En route pour le Superbowl: 49ers, la saison de la résurrection

0
Ligue 1

Avant de vous présenter cette grande finale, on vous explique comment les deux équipes en sont arrivés là. On commence par les 49ers qui sont passés du deuxième pire bilan de la ligue à la tête de la conférence NFC en seulement une saison! Une transformation qui porte le sceau de Kyle Shanahan.

 

 

La métamorphose des 49ers

Cette saison était la troisième de Kyle Shanahan à la tête des 49ers. Après deux saisons galères, pourries par des blessures en tout genre, le coach de San Francisco était attendu au tournant. Après le triste bilan de (4-12) l’an passé, il n’avait pas trop le choix. On peut dire qu’il a répondu aux attentes!

 

Une surprise hebdomadaire
Kyle Shanahan et son quarterback. (credit photo: Niners Wire)

“San Francisco reste invaincu”, cette phrase fût le tube du début de saison en NFL. Après des victoires contre les Buccaneers et les Bengals, le calendrier commença à se relever et tous les spécialistes voyaient les 49ers rentraient dans le rang. Mais ni les Browns, équipe phare du début de saison balayée (31-3), ni les Rams, finalistes du dernier superbowl battus à domicile (20-7), ne purent empêcher la marche en avant des coéquipiers de Jimmy Garoppolo.

Il a fallu attendre la 9ème journée et les prolongations pour voir les 49ers tombés à domicile contre les Seahawks (27-24). Défaite sans lendemain, car les hommes de Shanahan reprirent aussitôt leur marche en avant avec notamment une écrasante victoire contre les Packers (37-8). Après 11 matchs, San Francisco affiche un bilan de (10-1) et les californiens sont donc tout prêt de retrouver les playoffs, sept ans après leur dernière participation.

Sur ce début de saison, les 49ers annoncent la couleur. Dans une ligue très portée sur le jeu aérien et l’attaque à tout va, ils ont décidé de prendre le contre-pied est d’axer leur jeu sur la défense et le jeu au sol.

 

Les rois du suspense

Dans la victoire comme dans la défaite, les matchs de 49ers ont toujours été serrés cette saison. Mise à part la défaite (22-29) contre Atlanta, San Francisco s’est incliné de trois petits points contre Seattle et Baltimore. Même constat quand l’équipe gagne, sur leurs onze victoires, cinq l’ont été par moins de cinq points d’écart.

On retiendra notamment cette victoire (48-46) sur le terrain des Saints. Un match qui a définitivement fait basculer la saison des 49ers du bon côté. 46 points, c’est évidemment le record de point encaissé par une des meilleures défenses de la ligue. Mais l’équipe menée par Jimmy G a prouvé lors de ce match qu’elle avait un mental à tout épreuve. Auteur de son meilleur match de la saison, le quarterback des 49ers finit le match avec 349 yards et 4 touchdowns! Grâce à une chevauché rageuse de Goerges Kittle et un field goal de Robbie Gould, San Francisco s’impose sur le terrain des Saints dans un des matchs de l’année!

 

Une victoire et une première place au finish

Malgré cette superbe saison et l’assurance de jouer les playoffs, rien n’était joué avant la dernière journée. En déplacement sur le terrain des Seahwks, l’enjeu pour les 49ers étaient simple. Une victoire était synonyme de 1ère place donc d’une semaine de repos et d’avantage du terrain. Une défaite et les 49ers chutaient à la 5ème place, les obligeant donc à jouer tout leurs matchs de playoffs à l’extérieur.

Portés par son jeu au sol redoutable (128 yds ; 3 TD), les 49ers s’imposent dans la douleur (26-21) avec notamment une défense héroïque en fin de match à 1 yard de leur end-zone. On ne les attendait pas aussi haut mais les 49ers finissent bien à la première place de la conférence NFC!

 

 

Un rouleau compresseur venu de l’Ouest

Si les 49ers ont été une des surprises de la saison régulière, leur présence au Superbowl n’en n’est pas une! Pas question de rejouer des matchs à suspense en playoffs et de gagner ou perdre sur un coup de dés. Les joueurs de la baie ont pris les choses en main pour écarter facilement leurs adversaires.

Les Vikings ont été les premières victimes de l’ouragan 49ers. Pourtant auteur d’une bonne saison, les coéquipiers de Kirk Cousins se sont heurtés à un mur rouge. Ils n’ont même pas dépassé les 150 yards en attaque sur l’ensemble du match. Sobre offensivement, Jimmy G et son attaque ont contrôlé pour s’imposer (27-10).

