En équipe

L’analyse tactique de Sporting – Porto

Pour la 4e journée de Liga NOS, les Lions et les Dragons se sont neutralisés 2-2. Analyse tactique d’un choc équilibré.

 

Rencontres dans les hautes cimes de la Liga NOS. Au coup d’envoi de ce duel, le Sporting se présente dans le 3-4-3 cher à Ruben Amorim.

 

En face, Porto est disposé dans un 4-3-3 classique. Régulièrement aligné au poste d’arrière-droit, Jesus Corona occupe le flanc droit de l’attaque.

 

Le Sporting recherche les côtés

En possession du ballon, le 3-4-3 du Sporting n’est pas disposé à plat. Joao Palhinha (cercle blanc) reste assez bas sur le terrain, présentant une solution de relance courte.

 

En parallèle, son partenaire Matheus Nunes (cercle vert) est plus avancé sur le terrain. Cela permet à chaque membre du double-pivot de se placer entre deux lignes, offrant ainsi de potentielles lignes de passe intéressantes.

 

Toutefois, les Lisboètes cherchent souvent la verticalité par les côtés. Ici, la solution de passe menant à Nuno Mendes (cercle blanc) est privilégiée à un potentiel triangle à l’intérieur.

 

Le côté gauche est d’ailleurs régulièrement sollicitée par le Sporting. Par ses mouvements, Nuno Santos (cercle blanc) appelle du jeu long sur l’aile ou dans le demi-espace.

 

Sur le même couloir, Nuno Mendes (cercle blanc) mord la ligne afin d’étirer le bloc de Porto et libérer de l’espace pour l’attaquer par la suite.

 

Mais la recherche de la profondeur par les Lions devient trop systématique pour surprendre leur adversaire. La défense de Porto s’adapte et anticipe sans soucis les tentatives de transmission dans son dos.

 

L’axe et les demi-espaces sont parfois délaissés au profit de courses de l’intérieur vers l’extérieur. Sur cette séquence, deux attaquants du Sporting réalisent le même appel (cercle blanc). En parallèle, Joao Mario (cercle jaune), entré en jeu il y a peu, n’affiche aucune mobilité pour proposer un autre choix que du jeu long.

 

Un manque de proposition de passe qui ne touche pas que le champion d’Europe. Ici, seul Nuno Mendes (cercle blanc) appelle le ballon dans son couloir. Joao Palhinha (cercle vert) et Luciano Vietto (cercle jaune), qui pourraient profiter de l’espace laissés par les Portistas dans l’entrejeu, sont statiques.

 

Les joueurs de la capitale pâtissent également de l’absence d’un véritable attaquant de pointe de métier pendant la majeure partie de la rencontre. Aligné à ce poste, Jovane Cabral (cercle blanc) a tendance à décrocher de façon hasardeuse, laissant le Sporting orphelin d’un point de fixation haut.

 

Porto manque de mouvement

Devant un adversaire qui manque de variété dans sa construction, Porto ne montre pas plus de créativité. Depuis une position basse, les hommes de Sergio Conceiçao n’offrent aucune alternative à un long dégagement.

 

Plus haut sur le terrain, le manque de mouvement se fait également ressentir. Sur cet extrait, aucun des milieux de terrain ne se démarque pour développer du jeu court à l’intérieur.

 

A l’image de son adversaire, Porto n’exploite pas assez les espaces laissés entre les lignes. Sergio Oliveira est ici trop en retard et ne met pas l’intensité nécessaire dans son déplacement pour représenter une véritable solution de passe.

 

Le dispositif du Sporting sans le ballon complique la construction des offensives des Dragons. Les pistons sportinguistas redescendent pour former un 5-2-3, le double-pivot allant alors cadrer les relayeurs adverses pour éviter les passes intérieures.

 

Malgré quatre buts et un scénario haletant, cette rencontre a mis en exergue les différentes lacunes des deux formations. Des points sur lesquels les deux entraîneurs devront travailler pour rejoindre Benfica en tête du classement

Écrire un commentaire

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières publications

Remonter au début
Vous n'avez pas la permission de vous inscrire
libero sed pulvinar accumsan et, sit