Basketball

Le débat de la semaine : Sabonis, Booker et Trae Young méritaient-ils d’être au ASG ?

Cela fait désormais presque trois jours que l’ensemble des participants au 70e All Star Game sont connus et pourtant, des doutes subsistent encore quant à la présence ou non de certains. Rares sont ceux qui ne se sont pas étonnés de la présence d’aucun Jazzman parmi les titulaires, ou de deux C’s parmi les remplaçants. Si le All Star Game récompense les meilleurs joueurs, le bilan de chaque franchise n’est pas non plus à oublier. Mais les trois plus grosses erreurs de casting (ou non) sont les absences de Domantas Sabonis, Devin Booker (qualifié depuis) et de Trae Young. 

Domantas Sabonis, que faut-il de plus ? 

Véritable phare des Pacers cette année, l’ailier fort d’Indiana est tout simplement intraitable cette année. Avec des moyennes de 21,5 points pour 11,7 rebonds et 5,7 passes par match, il est largement au dessus de la plupart des “forwards” sélectionnés cette année. La comparaison la plus criante est à faire avec Vucevic. Bien loin l’idée de critiquer le Monténégrin, brillant également avec Orlando, mais force est de constater qu’avec des statistiques similaires (24 points, 11,7 rebonds, 3,6 passes), le bilan de chaque franchise aurait dû faire la différence. Orlando ? Le Magic n’est que 13e de la Conférence Est ! Les Pacers sont eux 4e, avec un bilan à l’équilibre de 15 victoires pour 15 défaites. Concernant Julius Randle, le débat est bien moindre, car ce dernier s’est clairement révélé cette année et n’est pas étranger aux très bons résultats des Knicks de New York.

En outre, Sabonis doit bien se demander ce qu’il doit faire de plus pour être sélectionné. Alors, certes, une non-sélection au All Star Game n’est pas une fin en soit, et l’on est sûr qu’il s’en relèvera, mais c’est plus la façon dont il a été totalement ignoré qui dérange. Espérons pour lui que cette déception passera vite, et qu’il saura répondre sur le terrain, comme il l’a souvent fait. Et, puisqu’il faut prendre les paris, Sabonis décrochera sa première étoile l’année prochaine.

Trae Young, manque de régularité

Là encore, c’est à l’Est que tout s’est joué. Parmi les guards sélectionnés pour être remplaçant, on y trouve Zach Lavine, Jaylen Brown, James Harden et Ben Simmons notamment. Pour Harden, il ne faisait aucun doute qu’il participerait bien à son 9e ASG, tout comme Brown (1ère sélection). Les deux cités auraient presque pu prétendre à une place de titulaire, donc pas de discussion à ce niveau-là. Pour Ben Simmons non plus, dans une moindre mesure. Pour respecter la logique citée plus haut, le bilan d’une franchise doit tout de même se refléter dans le choix des coachs pour les remplaçants. Envoyer un second 76er au All-Star Game est complètement logique, tant la franchise de Philadelphie écran la conférence Est cette année.

Finalement, on pourrait croire que Trae Young a été victime de la densité de bons joueurs à l’Est. Comparativement à Zach Lavine, le meneur des Hawks manque peut-être un tout petit peu de régularité cette saison, et les Bulls ont un meilleure bilan. 7e de la Conférence Est, playoffables, Lavine a clairement fait la différence chez les Bulls. Cruel donc, pour un Trae Young qui aurait pu évoluer à domicile, et qui en est quand même à 27,2 points de moyenne par match…

Devin Booker, un Sun, pas deux

Équipe surprise de cette moitié de saison en NBA, les Phoenix Suns pointent actuellement à la 4e place de la Conférence Ouest, à seulement deux longueurs des Lakers de Los Angeles, et trois des Clippers. L’arrivée de Chris Paul a eu le même effet bénéfique que son arrivée un an plus tôt au Thunder. Pièce maîtresse du coach Monty Williams, Quin Snyder a donc privilégié le meneur vétéran au jeune loup. La déception est immense pour Booker, qui pensait tenir sa seconde étoile.

Coup du sort, petite aide du destin, Anthony Davis a bien été sélectionné alors qu’il est toujours blessé. Histoire de contrat, d’argent, la sélection au All-Star Game est bien souvent une des clauses des contrats des joueurs. Il fallait donc le sélectionner, même blessé. Forfait pour le ASG, c’est bien Devin Booker qui a été annoncé pour le remplacer. Alors certes, la récompense est énorme, mais nombreux sont les assidus à souhaiter à Booker d’être envoyé directement l’année prochaine, plutôt que de bénéficier de la blessure d’un autre. D’autant plus qu’à l’Ouest, sa présence semblait acquise. Paul George, Damian Lillard et Donovan Mitchell étaient intouchables, mais le spot de Chris Paul était largement discutable. Qu’importe, il y aura bien deux Suns au ASG 2021.

Chaque année, la sélection d’un joueur et la non-sélection d’un autre est source de conflit. Si l’absence de Trae Young est discutable, et l’arrivé tardive de Booker soulageante, l’absence de Sabonis est pour le moins scandaleuse. Jamais un joueur ne devrait être écarté de la sorte, tant il réunissait cette année tous les critères. Alors certes, une étoile n’est pas une bague de MVP, mais dans la tête d’un joueur, cela compte. D’autres auraient également pu rentrer dans la danse, comme Butler, Adebayo, Hayward, Fox et DeRozan.

Crédits photo Une : USA Today

Écrire un commentaire

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières publications

Remonter au début
Vous n'avez pas la permission de vous inscrire