Derrière, la franchise a drafté onze joueurs lors du troisième jour, et certains se glisseront rapidement dans la rotation. Mention spéciale pour Troy Dye qui a fortiori pourrait devenir important dans cette défense.

NFC Est :

Dallas Cowboys :

  • 1 17 WR CeeDee Lamb
  • 2 51 CB Trevon Diggs
  • 3 82 DT Neville Gallimore
  • 4 123 CB Reggie Robinson II
  • 4 146 C Tyler Biadasz
  • 5 179 DE Bradlee Anae
  • 7 231 QB Ben DiNucci

Note : A

Dallas où la définition de la propreté. Avec chacun de ses choix, la franchise a choisi des joueurs de valeur qui répondent à des besoins et qui auraient pu être choisi bien plus haut. Trevon Diggs comble un énorme vide chez les cornerbacks, lui qui aurait pu (ou dû) être choisi parmi les trente-deux premiers. Neville Gallimore, Tyler Biadasz et Bradlee Anae sont eux tous des joueurs à développer qui grappilleront plusieurs snaps dès 2020. Enfin, comment ne pas parler de CeeDee Lamb ? Si Dallas n’avait pas véritablement besoin d’un receveur, récupérer l’un des meilleurs joueurs sur le poste sans bouger de son 17e choix, c’est une énorme affaire. Son association avec Amari Cooper et Michael Gallup rend le corps de receveur texan terrifiant. Chapeau à la franchise qui s’impose peu à peu comme la tête d’affiche de sa division.

New York Giants :

  • 1 4 OT Andrew Thomas
  • 2 36 S Xavier McKinney
  • 3 99 OT Matt Peart
  • 4 110 CB Darnay Holmes
  • 5 150 G Shane Lemieux
  • 6 183 LB Cameron Brown
  • 7 218 LB Carter Coughlin
  • 7 238 LB T.J. Brunson
  • 7 247 CB Chris WIlliamson
  • 7 255 LB Tae Crowder

Note : B+

Plan de draft exécuté à la perfection par New York. Même si le choix d’Andrew Thomas en 4e position interpelle, l’ancien joueur de Georgia sera un solide titulaire dès son premier match à l’opposé de Nate Solder. Matt Heart vient lui aussi renforcer la position et pourrait devenir titulaire à droite dans quelques années, tout comme Shane Lemieux à l’intérieur de cette ligne. Les Giants ont également réalisé un énorme coup au second tour en récupérant Xavier McKinney. Annoncé comme le meilleur safety de cette cuvée, sa sélection est une aubaine pour New York qui solidifie ainsi une de ses principales faiblesses. La fin de la draft aura surtout servi à blinder le poste de linebacker (et de choisir quelques cornerbacks), en espérant que parmi les quatre choisis l’un deux brille dans quelques saisons.

Philadelphia Eagles :

  • 1 21 WR Jalen Reagor
  • 2 53 QB Jalen Hurts
  • 3 103 LB Davion Taylor
  • 4 127 S K’Von Wallace
  • 4 145 OT Jack Driscoll
  • 5 168 WR John Hightower
  • 6 196 LB Shaun Bradley
  • 6 200 WR Quez Watkins
  • 6 210 OT Prince Tega Wanogho
  • 7 233 DE Casey Toohill

Note : C+

De déception à contentement. Les Eagles ont renforcé la plupart de leurs faiblesses mais ont également fait des choix étonnants. Philadelphie grandement avait besoin d’un receveur et a jeté son dévolu sur Jalen Reagor. Si le receveur de TCU a du potentiel, la franchise aurait peut-être pu mieux faire alors que CeeDee Lamb semblait à portée de main avec un transfert et que Justin Jefferson était encore disponible.

Au deuxième tour, la franchise a effectué un des picks les plus surprenants de cette année : Jalen Hurts. Si les qualités du joueur ne sont pas remises en question, n’est-ce pas beaucoup trop tôt pour un joueur qui sera remplaçant de Carson Wentz ? De plus, n’y avait-il pas mieux à faire alors que les Eagles se présentent comme des candidats sérieux pour la division. Heureusement pour la franchise la fin de draft a été maîtrisée, même si la sélection d’un cornerback aurait pu être appréciable.

