Tennis

Qui est Tim van Rijthoven, phénomène de cette saison sur gazon?

Les suiveurs du tennis ont forcément tous entendu parler du Néerlandais Tim van Rijthoven. Auteur d'une saison sur gazon fantastique, le jeune rookie sur le circuit ATP s'est offert le premier titre de sa jeune carrière lors de son second tournoi débuté, sur le gazon de Bois-le-duc, et n'a perdu qu'un seul set lors de ses trois premières rencontres à Wimbledon. Avant de se frotter aux griffes de la tête de série numéro 1 du tournoi, Novak Djokovic, portrait d'un joueur aussi talentueux que méconnu qui aura l'occasion de faire basculer sa carrière dans une autre dimension ce dimanche.

 

L'histoire classique d'un véritable espoir d'abord en proie aux blessures

Celui qui foule un court de tennis pour la première fois à l'âge de 4 ans exprime des qualités très tôt mais enchaîne de très nombreuses blessures. Touché au poignet notamment durant ses jeunes années, la frustration est importante chez le Néerlandais qui ne s'arrête pourtant jamais de travailler en cultivant son espoir de percer un jour au plus haut niveau.

Dès l'âge de 17 ans, Tim van Rijthoven écume le circuit Futures aux Pays-Bas et en Grèce notamment avant de disputer son premier match de Coupe Davis en 2015 face à la Suisse de Roger Federer (défaite face à Laaksonen). Vainqueur de son premier tournoi Futures en Turquie en 2015, le jeune Néerlandais croise le fer avec des joueurs désormais dans le Top 100 comme Tallon Griekspoor ou Félix Auger-Aliassime.

Invité au tournoi de Rotterdam en 2016, sa première expérience est celle de la défaite face au Russe Donskoy malgré un bon match disputé. Son premier match dans un tableau principal ATP sera à Winston Salem en août 2016 où le Néerlandais profite du forfait de Thanasi Kokkinakis pour entrer dans le tableau principal en tant que lucky-loser. Malgré un set remporté face au Tchèque Vesely, Tim van Rijthoven s'incline et débutera six années sans match sur le circuit principal.

A lire aussi : Mahut – Isner, retour sur le match le plus long de l'histoire

Premiers espoirs et longue période sans succès

Son premier succès marquant sera en Coupe Davis face à la Suède en septembre 2016 et une victoire en trois sets face à Mikael Ymer qui lui permet d'avoir une première référence au très haut niveau.

Deux ans plus tard en raison d'une saison 2017 tronquée par une blessure, le Néerlandais revient au plus haut niveau avec un nouveau titre en Futures aux Etats-Unis avant une victoire en Challenger de Rotterdam face à l'Italien Fabbiano.

Après quatre années à écumer le circuit Futures sans aucune réelle performance, il est ensuite très proche de remporter son premier Challenger à Ségovie en 2021, ne s'inclinant qu'en finale face à un joueur également en forme cette saison sur gazon : Benjamin Bonzi. Sa fin d'année 2021 sera malheureusement bien moins heureuse avec quatre défaites sèches pour terminer l'année.

A lire aussi : Wimbledon, calendrier et dates du tournoi

 

2022, l'éclosion

Parti en Australie en début de saison pour disputer les qualifications de l'Open d'Australie, le Néerlandais n'a qu'une seule idée en tête : prendre part aux qualifications de chaque tournoi du Grand Chelem en capitalisant sur sa préparation physique et technique de l'intersaison.

D'abord victorieux face à Kamke en ouverture de sa saison, il s'incline face à Gilles Simon en Challenger à Traralgon avant de filer à Melbourne pour disputer les qualifications de l'Open d'Australie. Vainqueur de l'Argentin Mena (6/4 6/3) au premier tour, le second face à un joueur bien plus expérimenté, Yannick Hanfmann sera trop complexe et il ne cède qu'en deux tie-breaks (6/7 6/7).

