Athlétisme

Les 50 moments de la décennie : L’athlétisme foudroyant

Qui dit 31 décembre 2020 dit fin d’une décennie. À cette occasion, We Sport vous propose de revenir, sport par sport sur 50 moments qui ont marqué cette dernière décennie, place à l’athlétisme où les performances électrisantes se sont multipliées. 

Le mythe Bolt

La dernière décennie d’athlétisme aura été marquée par un nom. Usain Bolt. Récent recordman du monde à Berlin à l’aube de cette dernière décennie, le roi Bolt commence pourtant mal celle-ci. Un faux départ devenu légendaire à Daegu lors des mondiaux 2011 lui fait perdre sa couronne, sa seule défaite sur les courses individuelles en grand championnat entre 2007 et 2017. Légende. Parce que Bolt domine le sprint mondial, que ce soit aux Jeux, ou aux mondiaux, le maître c’est Bolt, sur 100, sur 200 et même anecdotiquement sur 4×100. Si la meilleure marque de l’histoire du sprint ne bougera pas dans cette décennie, les médaille elles n’auront cessé de pleuvoir sur le champion jamaïcain.

Et puis l’heure de la chute est arrivée. Alors que les rumeurs sur sa retraite se font persistantes, Bolt confirme qu’il se donne pour dernier objectif le titre mondial à Londres, là où il est devenu le roi aux Jeux en 2012. Mais la chute est terrible. Seulement troisième sur 100 mètres, Bolt se lance dans une dernière course, le 4×100 mètres, un film d’horreur pour des millions de personnes devant leur télévision, le roi Bolt se blesse, la foudre ne frappe plus.

La perche toujours plus haut

Le saut à la perche est une discipline mythique de l’athlétisme mondial, elle l’est encore un peu plus devenue en cette décennie. Le record mythique de Serguei Bubka et ses 6m15 tenait depuis 1993. Un français est venu tout remettre en question. Renaud Lavillenie tente le record le 15 février 2014, à Donetsk, chez Bubka, lieu déjà du record de 1993. 6m16, l’histoire s’écrit. Mais dans les années qui suivent, un nom vient titiller Lavillenie sur la scène mondiale : Armand Duplantis. En 2020, le jeune suédois s’offre 6m17 puis 6m18 faisant de l’impossible, une banalité.

Diniz a encore gravi une marche

15 août 2014, quelques semaines après l’exploit de Lavillenie, un autre exploit s’écrit pour l’athlétisme français. Dans une discipline souvent mise à l’anonymat, au point d’être supprimée des jeux de Paris en 2024, un français règne sur le monde et l’Europe : Yohann Diniz. Engagé sur les championnats d’Europe de Zurich, le français va exploser le record de Denis Nizhegorodov datant de 2008 en le baissant de 2 minutes. 3h 32min 33sec de souffrance à 14 kilomètres par heure pour écrire en lettres dorées, son nom sur le livre des records.

Mayer le meilleur

Décidemment cette décennie d’athlétisme était une décennie basée sur les records. Et les records français, puisque Kevin Mayer s’est offert le record du monde du décathlon. Le français est devenu le premier athlète de l’histoire a avoir dépassé les 9100 points. Lors du mythique Décastar à Talence en septembre 2018. 9126 points en 10 épreuves, une performance qui avait encore une fois mis l’athlétisme français en orbite.

Vous pouvez continuez à suivre nos 50 meilleurs moments de la décennie, un article à chaque nouvelle heure sur WeSport en attendant la nouvelle année. 

Écrire un commentaire

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières publications

Remonter au début
Vous n'avez pas la permission de vous inscrire