Basketball

Preview NBA : La conquête de l’Est

NBA Preview 2020

Moins de deux mois et demi après le titre des Lakers, la NBA va déjà reprendre ses droits pour un nouvel exercice. Après une Draft virtuelle et un intersaison éclair, les trente franchises de la ligue vont donc déjà repartir au front. Dans la dernière ligne droite avant le début de la saison 2020/2021, We Sport fait le tour des forces en présence et des attentes pour chaque équipe. Aujourd’hui, zoom sur les cinq franchises que l’on imagine se battre pour la première place de la conférence Est.

Boston Celtics

Jayson Tatum Jaylen Brown

Crédit photo : Basket USA

Que s’est-il passé l’an dernier ?

Lire le bilan des Celtics

La saison de l’équipe verte de la NBA a enfin correspondu avec la légende qui entoure cette franchise. Une troisième place à l’est logique avec un bilan final de 48 victoires pour 24 défaites, dans une saison finie prématurément. Les révélations sont arrivées en Playoffs. Au premier tour, Boston sweep les Sixers privés de Ben Simmons et qui comporte un Joël Embiid en forme mais seul. Puis, les Celtics se font peur contre les Raptors en gagnant la série en 7. Malgré leur domination, plusieurs petites erreurs leur ont coûter des matchs. Enfin, ils s’inclinent en finale de conférence face au Heat, trop chaud pour espérer les battre. Durant toute cette campagne, Jayson Tatum a confirmé son statut de franchise player et de jeune espoir dominant la ligue. Marcus Smart s’est révélé comme le guerrier de cette équipe que rien n’arrête. Jaylen Brown a rempli son rôle de lieutenant. Le seul petit bémol de cette équipe en Playoffs aura été Kemba Walker bien en dessous de ses standards, surtout après la saison régulière effectuée.

À quoi ressemble l’effectif ?

Cet automne du coté de Boston, l’effectif a pas mal tourné et on pourrait presque considérer que les pertes n’ont pas été remplacé à la hauteur. Évidemment, en premier lieu le départ de Gordon Hayward vers Charlotte pour un contrat juteux de 120M$ sur 4 ans. Malheureusement pour les Hornets, l’ancien all-star vient de se blesser à la main. Malgré toutes ces blessures, Hayward restait une pièce maîtresse du cinq des Celtics et sa perte est conséquente. Ensuite, les C’s ont perdu deux éléments importants de rotation en les personnes de Brad Wanamaker parti vers Oakland et Enes Kanter de retour chez les Blazers. Enfin, un départ moins sensationnel, celui de Vincent Poirier qui a beaucoup voyagé pour terminer chez les Sixers. On ne sait pas si son départ est dû à sa déclaration dans notre interview publiée avant la Free Agency.

Néanmoins, Boston accueille deux rookies suite à la draft qui sont Aaron Nesmith et Payton Pritchard, ainsi que deux vétérans, Tristan Thompson et Jeff Teague. Les deux vieux viennent suppléer des titulaires indiscutables. Jeff Teague au poste de meneur de Kemba Walker. Tristan Thompson en pivot pour gratter des rebonds.

Enfin, le front office a donné un contrat max à Jayson Tatum de 195M$ sur cinq ans, logique au vue de ses performances. Toujours dans les prolongations, le géant Tacko Fall continue l’aventure chez les verts.

Le 5 majeur

  • PG : Kemba Walker
  • SG : Marcus Smart
  • SF : Jaylen Brown
  • PF : Jayson Tatum
  • C : Daniel Theis

Le 5 majeur ne bouge pas tellement par rapport à la saison précédente et vu sa force on comprend pourquoi. Le trio infernal Tatum/Walker/Brown va certainement encore progresser et détruire des franchises. Le coté guerrier, presque chien de garde de Marcus Smart sera sûrement un plus pour son équipe. Daniel Theis discret mais efficace sous le cercle est toujours utile à son équipe. Tout ce beau monde encadré par Brad Stevens qui a montré de belles choses cette saison peut s’avérer très dangereux pour les autres contenders de l’est.

Objectifs et Attentes

Comme toutes les franchises de cet article, les Celtics visent haut. Une troisième place en régulière est le minimum syndical. Une performance en dessous de la finale de conférence serait également vu comme un échec. De plus, Boston peut avoir l’ambition d’aller jusqu’en finale NBA ce qui ne serait pas un blasphème. Jayson Tatum peut et doit porter son équipe au plus haut niveau, surtout à l’est et avec l’entourage qu’il possède.

