Coupes Européennes

Retour sur les épopées européennes de l’EA Guingamp !

L’En Avant Guingamp, ce petit club familial d’irréductibles bretons possède sa propre légende dans l’hexagone. Et pourtant, comme si cela ne suffisait pas de briller sur la scène nationale, les Rouge et Noir ont aussi vécu quelques épopées européennes. C’est ce que nous allons voir dans cet article qui retrace pas à pas les aventures continentales de ces 25 dernières années.

1996-1997 : Coupe Intertoto et Coupe UEFA

Obtenant une 10e place la saison précédente en Division 1, les Guingampais découvrent l’Europe avec une qualification en Coupe Intertoto. Tout débute alors en Finlande face au FF Jaro. Un score nul et vierge solde cette entrée européenne. Le premier match à Roudourou est célébré comme il se doit dès la 2e journée avec une victoire 2-1 sur le Dinamo Bucarest. L’EAG termine sa phase de groupes ensuite sur 2 victoires, en Géorgie contre le Kolkheti 1913 Poti (1-3) et à domicile (1-0) contre les Serbes du FK Zemun. Un bilan honorable qui permet aux Bretons de se hisser en demi-finales. Ils affrontent alors les Russes de Kamaz Tchelny. La première défaite survient alors en terre russe 2 buts à 0. La tache se complique pour les Guingampais condamnés à l’exploit. C’était sans compter sur l’éternelle magie de Roudourou. Les Rouge et Noir survolent le match et s’imposent 4-0.

Direction la finale pour l’EAG. La Russie encore au menu avec le Rotor Volgograd. Après une défaite 2-1 à Volgograd, les Guingampais toujours invaincus à domicile vont chercher la victoire 1-0 pour obtenir le titre. Première participation européenne et premier titre continental pour Guingamp.

 

Ce titre leur permet la même année de disputer la Coupe UEFA en 32es de finale. Et ce n’est pas n’importe quel adversaire qui se dresse devant le modeste Guingamp puisque c’est le géant Inter Milan. Le match aller se déroule à Roudourou. David contre Goliath en terre armoricaine. Cependant au grand dam des supporters bretons, la magie n’opère pas et la logique est respectée. Les Nerazzuri s’imposent 0-3 et ruinent quasiment à néant les espoirs guingampais. Au match retour, les bretons vont quand même chercher un exploit puisqu’ils obtiennent le nul 1-1. De quoi terminer en beauté cette aventure européenne de 1996.

Saison 2003-2004 : Coupe Intertoto

Après avoir obtenu le meilleur classement de son histoire en terminant à la 7e place à seulement 3 points de la Ligue des Champions, les Guingampais retrouvent l’Europe. Ce sera le FC Brno au 3e tour de la Coupe Intertoto. L’histoire se répètera-t-elle ? C’est ce qu’espèrent les supporters armoricains. Pour cela, il va falloir assurer à Roudourou lors du match aller. Et ça débute mal pour les Guingampais avec une ouverture du score tchèque. La catastrophe était proche mais c’était sans compter sur deux buts dans les dix dernières minutes qui permettent aux Bretons d’assurer l’essentiel et de s’imposer 2-1. Cependant, le représentant français est prévenu et il va falloir confirmer en Tchéquie. Malheureusement, Brno s’impose 2-1 et pousse Guingamp en prolongations. Les Armoricains craquent et encaissent deux nouveaux buts. La réduction du score à 5 minutes de la fin ne changera rien à l’issue. Défaite 4-2, fin de l’aventure de façon précoce cette fois-ci.

Saison 2009-2010 : Ligue Europa

Vainqueur de la Coupe de France 2009, Guingamp est qualifié pour les barrages de la Ligue Europa. Le tirage au sort n’est pas clément et c’est Hambourg SV qui devra être dépassé pour espérer participer à la compétition. Le match aller se déroule en terre bretonne. Tout le peuple rouge et noir rêve de voir l’EAG participer à la première édition de cette compétition. Malheureusement, la réalité du terrain et la différence de niveau les rattrapent. En seulement une mi-temps, la formation germanique mène par 3 buts à zéro. Hambourg trouve encore par deux fois le chemin des filets avant une anecdotique réduction du score. Guingamp prend l’eau et s’incline 1-5 devant son public. Résignés avant le match retour, les Bretons s’inclinent 3-1 en Allemagne dans un match qui n’avait plus de réel enjeu.

Saison 2014-2015 : Ligue Europa

De nouveau vainqueur de la Coupe de France, contre le Stade Rennais toujours, l’EAG retourne en Ligue Europa. Cependant, l’accession a été modifiée et les Guingampais sont directement reversés en phase de groupes sans passer par les barrages.  La tâche s’annonce cependant compliquée au vu du groupe. Le petit poucet hérite de la Fiorentina, du PAOK Salonique et du Dinamo Minsk. Deux habitués des coupes européennes, et une formation d’Europe de l’Est. Ces équipes créent souvent des surprises, jouant leur va-tout au maximum.

