Esport

LFL- Week 7 : un retour sur scène en fanfare pour la LFL

C’est un jour particulier pour la LFL et pour la scène française de League of Legends en général. Après des mois de compétitions à distance, les dix équipes en lice se sont retrouvées sur scène pour cette avant-dernière semaine du Summer Split 2021. C’est à Aix-en-Provence qu’a été organisée cette journée en partenariat avec Trésor, permettant à des centaines de supporters de vibrer au rythme des plays et des barons nashor.

BDS – Misfits Premier : un départ sur les chapeaux de roues

La journée commençait par le choc entre les deux équipes qui étaient données favorites à l’entrée de cette saison 2021. Il n’en est plus rien aujourd’hui, surtout pour l’équipe suisse qui est aujourd’hui en lutte pour atteindre les places qualificatives aux playoffs. Après un début de saison catastrophique, BDS a su se ressaisir et remonter progressivement la pente. S’ils se sont fait dominer par Solary la semaine dernière, ils étaient attendus au tournant aujourd’hui contre un Misfits Premier qui semble amoindri comparé au Spring Split. Affaiblis, mais pas assez visiblement car la rencontre s’est soldée par une victoire de l’équipe des lapins. On note cependant la virulente opposition de BDS lors de ce match avec par exemple des tentatives insolites en draft dont une Lissandra au mid pour essayer d’enrayer le gameplay de Leblanc.

Izidream- GamersOrigin : le phœnix bleu triomphe à la maison

C’est bien là la surprise de la journée. Si Aix est l’endroit où s’est tenue cette journée de LFL, c’est aussi la ville où Izidream réside toute l’année et où ils ont su renouer avec la victoire. Si la draft présageait une victoire des GamersOrigin si la partie s’éternisait trop, il n’en fut rien et ce même une fois les trente minutes de jeux atteintes. Le Ziggs de Seelame a été décisif dans la victoire d’Izidream, proposant un poke conséquent face auquel GO n’a pas su s’adapter. Les objectifs neutres et les teamfights brillants se sont enchaînés pour la lanterne rouge de LFL, qui même s’ils n’ont plus l’espoir de rejoindre les playoffs arrivent à s’imposer. Le discours de Seelame après sa victoire, carry et MVP de l’équipe, a su émouvoir la salle.

Solary – LDLC OL : une game maîtrisée par Solary

On retiendra cette partie surtout pour sa (très) longue pause, après la déconnexion des 5 joueurs d’LDLC à un timing crucial. Les deux équipes étaient à égalité au classement (8 victoires et 6 défaites) et sont de sérieux concurrents pour les playoffs. Ce match était donc crucial pour les deux équipes à une semaine de la fin de la saison régulière, et la victoire de la « team d’amis » est des plus rassurantes avant la superweek, et surtout avant le classico retour contre la Karmine Corp.

Karmine Corp – Vitality Bee : La Karmine en apothéose face à son public

C’était le match entre les deux colosses de cette LFL. Déterminant dans le classement, le gagnant s’offrait seul la première place. Après un early game en faveur des abeilles, un teamfight au drake et une action brillante de Saken vint inverser le cours du jeu. C’est sous les cris d’encouragements de son public venu en masse que la Karmine s’est emparée des objectifs les uns après les autres, puis du nexus. La première place acquise, la Karmine a les yeux tournés vers la superweek et surtout sur le classico contre Solary ce lundi qui sera retransmis au Palais des Congrès lors du « Karmine Corp Experience ».

Gameward – MCES

Il fallait veiller jusqu’à tard pour profiter de ce dernier match tant le retard des précédents matchs s’est accumulé. Sur les coups de minuit et demi, MCES réussissait à s’imposer face à un public clairement en sa faveur, venant de Marseille et donc du sud tout comme comme Izidream. Boukada, véritable chouchou du public, a brillé lors de son premier match sur scène avec sa Diana. Idem pour son midlaner Tonerre bien plus expérimenté, qui a sorti un de ses champions signature, Yasuo. Si le champion est rare dans les drafts de nos jours, la composition des MCES a su le montrer sous son meilleur jour et a réussi à faire oublier la Orianna de Toucouille. 

Écrire un commentaire

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières publications

Remonter au début
Vous n'avez pas la permission de vous inscrire