On en parle aussi...

JO Tokyo – En route pour le doublé : deuxième vague pour Charline Picon ?

Charline Picon

Aux Jeux olympiques de Rio il y a cinq ans, la France avait obtenu 42 médailles, record d’après-guerre, dont dix titres olympiques. Parmi ces dix champions, certains tenteront de conserver leur titre et d’autres espéreront que leurs compatriotes leur succéderont. Parmi les neuf disciplines qui viseront un doublé Rio/Tokyo (seul le deux de couple poids légers homme n’est pas qualifié pour les JO après son titre en 2016), zoom aujourd’hui sur Charline Picon qui tentera de conserver son titre en planche à voile.

Sa discipline : planche à voile RS:X

Si la voile dans son ensemble fut au programme des Jeux olympiques dès Athènes en 1896 (bien que les premières véritables compétitions ne furent pas disputées avant Londres en 1908), la planche à voile est une discipline bien plus récente. Apparue à Los Angeles en 1984 chez les hommes, elle se décline chez les femmes huit ans plus tard, à Barcelone, et ne sortira plus jamais du programme olympique.

Sport de glisse aussi appelé windsurf en anglais, la planche à voile se pratique sur une embarcation assez simple où le véliplanchiste navigue debout. Ce dernier est seul pour contrôler ses trajectoires et sa planche à voile et ne doit qu’à lui-même sa réussite ou son échec. Depuis 2008, la planche à voile choisie pour les épreuves olympiques par la Fédération internationale de voile est la NeilPryde RS:X, designée par le Suisse Jean Bouldoires.

Concernant l’épreuve, tous les bateaux s’affrontent en même temps sur le même parcours au cours de plusieurs régates. Ces régates, durant généralement de 30 à 75 minutes, sont au nombre de dix et constituent la série d’ouverture, au terme de laquelle les dix meilleures embarcations (celles ayant accumulées le moins de points) se qualifient pour une ultime course sur une plus courte distance où les points sont doublés : la Medal Race. En additionnant les points de la série d’ouverture à ceux de la medal race, le classement final des dix premiers concurrents est déterminé et révèle ainsi l’identité du champion olympique.

La France avant 2016

Discipline relativement jeune, la planche à voile a vu la France s’illustrer assez rapidement. Dans le top 5 mais hors du podium chez les hommes lors des deux premières éditions, les véliplanchistes français vont se faire violence en 1992. Devançant légèrement l’américain Mike Gebhardt, Frank David devient champion olympique à Barcelone et offre à la France sa première médaille (d’or) en planche à voile. Derrière, Julien Bontemps (2008) et Pierre Le Coq (2016) rapporteront l’argent et le bronze, plaçant la France en deuxième position du classement des médailles chez les hommes.

Chez les femmes, il aura fallu attendre 2004 pour que l’Équipe de France débloque son compteur. Grâce à Faustine Merret, la France débloque son compteur d’or à Athènes en planche à voile après une épreuve disputée jusqu’au bout où elle devança les championnes olympiques 1992, 1996 2000 et la future championne de Pékin.

Se succéder à soi-même

Charline Picon

Douze ans après Faustine Merret à Athènes, Charline Picon a à son tour remporté l'or en planche à voile à Rio (Crédit : WILLIAM WEST/AFP)

Douze ans après Faustine Merret, Charline Picon se dirigeait vers Rio avec comme seul objectif le titre ou a minima la médaille. Huitième aux JO de Londres, la native de Royan arrivait au Brésil avec un statut totalement différent. Déjà médaillée sur la scène européenne et mondiale avant ses premières olympiades, elle avait réussi à garnir un peu plus son armoire à trophée. Triple championne d’Europe (2013, 2014, 2016) et même championne du monde en titre (vainqueur en 2014 à Santander), Picon se présentait parmi les favorites à la victoire finale.

À Rio, les débats furent très équilibrés chez les femmes et tout était encore jouable à l’issue des premières courses. Avant la medal race, la Russe Stefaniya Elfutina et l’Italienne Flavia Tartaglini menaient la danse avec chacune 55 points au compteur. Derrière, un trio se battait pour la dernière place sur le podium : l’Israélienne Maayan Davidovich, la Chinoise Chen Peina et la Française Charline Picon, toutes à égalité avec 60 points. Encore plus loin dans le classement, l’Espagnole Marina Alabrau, championne olympique à Londres, ne se trouvait qu’à un point (61) et les six premières se tenaient ainsi en seulement six points. Si une certaine hiérarchie se dégageait, la medal race allait tout chambouler.

Neuvième de cette ultime course, Davidovich dit définitivement adieu à la médaille, tout comme Alabrau qui dut renoncer à ses chances de doublé en terminant cinquième. Devant, Elfutina et Tartaglini se mirent également en grandes difficultés en ne terminant que septième et huitième de la medal race et durent abandonner leurs rêves de titre. Oui car devant, Charline Picon et Chen Peina réalisaient une excellente course et s’envolaient vers les deux premières places. Devançant finalement la Chinoise (2e place pour la Française, 3e pour Peina), Picon devint par conséquent championne olympique pour la première fois de sa carrière. Une victoire dans la continuité de ses titres continentaux et mondial.

Ses chances en 2021

Après son sacre à Rio, Charline Picon continua d’être l’une des têtes d’affiche de la planche à voile féminine mondiale. À nouveau triple championne d’Europe (2019 puis 2020/2021), la Française remporta également deux médailles d’argent aux championnats du monde (2018 et 2020), devancée à chaque fois par la Néerlandaise Lilian de Geus, quatrième à Rio et vainqueur de la medal race.

Pour la dernière de la RS:X aux Jeux olympiques, qui disparaîtra du programme en 2024 au profit notamment du iFoil, du kitesurf et de la course au large, Charline Picon tentera de devenir la première femme à réaliser le doublé. Si Dorian van Rijsselberge l’a déjà fait chez les hommes (2012 et 2016), personne ne l’a fait chez les femmes et la trentenaire voudra absolument conserver son dû. Si elle devra batailler pour remporter une nouvelle médaille d’or, elle pourra compter sur une motivation supplémentaire après la naissance de sa fille, Lou, qui sera sa première supportrice.

Pour savoir si Charline Picon réalisera le doublé Rio/Tokyo, rendez-vous du 25 au 31 juillet pour l’épreuve de planche à voile RS:X féminine qui se déroulera dans le port de plaisance d’Enoshima.

Crédit image en une :

Dernières publications

En haut