Washington Redskins :

  • 1 2 DE Chase Young
  • 3 66 WR/RB Antonio Gibson
  • 4 108 OT Saahdiq Charles
  • 4 142 WR Antonio Gandy-Golden
  • 5 156 C Keith Ismael
  • 5 162 LB Khaleke Hudson
  • 7 216 S Kamren Curl
  • 7 229 DE James Smith-Williams

Note : B+

Chas Young. En une seule sélection , Washington avait déjà réussi sa draft. Joueur ultra dominant, il va transcender la défense du nouveau coach Ron Rivera. Les Redskins ont ensuite décidé d’aider Dwayne Haskins en lui offrant de la protection (Charles, Ismael) et des cibles assez versatiles (Gibson, Gandy-Golden). Sans choisir de gros noms, Washington a drafté intelligemment et attaquera la saison 2021 plus fort.

NFC Sud :

Atlanta Falcons :

  • 1 16 CB A.J. Terrell
  • 2 47 DE Marlon Davidson
  • 3 78 C Matt Hennessy
  • 4 119 LB Mykal Walker
  • 4 134 S Jaylinn Hawkins
  • 7 228 P Sterling Hofrichter

Note : C

Classe de draft moyenne pour les Falcons. Annoncée comme agressive pour monter dans cette draft, la franchise n’a pas réussi à quitter son choix 16 et a fini par choisir AJ Terrell. Si le joueur a du potentiel, il aura une grosse pression sur les épaules et ne semble pas encore pouvoir assumer le rôle de n°1 dans un groupe tristement faible.Suite à cette sélection, Atlanta a choisi Marlon Davidson, joueur à fort potentiel mais en transition vers l’intérieur de la ligne défensive et donc dans l’incapacité d’avoir un impact immédiat. À l’image de ce choix, la franchise n’a pas manqué sa draft mais manque de joueurs qui auront une incidence majeure sur la prochaine saison.

Carolina Panthers :

  • 1 7 DT Derrick Brown
  • 2 38 DE Yetur Gross-Matos
  • 2 64 S Jeremy Chinn
  • 4 113 CB Troy Pride
  • 5 152 S Kenny Robinson
  • 6 184 DT Bravvion Roy
  • 7 221 CB Stanley Thomas-Oliver

Note : B+

La parole était à la défense en Caroline du Nord ! Pour la première fois de son histoire, la franchise n’a choisi que des joueurs défensifs avec ses sept sélections et force est de constater que cette stratégie a été payante. Derrick Brown compensera plusieurs départs et fait déjà peur à toutes les lignes offensives de la NFC Sud, tandis que Yetur Gross-Matos pourrait devenir un excellent joueur sur son poste d’ici une à deux saisons. Le reste des sélections apporte des joueurs de rotation à l’effectif, parmi lesquels Jeremy Chinn qui devrait rapidement s’imposer comme titulaire en tant que strong safety.

New Orleans Saints :

  • 1 24 C Cesar Ruiz
  • 3 74 LB Zack Baun
  • 3 105 TE Adam Trautman
  • 7 240 QB Tommy Stevens

Note : B

Draft réussie mais coûteuse pour les Saints. Cesar Ruiz va rapidement s’incorporer à l’intérieur de la ligne offensive et pourrait rapidement devenir titulaire. Zack Baun compense numériquement le départ d’AJ Klein. Adam Trautman apporte lui de la profondeur, tandis que Tommy Stevens pourrait devenir le nouveau Taysom Hill. Le point négatif est sur le coût de ces choix. En effet, New Orleans a monté plusieurs échanges pour choisir plus haut et a lâché de nombreux choix, parmi lesquels un 3e et un 6e tour l’an prochain. SI ces choix pourraient être compensés par des choix compensatoires, il faut reconnaître que cette stratégie agressive est discutable pour le futur, même si les Saints misent tout sur leur fenêtre de tir avec Drew Brees.

Tampa Bay Buccaneers :

  • 1 13 OT Tristan Wirfs
  • 2 45 S Antoine Winfield Jr.
  • 3 76 RB Ke’Shawn Vaughn
  • 5 161 WR Tyler Johnson
  • 6 194 DT Khalil Davis
  • 7 241 LB Chapelle Russell
  • 7 245 RB Raymond Calais

Note : A-

Tampa Bay avait deux objectifs précis : Protéger le côté aveugle de Tom Brady et renforcer le backfield défensif. Avec ses deux premiers tours, la franchise a coché ces deux cases. Tristan Wirfs est pétri de talent et fera beaucoup de bien à une ligne lin d’être réputée pour sa solidité, tandis qu’Antoine Winfield Jr pourrait vite devenir titulaire. Outre ces choix, les Bucs ont offert un nouveau receveur à Tom Brady et ont ajouté une nouvelle option dans le groupe de coureurs. Les Bucs veulent gagner de suite, et cette draft pourrait leur permettre de progresser plus vite que prévu.

