Foot US

Joe Burrow, explosion en plein envol

Alors qu’il assumait pleinement son statut de premier choix de la draft, le rookie des Bengals s’est blessé au genou et a dû mettre un terme à sa saison prématurément. Retour sur les débuts du quarterback en NFL.

 

La mâchoire serrée et le regard vide, Joe Burrow (1,90 m, 100 kg) quitte la pelouse du FedEx Field sur civière. Si aucun bilan médical n’est encore tombé, le joueur de 23 ans le sait : sa première saison en NFL s’arrête là. Il le confirme quelques minutes plus tard sur Twitter, donnant rendez-vous à ses fans « l’année prochaine ». Le diagnostic révélera finalement une déchirure du ligament croisé antérieur, du ligament latéral interne ainsi que des dégâts structurels au genou gauche.

 

Une année de rookie stoppée net par un plaquage face à Washington en semaine 11 (défaite 20-9). L’ancien de la Louisiana State University (LSU) marquait pourtant le début de saison de son empreinte. Dans une équipe des Bengals en pleine reconstruction, Joe Burrow avait apporté de la maîtrise et de l’assurance pour mener une attaque en perdition ces dernières saisons (26e attaque sur 32 en 2019).

 

Un véritable leader

Champion universitaire et lauréat du Heisman Trophy en 2019, attribué au meilleur joueur de la saison en NCAA, le natif de l’Iowa n’a pas tardé à montrer toute l’étendue de son talent dans la grande ligue. Après une défaite inaugurale face aux Chargers de Justin Herbert (16-13) et 193 yards sans aucun touchdown à la passe, Joe Burrow est monté en puissance dès la deuxième semaine. Face aux Browns, il a signé trois touchdowns et 316 yards dans les airs.

 

Suffisant pour commencer à séduire les fans de Cincinnati malgré la déroute (35-30). « C’est presque comme s’il n’avait pas eu d’adaptation, explique Patrice Redondo, supporter des Bengals et administrateur de Bengals France. C’était plutôt attendu. Joe Burrow n’était pas un potentiel, mais un joueur prêt pour la NFL. Et cela s’est vite ressenti. » Ses performances solides ont permis aux joueurs de Zac Taylor de compter deux victoires et un match nul en dix rencontres disputées par leur nouveau quarterback. L’année dernière, Cincinnati comptait le même nombre de succès à la fin de la saison. Mais surtout, celui qui était surnommé « The Tiger King » par son coach à l’université a su s’imposer comme le patron de l’attaque des Bengals. « Je l’ai trouvé très efficace sur la maturité et le leadership, il s’est approprié l’équipe. Il ne ressemblait pas à un rookie », poursuit Patrice Redondo. Un avis que partage Benjamin Bernard, commentateur de la NFL sur beIN Sports. « Selon moi, Joe Burrow est déjà le leader des Bengals avec Joe Mixon. Il a toutes les qualités pour l’être. » Même s’il n’a pas pu prendre part aux seize matchs de saison régulière, le cadet d’une fratrie de footballeurs a confirmé une grande partie des espoirs placés en lui. « On sent qu’on a un joyau sous les yeux, se réjouit Patrice Redondo. Pas seulement à l’échelle des Bengals, mais à l’échelle de la NFL tout entière. Tout ce qu’on a vu, c’était du très haut calibre. Dans un sens, il était sur les traces d’une saison rookie du calibre d’Andrew Luck, sans la dynamique collective (ndlr : 4374 yards, 23 touchdowns et une qualification en playoffs avec les Colts en 2012). »

Selon Benjamin Bernard, « Joe Burrow est déjà le leader des Bengals avec Joe Mixon. » (Crédits photos : Jason Miller – Getty Images)

 

Trop seul ?

Sans être de la même envergure que celui du 1er choix de la draft 2012, le bilan comptable de Joe Burrow pour sa saison rookie témoigne de son intégration réussie : 2688 yards à la passe pour 13 touchdowns et 5 interceptions, soit une moyenne de 268,8 yards par match, le septième meilleur total en NFL cette saison. Selon Patrice Redondo, ses performances auraient tout de même pu être bonifiées par des coéquipiers d’un meilleur niveau. « En attaque, les références pourraient être Joe Mixon (running back) et AJ Green (receveur). Mais les deux ont plutôt “disparu”. Joe Burrow évolue plutôt bien sous pression. Mais entre une ligne offensive assez faible et la qualité des défenseurs rencontrés, il ne peut pas faire de miracles. » Le quarterback a été sacké à 32 reprises en dix rencontres, le 10e total le plus élevé parmi les joueurs à son poste cette saison. Uniquement à cause d’une protection insuffisante ? « Cincy n’a pas la meilleure ligne offensive de la NFL, c’est un fait, mais ce n’est pas la pire non plus, tempère Benjamin Bernard. Malgré sa belle saison, Joe Burrow doit continuer à apprendre et à progresser, avec des hauts et des bas. Lorsqu’il a affronté les Steelers, avec une escouade défensive exceptionnelle, ce qu’il s’est passé n’était pas franchement une surprise (ndlr : défaite 36-10, 1 touchdown, 7 sacks). »

Joe Burrow a souvent été la proie d’une forte pression adverse, comme ici face aux Steelers. (Crédits photo : Charles LeClaire – USA Today Sports)

 

Après l’adaptation au plus haut niveau, Joe Burrow fait désormais face à un autre défi de grande ampleur : se remettre d’une grave blessure. Le docteur Neal ElAttrache, chargé de l’opération du quarterback, a confié au journaliste Adam Schefter ses espoirs de le revoir sur les terrains dès le début de la saison 2021. Le prodige sera-t-il bien au rendez-vous ? Les supporters des Bengals, eux, l’attendront avec le même engouement.

 

Crédits photo de Une : Patrick McDermott – Getty Images

Écrire un commentaire

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières publications

Remonter au début
Vous n'avez pas la permission de vous inscrire
id ut ultricies vel, leo. nec risus. sit sed adipiscing elit.