Brooklyn Nets 

Kevin Durant Kyrie Irving

Crédit photo : CBS Sports

Such a melting pot, on the corner selling rock, preachers pray to God, Hail a gypsy cab, takes me down from Harlem to the Brooklyn Bridge

Que s’est-il passé l’an dernier ?

Lire le bilan des Nets

Des promesses, des promesses, des promesses… voilà ce que l’on doit retenir de la saison 2019/2020. Avec un Kevin Durant bloqué dans l’infirmerie un Deandre Jordan découvrant les joies de la vie dans la Big Apple et un Kyrie Irving déterminé à démontrer que la terre est plate, il a fallu compter sur « les autres ». Caris Levert, Jarrett Allen, Joe Harris, Spencer Dinwiddie et consorts ont fait le taff pour aller jusqu’en post-season. Malheureusement face aux champions en titre, la jeune garde new-yorkaise n’a pas fait le poids face à Lowry et cie. Mais le message est passé, les jeunes Nets sont en place et ils attendent le meilleur cupcake du monde et son meilleur ami pour les mener vers les sommets de la ligue.

À quoi ressemble l’effectif ?

Un effectif taillé pour la lutte finale, avec un patron nommé Kevin Durant qui risque d’avoir faim de terrain et de ficelles. Mais la grande nouveauté du côté de Brooklyn, c’est le nouveau coaching staff. L’immense, le brillantissime, le géniale (oui, je suis fan) Steve Nash a été nommé à la tête de cet effectif XXL.

Et pour un jeune coach quoi de mieux que de s’entourer de son mentor et de son coéquipier de toujours (coucou Mike D’Antoni et Amare Stoudemire). On le sait, « Gatsby » comme le surnommait feu Kobe Bryant, aime le jeu léché, rapide. Le Run & Gun de Brooklyn devrait satisfaire le public s’il y en a du Barclays Center. Cependant pas de folies, le canadien sait qu’il doit ménager ses superstars : « Il n’y a aucun plan spécifique en place, mais c’est peu probable que les deux jouent 72 matchs. »

Le 5 Majeur

  • PG : Kyrie Irving
  • SG : Spencer Dinwiddie
  • SF : Joe Harris
  • PF : Kevin Durant
  • C : Deandre Jordan

Pas sur à 100% de la rotation autour des postes 2 et 3, cependant, abondance de biens ne nuit pas et les biens côté Brooklyn il y en tout un tas. Caris Levert, Landry Shamet, Jarrett Allen, Taurean Prince, Cocorico Thimoté Luwawu-Cabarrot seront d’excellents second couteaux. Le seul problème c’est qu’il n’y a qu’un seul ballon et on le sait, plusieurs de ces joueurs aiment tripoter la balle orange.

Sachez également que tout cette preview peut tomber à l’eau si James « Strip-The Beard-Tease » Harden débarque dans la grosse pomme avec ses copains KD, Kyrie et Dede.

Objectifs et attentes

Le titre, le titre, le titre… Voilà ce que l’on a sur toutes les lèvres de l’autre côté du Brooklyn Bridge. Tout autre chose qu’une finale de conférence serait un échec. Cependant, il faudra patienter afin de pouvoir juger le retour de l’assassin silencieux Kevin Durant. Côté attente, on espère que les Nets ne feront pas la même erreur que les Clippers l’année passée. Les deux superstars des Nets doivent se mélanger avec leurs coéquipiers afin de créer une alchimie qui pourrait être fatale à leurs adversaires. Steve Nash a du boulot et on connait le monsieur, il aime le travail bien fait.

Bound For Glory

Miami Heat

Butler

Crédit photo : FR 24 News english

Party in the city where the heat is on. All night, on the beach till the break of dawn “Welcome to Miami”

Que s’est-il passé l’an dernier ? 

Lire le bilan du Heat

Une finale NBA inattendue. Nous avons été les témoins des performances de Jimmy Butler sous Erik Spoelstra, du step-up incroyable de Bam Adebayo, de la fiabilité dingue des rookies Tyler Herro et Kendrick Nunn, la saison XXL de Duncan Robinson ou encore le retour au sommet de Goran Dragic. Une saison incroyable réalisée de la part des pensionnaires de l’American Airlines Arena. On en veut plus, on en veut plus, on en veut plus (cf : Le plus beau des combats).

