Foot US

Une semaine en NFL: Joyeux Thanksgiving

Hier, les États-Unis fêtaient Thanksgiving, un des jours les plus populaires outre-atlantique. De la fameuse dinde aux Dallas de Cowboys, on vous explique les traditions de cette fête très américaine. On en profite également pour revenir sur les trois deux matchs de la nuit dernière !

 

Un peu d’histoire

Historiquement religieuse, Thanksgiving est devenue une fête culturelle aux États-Unis. Cette fête trouve ses origines en Europe. Elle avait pour but de remercier Dieu pour le bonheur et les richesses reçues durant l’année. Les premiers colons amenèrent donc cette tradition dans leurs valises. Mais lors du premier Thanksgiving en 1621 à Plymouth, il était plutôt question de célébrer les premières récoltes et l’aide des autochtones que l’intervention divine.

Un des évènements de l’année

Très vite, Thanksgiving s’est donc ancrée dans la culture populaire américaine et est devenue une fête laïque. En 1863, Abraham Lincoln fît de cet évènement populaire une fête nationale qui aura toujours lieu au même moment: le quatrième jeudi de Novembre.

Depuis 1941, c’est officiellement un jour férié outre-atlantique. Les administrations et la plupart des entreprises sont donc fermées ce jour-là. Avec le 4 Juillet (jour de la fête nationale), c’est la fête la plus importante de l’année. C’est, par exemple, pendant la période de Thanksgiving que les américains voyagent le plus en voiture et en avion pour se réunir avec des amis et avec des membres de leur famille.

Le symbole de la dinde

Si le repas de Thanksgiving est évidemment une des traditions importantes de cette fête, c’est le symbole de la dinde qui colle le mieux à cette célébration dans l’imagerie populaire. Présente lors du tout premier repas en 1621, c’est la pièce indispensable de ce repas. En effet, près de quarante-cinq millions de dindes sont mangées lors de Thanksgiving. Évidemment, tout le monde a déjà vu ses images (assez surprenantes) du président américain gracier une dinde.

Pour accompagner cette dinde: une purée de patate douce et une tarte à la citrouille en dessert. So american !

Le président Obama gracie une dinde pour Thanksgiving ! (crédit photo: Today Show)

 

La NFL et Thanksgiving : une longue tradition

Si Thanksgiving rime avec dinde, cela rime également avec football. Étant donné que c’est un jour férié, c’est un jour propice pour diffuser du sport à la télé. Et quoi de mieux que le football pour ravir les américains après un bon repas ! Mais il n’y a pas que la célèbre NFL qui est concernée car on joue à tous les niveaux pour ce jour particulier. Beaucoup de matchs de High School se joue le jour de Thanksgiving pour les fameux “Turkey Day Games”. Quant au College Football, le week-end de Thanksgiving (plutôt le vendredi et le samedi) donne lieu aux célèbres “Rivalry Games”. Globalement, on profite de ce week-end de fête pour disputer des matchs avec des rivalités historiques !

Détroit et Dallas au menu

Depuis sa création en 1920, la NFL a toujours joué des matchs pour le jour de Thanksgiving. Si au départ, de nombreux matchs étaient disputés ce jour-là, le nombre s’est petit à petit réduit pour au final n’en garder qu’un seul (sans compter la défunte AFC) ! Habitués à jouer des matchs à Thanksgiving depuis 1934, les Détroit Lions étaient devenus l’équipe mythique de ce jour particulier. Il a donc été convenu qu’ils seraient assurés de jouer ce jour-là, et c’est encore le cas aujourd’hui. Rivalité de division oblige, les Packers ou les Bears étaient souvent choisis pour être les adversaires des Lions.

Évidemment ce traitement de faveur a fait des jaloux et d’autres équipes ont souhaité jouer pour Thanksgiving. Le propriétaire des Cowboys de Dallas, Tex Schramm, a donc fait des pieds et des mains pour avoir son match ce jour-là. Il obtenu gain de cause en 1966 et le succès a de suite été au rendez-vous avec notamment un stade bondé pour la première. Quelques années plus tard, les Cowboys de Dallas sont devenus une des équipes les plus populaires en NFL, la fameuse America’s Team. Difficile donc de leur retirer ce match de Thanksgiving qui est toujours d’actualité aujourd’hui.

Un prime time depuis 2006

En plus de ces deux matchs disputés en journée, un troisième match est prévu en prime time depuis 2006. Pour ce troisième match, pas d’abonnement pour telle ou telle équipe mais plutôt des belles affiches et notamment des duels de division. Si les Saints et les Falcons ont été à l’honneur des deux derniers Thanksgiving, c’est l’AFC Nord qui devait être à l’affiche cette année avec un duel au sommet entre les Steelers et les Ravens ! À noter que toutes les équipes NFL, sauf les Jacksonville Jaguars ont joué le jour de Thanksgiving.

