Compétitions internationales

Equipe de France : les tops et les flops du dernier rassemblement

Crédits : Sipa Press

De la déprime finlandaise à la belle soirée portugaise, les Bleus seront passés par toutes les émotions pendant ce rassemblement, ponctué par une victoire convaincante face à la Suède (4-2). Entre surprises, satisfactions, et déceptions, tour d’horizon des bons points distribués durant cette trêve internationale.

Première de son groupe, l’Equipe de France retrouvera l’Espagne, la Belgique ou l’Italie en demi-finale de la Ligue des Nations en octobre prochain. Mais ces trois matchs faisaient aussi office de répétition générale à quelques mois de l’Euro. L’occasion pour Didier Deschamps de définir progressivement le onze qui sera à l’œuvre cet été pour tenter de glaner un troisième titre européen. Si rien n’est encore figé dans le marbre, les rendez-vous automnaux semblent déjà distiller quelques indices.

Les tops

La triplette Rabiot – Kanté – Pogba

Déjà expérimentée plusieurs fois par Deschamps cette année, c’est la formule qui semble se dégager le plus naturellement. Dans le semblant de 4-4-2 en losange aligné contre le Portugal, ce trio a été le facteur décisif de la belle victoire des Bleus. Dans son rôle de faux ailier gauche, comme Matuidi à la Coupe du Monde, Adrien Rabiot a été étincelant. Généreux, inspiré, précis et percutant, le milieu bianconeri a sans doute, sauf blessure, déjà gagné sa place de titulaire pour l’Euro. Derrière lui, Paul Pogba a également montré de belles choses. En manque de temps de jeu à Manchester United, « La Pioche » a profité de ce rassemblement pour se refaire une santé. S’il a parfois manqué de rythme, il a su élever son niveau de jeu face au Portugal pour retrouver sa qualité de relance et sa solidité balle au pied. Quant à N’Golo Kanté, il a montré une nouvelle fois qu’il était l’un des tous meilleurs à son poste avec sa masterclass à l’Estadio da Luz.

 Adrien Rabiot a marqué beaucoup de points sur ses deux derniers matchs. Crédits : Guillaume Georges

Maestro Kimpembe

Depuis la blessure d’Umtiti, il y avait une place à prendre en défense centrale aux côtés de l’indéboulonnable Raphaël Varane. A l’issue de ce rassemblement, c’est clairement Kimpembe qui tient la corde. Titularisé lors des deux dernières rencontres, il a confirmé son très bon début de saison au PSG, et a su apporter de la sérénité dans l’axe. Contre le Portugal, il a livré un duel musclé face à Cristiano Ronaldo et est en grande partie responsable du clean sheat des Bleus. Une des grosses satisfactions de cette trêve hivernale.

Marcus Thuram : Premiers pas convaincants

A 23 ans, l’attaquant de Mönchengladbach était le premier « fils de » issu de la génération 98 championne du monde à être appelé en Equipe de France. Mais, passée la séquence émotion, il a vite su faire oublier Lilian. Titularisé dès le premier match contre la Finlande, il a réussi à tirer son épingle du jeu dans la médiocrité collective et a montré qu’il pouvait déjà prendre ses responsabilités. Et que dire de son match face à la Suède ? S’il n’a pas encore trouvé le chemin des filets, il a été décisif, en étant impliqué sur les deux premiers buts tricolores. La première fois, sur un magnifique centre pour Olivier Giroud, la deuxième, au terme d’un véritabe numéro dans la surface de réparation. S’il continue sur sa lancée, il pourrait bien devenir un joker de luxe pour Deschamps, et même plus si affinités dans les années à venir.

Les flops

Sissoko dans tous les mauvais coups

Depuis sa finale exceptionnelle en 2016, Moussa Sissoko a progressivement perdu sa place dans la liste des 23 convoqués par Deschamps. Ses dernières prestations ne devraient pas inverser la tendance, loin de là. Titularisé contre la Finlande, il a manqué presque tout ce qu’il a entrepris et a perdu un nombre incalculable de ballons, y compris celui qui amène à l’ouverture du score finlandaise. Contre la Suède, il a été plus juste et a distillé quelques bons ballons dans la surface. Une prestation honorable, mais plombée par une grotesque erreur de marquage qui coûte le deuxième but à la France. Un ensemble médiocre qui ne lui permettra sans doute pas de concurrencer Camavinga lorsqu’il reviendra de blessure.

Défense fébrile

Quatre buts encaissés en trois matchs. Malgré le bilan plutôt positif de cette trêve internationale, l’addition est salée. Et si, bien sûr, l’équipe alignée contre la Finlande avait peu à voir avec celle du Portugal, ce chiffre est tout de même loin d’être anodin. Il est même parfaitement révélateur de la fébrilité des alternatives au duo Varane – Kimpembe qui semble se dessiner en défense centrale. Contre la Finlande, la charnière Zouma – Lenglet n’a franchement pas rassuré. Habituellement à l’aise dans l’exercice, Lenglet a multiplié les maladresses dans la relance, tout comme Kurt Zouma qui réalise pourtant un bon début de saison du côté de Chelsea. Espérons qu’il n’y ait pas de blessure car, quand elle est à ce niveau-là, cette doublette a de quoi donner des sueurs froides.

Contre la Finlande, Kurt Zouma a été en grande difficulté Crédits : Anthony Gibon / Getty Images

La Ligue 1 peine à s’imposer

Au-delà du PSG, il n’est pas si fréquent d’observer des joueurs du championnat de France revêtir le maillot bleu. Habitués des rendez-vous internationaux depuis deux ans, Dubois, Ben Yedder et N’Zonzi ont tous les trois eu leur chance. Le moins que l’on puisse dire, c’est qu’ils ne l’ont pas saisie. Entre l’imprécision du lyonnais, la timidité du monégasque et la lenteur du rennais, la « ligue des talents » n’était pas vraiment à la fête.  Heureusement pour Dubois, la concurrence manque au poste de latéral droit, mais les deux autres risquent fort de se retrouver sur la sellette lorsqu’il faudra passer de 26 à 23 joueurs dans le groupe.

Crédits illustration : Sipa Press

Écrire un commentaire

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières publications

Remonter au début
Vous n'avez pas la permission de vous inscrire
libero elit. accumsan leo Donec Nullam