De retour en Europe, il atteindra les quarts de finale du Challenger de Quimper en se sortant des qualifications, enregistrant notamment un beau succès face au Tricolore Antoine Hoang en deux manches. Battu par Vasek Pospisil en quarts de finale, le Néerlandais retourne au pays pour préparer sereinement l'ATP 500 de Rotterdam où il bénéficie d'une WC pour disputer les qualifications. Vainqueur de Caruso au premier tour, cela coince une nouvelle fois au moment d'enchaîner avec une défaite en trois sets face à Laaksonen.

Débutant alors un tournée en Italie, Tim van Rijthoven va s'illustrer en atteignant la finale du Challenger de Forli 4 en sortant des qualifications grâce à de beaux succès notamment face à Uchiyama, Schnur, Haase ou Borges, tous aguerris au circuit secondaire. La finale face à Jack Draper tournera en sa défaveur mais le Néerlandais gagne beaucoup de confiance en tout début de saison.

Après une tournée au Mexique décevante et deux défaites au premier tour, le Néerlandais se présente aux qualifications de Roland Garros sur terre battue, surface qu'il n'apprécie pas réellement. Celle-ci va pourtant lui réussir avec un dernier tour atteint et une défaite sur le fil face au Slovaque Gombos (6/7 6/7).

 

Le gazon comme révélation

Rapidement après son échec dans la capitale française, Tim van Rijthoven part préparer le tournoi de s-Hertogenbosch (Bois-le-Duc) où il bénéficiera d'une WC, en disputant le Challenger de Surbiton outre-Manche.

Mis sous pression par un Finlandais puissant, van Rijthoven s'incline d'entrée en qualifications face à Otto Virtanen et se tourne alors rapidement sur son premier tournoi à Bois-le-Duc.

Héritant au premier tour du tableau principal du qualifié Matthew Ebden, spécialiste de gazon, la tâche s'annonce ardue mais le Néerlandais fait preuve d'un sang-froid rare en écartant trois balles de set dans le tie-break de la deuxième manche pour s'imposer 7/6 7/6 en capitalisant sur ce qui fera sa fore sur tout ce tournoi : sa puissance au service et 13 aces pour 76% de points gagnés derrière sa première balle.

Son deuxième tour fait alors office de révélateur. Opposé à l'Américain Taylor Fritz, amateur de gazon et futur vainqueur à Eastbourne une semaine plus tard, le Néerlandais est agressé par un joueur plus mature et expérimenté. Malgré un break d'avance et deux balles de set dans la première manche, le set lui échappe mais ce sera sur sa première balle de set pour revenir à un set partout et sa seconde balle de match que le Néerlandais fera plier l'Américain en lui mettant beaucoup de pression en l'obligeant à servir pour rester dans le match. Le score est sans appel, la remontée est fantastique, Tim van Rijthoven s'offre Taylor Fritz et un quart de finale sur le grand circuit.

Face à Hugo Gaston ensuite, la tâche est différente. Gêné par le Français, il ne perd néanmoins pas la moindre manche et se détache rapidement dans le second set pour l'emporter 7/6 6/4 et défier Félix Auger-Aliassime en demi-finale. Ce match sera certainement l'un des plus beaux de sa semaine avec notamment un tie-break final que le Néerlandais gère de la meilleure des manières pour atteindre la finale d'une semaine qui devient déjà fantastique.

La finale l'oppose à Daniil Medvedev, pas encore propulsé à la première place mondiale mais dauphin de Novak Djokovic qui arrive en grandissime favori pour l'emporter. Il n'en sera rien tant van Rijthoven domine ce match de la tête et des épaules, ne concédant que deux balles de break et s'en procurant dix pour s'imposer sans encombres 6/4 6/1 et conclure de la plus belles des manières une semaine dont il se souviendra à jamais.

Véritable tube de cette saison sur gazon, le Néerlandais est encore invaincu cette année sur la surface. Opposé à Novak Djokovic sur le court central de Wimbledon aujourd'hui, la tâche s'annonce encore plus grande. Mais de quoi est donc capable ce nouvel espoir et symbole de renouveau du tennis néerlandais ? Rendez-vous en troisième rotation ce dimanche pour en avoir la réponse.

Dernières publications

En haut