Aaron Rodgers broyé par la défense des 49ers (credit photo: Bleacher Report)

Ce sont ensuite les Packers d’Aaron Rodgers qui ont mordu la poussière du Levi’s Stadium. Les joueurs de Green Bay ont pu constater quelles étaient les forces de cette équipe: un jeu de course inarrêtable (220 yds et 4 TD pour Raheem Mostert!) et une défense infranchissable qui n’a autorisé aucun point aux Packers en première mi-temps. San Francisco s’impose facilement (37-20) dans cette finale de conférence à sens unique. Victoire synonyme de qualification au Superbowl. Sept ans après l’épopée de Colin Kaepernick!

 

 

MVP: le jeu au sol, un monstre à trois têtes

Les 49ers n’ont pas un mais trois coureurs capables de faire la différence. (credit photo: East Bay Time)

C’est clairement sur ce secteur de jeu que les 49ers ont le plus progressé. Correct la saison dernière (13ème ; 118 yds), ce jeu au sol est devenu un des plus redoutables de la ligue (2ème ; 144 yds). Contrairement à d’autres équipes, ce jeu au sol ne s’appuie pas sur une seule star mais bien sur un collectif. Trois joueurs ont dépassé les 500 yards cette saison.

Titulaire indiscutable la saison passée, Matt Breida a été rejoint par Tevin Coleman à l’intersaison. Le transfuge d’Atlanta s’est très vite adapté au jeu des 49ers. Après plusieurs bon match, il a signé un triplé et un match à plus de 100 yards contre les Panthers (51-13). Au cours de la saison, les performances de Matt Breida ont décliné et on a vu apparaitre Raheem Mostert, une des surprises de la saison NFL! Le coureur non-drafté en 2015 a explosé cette année. Il finit la saison avec les meilleures statistiques: 772 yards (contre 261 la saison passée) et 8 touchodwns dont 7 sur les six derniers matchs. Evidemment ces performances ne seraient pas possible sans l’excellent travail de la ligne offensive de San Francisco qui a ouvert des brèches immenses toute la saison à ses trois running-backs.

En playoffs, le jeu au sol a pris une place encore plus importante dans le jeu des 49ers (235 yds/match) avec toujours cette diversité qui fait sa force. Contre les Vikings c’est Tevin Coleman qui s’est illustré (105 yds ; 2 TD). Il s’est ensuite effacé pour laisser Raheem Mostert signer une des plus grosses performances de l’histoire des playoffs contre les Packers (220 yds ; 4 TD). Qui sait si Matt Breida ne sera pas le héros du Superbowl?

 

 

Facteur X: Nick Bosa a déjà tout d’un grand

Avec le jeu au sol, la défense est l’autre point fort de cette équipe. Secteur très défaillant la saison dernière (27 pts/match), la défense de San Francisco est devenue en l’espace d’une saison une des meilleures de la ligue avec seulement 19 points encaissés. Coaché par l’excellent Robert Saleh, cette défense s’appuie sur pléthore de talent à défaut de superstar.

La superstar, si il y en avait une, ça serait lui. Même si il n’est que rookie, Nick Bosa est le visage de cette défense, celui qui symbolise les progrès de l’arrière garde des 49ers. Choisi en deuxième position lors de la dernière draft, il a fait une entrée fracassante dans la grande ligue. Avec neuf sacks, il est un des éléments du terrifiant “pass rush” des 49ers. Leur arme secrète pour freiner Patrick Mahomes!

En plus de ses grosses performances défensives, Nick Bosa a convaincu les fans des 49ers (et ceux de toute la NFL) grâce à ses talents de showman. Son planté de drapeau (les suites d’une une vieille querelle universitaire) devant Baker Mayfield restera un des moments phares de la saison!

Moribonds la saison passée, les 49ers se sont appuyés sur le jeu au sol et la défense pour redresser la barre. Grâce également à une saison pleine et sans blessure de leur quarterback Jimmy Garoppolo, ils sont passés de l’ombre à la lumière en seulement un an. Forts de cette superbe saison régulière, ils ont ensuite écrasé leurs adversaires en playoffs pour atteindre le Superbowl, une première depuis la saison 2012!

Sport en directMercato Football

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here