NFC Ouest :

Arizona Cardinals :

  • 1 8 LB Isaiah Simmons
  • 3 72 OT Josh Jones
  • 4 114 DT Leki Fotu
  • 4 131 DT Rashard Lawrence
  • 6 202 LB Evan Weaver
  • 7 222 RB Eno Benjamin

Note : A+

Peut-on trouver un défaut majeur à cette classe ? Arizona a commencé la cérémonie en récupérant Isaiah Simmons, appelé à devenir un joueur dominant au milieu d’un groupe de linebackers qui ne peut qu’apprécier une telle sélection. Les Cardinals ont ensuite réalisé un des meilleurs choix de cette draft en sélectionnant Josh Jones au troisième tour. L’ancien joueur de Houston était attendu en fin de premier tour et est donc un des plus gros steals de cette cuvée. De plus, il pourrait être titulaire dès son premier match à Glendale. La franchise a ensuite renforcé des postes à besoin avec des joueurs très intéressants (Fotu, Lawrence, Weaver) qui peuvent tous devenir des joueurs très utiles en NFL. Pour la deuxième année consécutive, Arizona sort de la draft en étant l’un des grands vainqueurs de la cérémonie.

Los Angeles Rams :

  • 2 52 RB Cam Akers
  • 2 57 WR Van Jefferson
  • 3 84 LB Terrell Lewis
  • 3 104 S Terrell Burgess
  • 4 136 TE Brycen Hopkins
  • 6 199 S Jordan Fuller
  • 7 234 LB Clay Johnston
  • 7 248 K Sam Sloman
  • 7 250 G Tremayne Anchrum

Note : B

Des bons choix mais un gros oubli du côté des Rams. Dans l’ensemble, les choix de Los Angeles sont logiques et intéressants. Cam Akers compense la perte de Todd Gurley, tandis que Van Jefferson pourra vite faire oublier Brandin Cooks. Derrière, les deux Terrell, Lewis et Burgess, ont des qualités qui font d’eux des joueurs qui se rendront utiles à l’avenir pour la franchise. Le gros oubli concerne la ligne offensive, où aucun joueur n’a été sélectionné avant la fin de septième tour. Los Angeles avait notamment un besoin à l’intérieur de cette ligne, mais devra donc encore bricoler la saison prochaine à défaut d’avoir une solution.

San Francisco 49ers :

  • 1 14 DT Javon Kinlaw
  • 1 25 WR Brandon Aiyuk
  • 5 153 OT Colton McKivitz
  • 6 190 TE Charlie Woerner
  • 7 217 WR Jauan Jennings

Note : B

Peu de prise de risque et quelques oublis pour San Francisco, mais une draft bien gérée. Alors que la franchise avait perdu DeForest Buckner et Emmanuel Sanders pendant l’intersaison, elle a choisi d’utiliser ses deux premiers tours pour les remplacer. Javon Kinlaw permettra à la terrifiante ligne défensive de rester au niveau, tandis que Brandon Aiyuk offre une menace profonde à Kyle Shanahan. La non-sélection de joueurs dans la secondary est un gros bémol, mais la note est rehaussée par l’échange pour Trent Williams qui s’apparente presque à un cadeau de la part de Washington.

Seattle Seahawks :

  • 1 27 LB Jordyn Brooks
  • 2 48 DE Darrell Taylor
  • 3 69 OL Damien Lewis
  • 4 133 TE Colby Parkinson
  • 4 144 RB DeeJay Dallas
  • 5 148 DE Alton Robinson
  • 6 214 WR Freddie Swain
  • 7 251 TE Stephen Sullivan

Note : C-

Encore une fois, Seattle n’a pas voulu faire comme tout le monde au cours de cette draft. Si la franchise a décidé de conserver son premier tour, elle a décidé de l’utiliser pour choisir Jordyn Brooks. Si le joueur est loin d’être mauvais, difficile de comprendre cette sélection. Ce poste ne semblait en effet pas un besoin pour la franchise, et ce joueur ne semblait pas destiné à une sélection au premier tour. La franchise s’est ensuite rattrapée en sélectionnant Darrell Taylor pour apporter de la pression sur le quarterback et Damien Lewis qui pourrait être titulaire en tant que guard dès la saison à venir. Seattle a encore une fois interloqué plus d’un observateur, mais même si l’ensemble des choix semblent douteux, Pete Carroll doit savoir ce qu’il fait.

La Draft réserve toujours des surprises, et même si certaines équipes semblent s’en être mieux tiré que d’autre, la réussite se jugera sur le terrain. Rendez-vous donc la saison prochaine pour voir comment ces nouveaux joueurs se débrouillent sur un autre et quelle équipe aura finalement le mieux réussi sa draft.

Sport en directMercato Football

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here