Le match de Thanksgiving est également une fête pour les joueurs. (crédit photo: SI Kids)

Le Covid s’invite à la fête !

Présent dans notre quotidien depuis presque un an, le COVID ne pouvait pas passer à côté de Thanksgiving ! Si le virus n’a pas osé s’attaquer aux Lions ou aux Cowboys, il a frappé cette semaine les Ravens. Quelques cas positifs qui ont obligé la NFL à repousser le choc contre les Steelers à dimanche. Il n’y a donc eu que deux matchs disputés lors de cette journée particulière, mais les traditions ont bien été respectées : il y a eu du football pour Thanksgiving !

Les matchs

Le programme de cette année n’était pas forcément le plus alléchant. Le choc Baltimore-Pittsburgh annulé, seules des équipes au bilan négatif s’affrontaient. Après un match entre Texans et Lions en guise d’apéritif, rien de mieux qu’un choc de la terrible NFC Est entre les Cowboys et la Football Team pour finir ce Thanksgiving en beauté !

Les Texans mangent du lion

Le bilan des Texans ne reflètent pas forcément le niveau de cette équipe. Même si la franchise peut avoir du mal défensivement, elle possède avec Deshaun Watson un des meilleurs quarterbacks de la ligue. Ce sont pourtant les Lions qui ont pris le meilleur départ lors de ce match de Thanksgiving avec un touchdown de l’inusable Adrian Peterson. Mais un festival de turnover (2 fumbles et 1 touchdown) permet à Houston de se remettre dans le match grâce notamment à un pick-6 de JJ Watt. Dehsaun Watson, précis sur sur ces drives, permet alors à son équipe de rentrer au vestiaire avec neuf points d’avance (41-25). Si les Lions sont maladroits, les Texans sont eux indisciplinés avec pas moins de huit pénalités pour un total de 65 yards ! Une indiscipline sans conséquence pour le moment.

Après un échange de field goal au retour des vestiaires (26-17), ce sont les Texans qui vont accélérer en début de quatrième quart-temps. Emmené par un duo Watson/Fuller de feu, Houston va définitivement se mettre à l’abri en quelques minutes. Sur deux passes de plus de 30 yards (dont un trick play!), Deshaun Watson trouve Will Fuller pour deux touchdowns ! Les Texans prennent 24 points d’avance, les Lions ne s’en remettront pas. Malgré un touchdown anecdotique du revenant Mohamed Sanu, Détroit s’incline (41-25). Matt Patricia est plus que jamais sur un siège éjectable !

Pour Houston, tout va bien. Grâce à un nouveau match à plus de 300 yards de son quarterback Deshaun Watson, les Texans enchainent une deuxième victoire consécutive et relancent leur saison qui avait très mal débuté.

Les Cowboys se sabordent

Si les Cowboys commencent mieux le match, c’est l’incroyable rookie Antonio Gibson qui va franchir la end-zone en premier . Amari Cooper va lui répondre immédiatement sur un touchdown longue distance (54 yards). Alors que le score est de (10-10), les Cowboys vont faire une première erreur grossière (ce ne sera pas la dernière !). Sur une quatrième tentative et moins de un yard à gagner, Andy Dalton a la bonne idée de tenter une passe… C’est manqué et Washington récupère le ballon dans la moitié de terrain de Dallas. La sanction est immédiate et la Football Team rentre au vestiaire avec quatre points d’avance (17-13).

Il ne faudra attendre que deux jeux en deuxième mi-temps pour voir les Cowboys commettre une nouvelle erreur. Sur une course, Zeke Elliott échappe le ballon pour la cinquième fois de la saison ! Heureusement Washington doit se contenter d’un field goal et Dallas reste dans le match (20-13). Une interception d’Alex Smith permettra même à Dallas de revenir à quatre points (20-17) mais c’est bien Washington qui domine.

Suite à la blessure de deux linemens offensifs lors de la première mi-temps, Andy Dalton est de plus en plus sous pression lors du troisème quart-temps et les Cowboys n’avancent plus. Mais plutôt que de se dégager, Dallas a une nouvelle idée de génie. Tenter un fake punt dans ses 20 yards. C’est une nouvelle fois manquée et il ne faudra qu’un jeu pour qu’Antonio Gibson mette un nouveau touchdown qui permet à Washington de prendre onze points d’avance (27-16).

Dallas ne s’en remettra pas et Antonio Gibson signe même son premier triplé en NFL pour enfoncer un peu plus les Cowboys. C’est déjà son onzième touchdowns et son huitième sur les cinq derniers matchs ! Pas mal pour un rookie ! Un pick-6 viendra alourdir le score et Washington s’impose facilement (41-16). Une victoire qui permet à la Football Team de reprendre provisoirement la tête de la NFC Est.

Écrire un commentaire

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières publications

Remonter au début
Vous n'avez pas la permission de vous inscrire