À quoi ressemble l’effectif ?

Pas de grands chambardements dans l’effectif du Heat, Andre Iguodala dernier arrivé a réussi son intégration et on l’attend prêt au combat. La petite nouveauté c’est le rookie Nigérian Precious Achiuwa qui va intégrer la rotation au poste 4. Rookie au Miami Heat sous Spoelstra, on le sait ça peut faire mal, et quand on voit les qualités athlétiques du bonhomme on espère une réussite façon Herro / Nunn.

Le 5 Majeur

  • PG : Goran Dragic
  • SG : Tyler Herro
  • SF : Jimmy Butler
  • PF : Duncan Robinson
  • C : Bam Adebayo

Un 5 magnifique qui peut être aligné par Spoelstra, et qui on l’espère tournera au moins aussi bien que la saison passée. On le sait, la saison 2 est toujours la plus difficile, le Heat sera férocement attendu sur tous les parquets de la NBA et l’amélioration du niveau de la conférence Est rend le tout compliqué pour les hommes du « Parrain » Pat Riley.

Objectifs et Attentes

L’objectif on le sait, c’est les Playoffs. Une fois que la Post-season est dans la musette les hommes de Spoelstra seront capables de tout. Si l’effectif est épargné par les blessures on peut imaginer de nouveau une finale de conférence. Côté attentes, on attend de voir les évolutions des 3 jeunes du Heat : Herro, Nunn et Adebayo. Vu le potentiel aperçu la saison passée, Sky is the limit, pour les bambins de South Beach. On espère aussi une complémentarité grandissante entre Butler et Adebayo les 2 go-to-guy de Miami.

Vice City Miami.

Milwaukee Bucks

Giannis

Crédit photo : WEAU

Que s’est-il passé l’an dernier ?

Lire le bilan des Bucks

Déjà impérial en saison régulière en 2018-19, les Bucks ont remis le couvert cette année en encore plus fort. Avec 56 victoires pour 17 défaites, les Bucks en plus d’être les premiers de l’est possède le meilleur bilan de la ligue. Le leader Giannis Antetokunmpo a terminé l’année en conservant son titre de MVP et a en plus chipé le titre de DPOY à Rudy Gobert pour entrer dans le cercle très fermé des joueurs ayant reçu les deux distinctions la même année avec Michael Jordan et Hakeem Olajuwon. Cependant, leur parcours en Playoffs est une nouvelle fois tâché par la défaite. Après une victoire facile contre le Magic et un boycott organisé, les Bucks ont dégusté contre le Heat s’inclinant sur un sévère 4-1. Milwaukee peut remercier Khris Middleton d’avoir sauvé l’honneur au Game 4 et ne pas avoir encaissé un sweep historique.

À quoi ressemble l’effectif ?

L’automne des Bucks n’a pas duré longtemps mais a fait jaser à cause du capotage sur le transfert de Bojan Bogdanović. Le Bosnien est finalement parti chez les Hawks. Milwaukee récupère tout de même Jrue Holiday, DJ Augustin, Pat Connaughton et Torrey Craig. Certains joueurs vont renforcer le banc, d’autres comme Jrue Holiday auront directement une place de titulaire. Concernant les pertes, Robin Lopez a déménagé pour la capitale et Eric Bledsoe a pris son envol pour les Pelicans. Deux joueurs importants ont quitté le navire mais pour autant il ne va pas couler car leurs absences ont été bouché.

Mais la grande news de la Free Agency dans le Wisconsin a été la récente super max extension de Giannis qui reste donc à Milwaukee pour ramener son équipe au plus grand niveau. Le Grec envoie un message clair, il ne partira pas de Milwaukee tant qu’il n’aura pas ramener un titre à la maison. Cela colle avec son message il y a deux ans lors de sa première consécration pour le titre de MVP : “Ne m’appelez pas MVP tant que je ne serais pas champion”. Le front-office des Bucks ont tout de même dû sortir le gros carnet de chèque avec le plus gros salaire de l’histoire de la NBA, 228M$ sur cinq ans.

