Jeux olympiques

JO – Natation : un titre et un record du monde pour Caeleb Dressel

Caeleb Dressel

Caeleb Dressel continue sa ruée vers l’or, un doublé pour Kaylee McKeown et des Français qualifiés pour les finales du 50 m nage libre, retour sur ce qu’il s’est passé cette nuit dans les bassins tokyoïtes.

Troisième médaille d’or et record du monde pour Caeleb Dressel

La moisson continue pour Caeleb Dressel. Déjà titré sur 100 m nage libre et 4×100 m nage libre, le Floridien a décroché son troisième titre olympique sur 100 m papillon, et avec la manière ! Double champion du monde en titre et favori, Dressel a survolé la course pour finalement terminer la course en 49.45, améliorant au passage son propre record du monde établi à Gwangju lors des derniers championnats du monde en 2019.

Pour l’accompagner sur le podium, le jeune Hongrois Kristóf Milák s’est classé deuxième (49.68), s’offrant au passage un nouveau record d’Europe et devenant le deuxième meilleur performeur de tous les temps, tandis que le Suisse Noe Ponti (50.74) termine troisième.

Kaylee McKeown reine du dos

Déjà championne olympique du 100 m dos il y a quelques jours, Kaylee McKeown (2:04.68) a doublé la mise en s’offrant cette fois-ci le 200 m dos. Deuxième des derniers championnats du monde sur la distance et troisième l’année précédente lors des Jeux olympiques de la jeunesse à Buenos Aires, l’Australienne a montré qu’à seulement vingt ans, elle était déjà le nouveau visage du sprint dos féminin.

Derrière elle, la Canadienne Kylie Masse (2.05:42) s’offre la médaille d’argent tandis qu’une autre Australienne, Emily Seebohm, s’offre le bronze en 2.06:17.

Katie Ledecky, nageuse la plus titrée des JO en individuel

Chahutée sur 200 et 400 m nage libre, Katie Ledecky (8:12.47) s’est offert son deuxième titre olympique à Tokyo, son sixième en carrière aux Jeux. Favorite mais opposée à son Némésis lors de ces Olympiades, l’Australienne Ariarne Titmus qui l’a battu sur les deux distances citées précédemment, l’Américaine a frappé fort en dominant tout au long de la course. Toujours devant, Ledecky a ainsi sécurisé une nouvelle médaille d’or, faisant d’elle la nageuse la plus titré de l’histoire des Jeux olympiques en individuel. Grandiose.

Grande rivale de l’Américaine, Ariarne Titmus (8:13.83) s’offre finalement la médaille d’argent en battant le record d’Océanie, glanant une troisième médaille pour parachever des JO plus que réussie. La dernière marche du podium est occupée par la surprenante Italienne Simona Quadarella (8:18.35), qui devance de plus d’une seconde le phénomène américain Katie Grimes (8:19.38) pour sécuriser la médaille de bronze.

Manaudou qualifié, Grousset éliminé

Seules demi-finales de cette avant-dernière nuit dans les bassins à Tokyo, les courses qualificatives pour les finales masculines et féminines du 50 m nage libre ont vu plusieurs Français se qualifier. Chez les hommes, Florent Manaudou a confirmé son bon chrono d’hier (deuxième temps des séries derrière Caeleb Dressel) en remportant sa série en 21.53. Signant par la même occasion le meilleur temps de sa saison et passant sous la barre des 21.60 pour la première fois depuis un bon moment, le frère de Laure peut avoir de l’ambition pour la finale de demain. L’autre Français engagé dans ses demi-finales, Maxime Grousset, septième temps de sa série et douzième temps global (21.87), n’a en revanche pas réussi à rentrer en finale. À noter que le meilleur temps a été réalisé par Caeleb Dressel (21.42), seulement trente-cinq minutes après son titre sur 100 m papillon.

Pas de finale également pour Marie Wattel. Dans une série remportée par la Danoise Pernille Blume (24.08), championne olympique à Rio, la Française s’est classée septième en 24.76. Initialement éliminée puis qualifiée après un double forfait, Wattel semblait plutôt satisfaite après sa course, mettant plus l’accent sur l’expérience engrangée que sur son élimination. Pas de finale non-plus pour Mélanie Hénique, la recordman de France bouclant sa longueur en 24.63 malgré un excellent départ. Insuffisant donc pour se classer parmi les huit premières, n’obtenant que le sixième temps de sa série. À noter que l’Australienne Emma McKeon a réalisé le meilleur temps des demi-finales (24.00), améliorant au passage de deux centièmes le record olympique sur la distance qu’elle détenait depuis les séries de cette même compétition.

L’or pour la Grande-Bretagne sur une nouvelle épreuve

Disputé pour la première aux Jeux olympiques, le relais 4×100 m quatre nages mixte a couronné la Grande-Bretagne d’Adam Peaty (brasse), Kathleen Dawson (dos), James Guy (papillon) et Anna Hopkin (crawl). Mal partis et distancés par l’Italie, la Chine et la Russie après le dos et la brasse, les Britanniques ont fondu sur leurs adversaires dans la deuxième partie de course. Supersonique, James Guy a rattrapé le trio de tête sur le papillon et commencé à créer un écart qu’Anna Hopkin a augmenté et conservé sur le dernier relais. Auteure d’une course stratégiquement bien construite, la Grande-Bretagne s’offre également un record du monde en bouclant la course en 3:37.58.

Derrière les nouveaux champions olympiques, la Chine se classe deuxième (3:38.86) et l’Australie troisième (3:38.98) à la faveur notamment d’un bon crawl pour finalement coiffer l’Italie de Federica Pellegrini pour la médaille de bronze. Favoris dans le sillage d’un Caeleb Dressel qui disputait sa troisième course en quelques heures, les USA ont rapidement été distancés et n’ont jamais été dans le coup pour une médaille, terminant finalement cinquième (3:40.58).

Rendez-vous demain pour la dernière journée de natation lors de ces Jeux olympiques de Tokyo, avec au programme cinq finales dont celles du 50 m nage libre hommes et femmes.

Crédit image en une : Reuters / Piroschka Van De Wouw

Écrire un commentaire

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières publications

Remonter au début
Vous n'avez pas la permission de vous inscrire