On peut dire que la campagne européenne débute mal. Commençant par la confrontation la plus difficile sur le papier en se rendant à Florence, les Guingampais ne créent pas l’exploit et s’inclinent lourdement 3-0. Une réaction est donc attendue et même obligatoire mathématiquement lors de la seconde rencontre. Ce sera la première confrontation à Roudourou en phase de groupes. Le PAOK Salonique sera donc l’adversaire du soir, il va falloir faire un match avec sérieux et détermination pour renverser cette formation hellénique. Ainsi, après une barre transversale en première période, celui qui allait être l’homme de la soirée, Sylvain Marveaux ouvre le score d’une frappe croisée au retour des vestiaires à la 47e minute. À peine 3 minutes plus tard, l’intenable Marveaux double la mise d’un coup franc en pleine lucarne. Le score en reste à 2-0 et Guingamp prend 3 points très précieux.

Credits photos: AFP

Lors du troisième match Guingamp se déplace au Belarus pour affronter le Dinamo Minsk. Le représentant tricolore obtient un bon point avec un score de 0-0. La victoire est cependant nécessaire au retour pour continuer à croire à la qualification. Guingamp fait le travail et s’impose 2-0 par des buts de Beauvue et Mandanne. Malheureusement lors de la 5e journée, l’EAG s’incline à Roudourou face à la Fiorentina 1-2 avec un but de Beauvue. Tout se jouera donc lors de la 6e et dernière journée à Salonique. Le vainqueur ira en 16es de finale, même si un nul suffirait aux bretons. L’exploit est donc de mise. Mais Guingamp est habitué aux exploits, c’est sa marque de fabrique, son essence, sa nature même. Et c’est pour cela que les joueurs comme les supporters venus en nombre en Grèce y croient.

Et le conte de fées débute bien. Dès la 7e minute, sur un coup France excentré, Giresse dépose le ballon sur la tête de Beauvue qui ouvre la marque. Cependant à la 22e minute, un pénalty est sifflé en faveur du PAOK après une main de Jacobsen. Lössl est pris à contre-pied, les Grecs égalisent. S’ensuit une fin de mi-temps remplie d’opportunités pour les Guingampais et notamment un poteau de Mandanne mais ils ne parviennent pas à prendre l’avantage. La seconde mi-temps est haletante, la qualification est proche mais l’élimination rode. Le temps s’écoule, les minutes s’allongent, la pression monte des deux côtés. Et soudain, à la 83e minute, Claudio Beauvue à l’entrée de la surface, élimine un premier puis un deuxième défenseur. Il décoche alors une frappe terminant en pleine lucarne : 1-2. À 10 minutes de la fin, le parfum de la qualification se fait ressentir avant de s’officialiser. L’impossible est devenu possible, le village breton a encore une fois frappé se qualifiant pour les phases éliminatoires de la Ligue Europa.

L’adversaire sera le Dynamo Kiev. Un club historique, rempli d’histoire. Ce sera encore un gros, un monstre que les Guingampais devront affronter. Match aller à Roudourou, l’antre des exploits. Cela débute pourtant mal avec une ouverture du score dès la 19e minute par Miguel Veloso. Mais le dieu du football est avec les Guingampais ce soir-la. Les exclusions de Yarmolenko à la 39e minute et de Belhanda à la 44e permettent à Guingamp de disputer la seconde période à 11 contre 9. Il faut attendre la 72e minute pour voir encore et toujours Claudio Beauvue débloquer la situation et égaliser. Le cadre Moustapha Diallo double la mise dans la foulée à la 75e et permet aux Guingampais de s’imposer face au  grand Dynamo Kiev. Il va falloir cependant assurer au match retour et garder cet avantage et ce ne sera pas chose aisée.

Cette fois, les Ukrainiens ouvrent le score à la 31e minute obtenant déjà provisoirement leur qualification. Dès le retour du vestiaire, Kiev double la mise, la tâche se durcit pour les Guingampais qui doivent maintenant se démener pour obtenir ne serait-ce que les prolongations. Et c’est ce qu’ils vont faire avec un but de Mandanne à la 66e minute qui inscrit enfin son but en Ligue Europa après avoir touché les montants à de nombreuses reprises. L’espoir renait dans les têtes guingampaises, l’exploit redevient possible. Malheureusement il suffit d’une erreur bête pour le payer cher. Benjamin Angoua fait tomber un adversaire dans la surface. Penalty pour le Dynamo Kiev. Lössl ne peut rien faire. 3-1 pour les locaux. Malgré une tête de Beauvue à la dernière minute, Guingamp ne peut revenir cette fois-ci. L’épopée européenne prend fin après un magnifique parcours qui restera comme une aventure historique pour le club et ses supporters.

Ainsi, dans la difficulté actuelle du club, We Sport avait à cœur de rappeler de bons souvenirs à tous les amoureux de l’EAG et faire perdurer l’histoire insolite de ce club de légende. Tous ensemble toujours en avant !

Credits photo de couverture: So Foot

Authors

Écrire un commentaire

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières publications

Remonter au début