Le 5 majeur

  • PG : DJ Augustin
  • SG : Jrue Holiday
  • SF : Khris Middleton
  • PF : Giannis Antetokounmpo
  • C : Brook Lopez

Trois noms restent inchangés par rapport aux années précédentes. Bien que le trio Giannis/Khris/Brook est encore présent et que Jrue a les capacités pour remplacer Eric, le gros point faible de cette nouvelle équipe sera à la mène. En effet, aucun grand meneur n’est présent dans cet effectif. DJ Augustin est bon, mais peut-être pas assez pour une équipe qui vise le titre chaque année. Le travail de Mike Budenholzer sera d’améliorer ce point faible en changeant peut-être quelques joueurs de leurs postes. Holiday pourrait prendre la mène pendant qu’un Craig ou un Connaughton se place comme arrière. Pour le savoir réponse mardi prochain.

Objectifs et Attentes

L’objectif est clair, réaliser le même parcours en régulière et tout éclater en Playoffs. Les Bucks ont déçu deux saisons de suite en phase finale, une troisième chute ne sera pas tolérée. Giannis doit montrer qu’il est un joueur de trempe de légende et ramener une bague aux siens.

Philadelphia Sixers

Joël Embiid

Crédit photo : Philadelphia Inquirer

Que s’est-il passé l’an dernier ?

Lire le bilan des Sixers

Quand on pense à la saison des Sixers, on pense forcément à de la déception. Philadelphie avait montré un jeu très intéressant qui n’était pas passé loin d’une finale de conférence en 2019, crucifié par Kawhi Leonard au buzzer du match 7. La paire Embiid/Simmons devait monter en intensité et en automatisme pour permettre à leur équipe de décrocher le sommet des Playoffs. Au final il n’en est rien et la seule intensité que l’on retient c’est celle de la bagarre avec KAT en tout début de saison où Ben Simmons s’était pris pour John Cena portant un magnifique STF. Au vu de la faiblesse de l’est, les Sixers se sont tout de même qualfié pour les Playoffs en terminant 6e avec 43 victoires pour 30 défaites. Les Playoffs sont vite passés car Boston s’est chargé de les sweeper.

À quoi ressemble l’effectif ?

L’automne a été très mouvementé du côté de la ville de Rocky dans les deux sens. Les deux départs majeurs restent ceux de Josh Richardson et Al Horford respectivement aux Mavs et au Thunder. Les deux n’ont pas convaincu dans la franchise bleu pétant et devront se relancer à l’ouest. Toutefois, Richardson a été tradé contre Seth Curry, une bonne opération car Philadelphie manquait de shooter. Recruté un Curry est donc la meilleure option pour palier à ce manque. De plus, Philadelphie accueille deux vétérans des Lakers, champion en titre qui sont Dwight Howard et Danny Green. Les deux apporteront leurs expériences dans un groupe qui manque de savoir-faire dans les grands moments surtout en Playoffs.

En plus de l’arrivée de nombreux joueurs, le staff a changé puisque Brett Brown a dû quitter le banc pour laisser sa place à Daryl Morey qui aura Doc Rivers à ses côtés. Un choix surprenant suite à la débandade des Clippers contre les Nuggets. Ce duo de coach va vite faire parler en bien comme en mal mais saura faire élever cette équipe vers les sommets de l’est.

Le 5 majeur

  • PG : Ben Simmons
  • SG : Seth Curry
  • SF : Danny Green
  • PF : Tobias Harris
  • C : Joël Embiid

Par rapport à celui de l’année dernière, on peut dire que le niveau a augmenté. Plus d’expérience, de meilleurs snipers, et une base Embiid/Simmons toujours solide. Il ne reste plus qu’à concrétiser cela par des actes et des résultats. En tout cas, cet effectif attise la curiosité de nombreux fans qui désormais attendent de voir les faits avant de s’exciter et recevoir un faux-espoir en échange.

Objectifs et Attentes

En saison régulière, les Sixers doivent se qualifier en Playoffs sans passer par la case Play-in. Le haut de la conférence va être chargé, attention à ne pas tomber dans le piège. Une fois, en Playoffs, une demi-finale serait nécessaire à la refonte de ce projet ambitieux. Un palier sur le papier atteignable. Tout résultats au-dessus sera en bonus comme pour le Heat de cette saison.

Le haut de la conférence sera une pure guerre de terrain. Entre les nouveaux Nets, les solides Bucks et Celtics et le Heat et les Sixers qui veulent regoûter au plus haut niveau, la saison promet d’être explosive entre ces cinq-là. 

Article réalise avec la contribution de Geoffrey Pollet (Nets & Heat)

Crédit image : Eurosport

Écrire un commentaire

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières publications

Remonter au début
Vous n'avez pas la permission de vous inscrire