Foot US

En route pour le Superbowl : Kansas City, la saison de la confirmation

Après la présentation de la saison des 49ers, place à la saison des Chiefs de Kansas City. Si la présence des 49ers au Superbowl est une surprise, celle des Chiefs l’est beaucoup moins. Depuis l’arrivée de Patrick Mahomes au pouvoir, Kansas City possède la plus grosse puissance offensive de la ligue ! Le tout coaché par l’excellent Andy Reid qui rêve d’une première bague après 15 participations aux playoffs.

 

 

Une saison régulière en trois temps

Eliminés en prolongations par les Patriots en finale de conférence la saison dernière, les Chiefs étaient attendus au tournant. Patrick Mahomes allait-il retrouver son niveau de MVP, Andy Reid allait-il digérer cet énième échec ?

 

Les Chiefs fidèles à leurs valeurs

Dès le début, les Chiefs ont rassuré. Ils ont entamé cette saison sur les mêmes bases que la précédente. Très performants en attaque et inquiétants en défense, les coéquipiers de Pat Mahomes enchainent quatre victoires pour débuter la saison. Sur cette série, le tout frais MVP régale avec 10 touchdowns et près de 400 yards/match. Rien ne semble pouvoir arrêter les Chiefs !

Mahomes et les Chiefs ont eu un début de saison un peu poussif (credit photo: Insidehook)

Malgré tout ce bon début de saison est gâché par les blessures. Tyrek Hill est sur le flan dès le 1er match, Mahomes touché à la cheville semble ne pas être à 100%. Pour finir, les coureurs se blessent les uns après les autres. Dans ses conditions les Chiefs perdent à la surprise générale deux matchs consécutifs à domicile. Pour la première fois de sa carrière Mahomes n’arrive pas à franchir les 20 points et Kansas City s’incline contre Indianapolis (19-13). Ce sont ensuite les Texans qui viennent s’imposer (31-24) à Arrow Head. Les Chiefs commencent à douter…

 

Une grosse frayeur

Une saison de football américain (et de sport en général) se joue sur des détails. La saison des Chiefs a bien failli basculer au milieu du mois d’Octobre, dans le froid de Denver. Sur un simple QB Sneak, Pat Mahomes se tord de douleur et semble s’être blessé sérieusement au genou. Une blessure grave synonyme de fin de saison est même envisagée. Cette blessure aurait été une véritable catastrophe pour Kansas City qui ne serait pas sur la route de Miami à l’heure actuelle. Finalement les nouvelles sont vites rassurantes, Patrick Mahomes s’est « seulement » déplacé la rotule. Les ligaments ne sont pas touchés et il ne manquera finalement que deux matchs complets (en plus celui de Denver).

Après s’être imposés facilement contre Denver (30-6), les Chiefs s’inclinent logiquement contre les Packers. Mais même sans Pat Mahomes ils vont réussir à battre les Vikings (26-23). C’est rassurant pour la suite, vu le niveau des Vikings en ce début de saison. Matt Moore assure un bon intérim et il peut notamment compter sur le retour de Tyrek Hill pour l’aider à marquer des points.

Une fin de saison en boulet de canon

Après deux matchs d’absence, Pat Mahomes revient donc aux affaires contre les Titans et ce retour ce solde par une défaite (35-32). Performant en attaque (446 yds ; 3 TD), le quarterback de Kansas City ne semble pas gêné par son genou. Malheureusement la défense retombe dans ses travers et elle se fait rouler dessus par Derrick Henry (188 yds ; 2 TD). Après 10 matchs, les Chiefs ont donc un bilan de (6-4) et les doutes ne sont pas vraiment levés.

Pourtant, cette défaite sera la dernière de la saison régulière pour les Chiefs qui vont enfin dérouler leur football sur la fin de saison. Moins spectaculaire mais plus gestionnaire, Pat Mahomes imprime le tempo en attaque sans se presser. Finis les 40 points par match, les Chiefs se contentent de marquer 25 points. C’est de l’autre côté du terrain que les progrès se font sentir. Grâce à leur recrue Tyrann Mathieu (voir ci-dessous), la défense des Chiefs se met enfin à bien défendre. Sur les six derniers matchs, elle n’encaissera que 11.5 pts/match. Les Broncos et les Bears n’arriveront même pas à dépasser les trois points par match.

 

La victoire à Foxborough

La défense des Chiefs au top permet à Kansas City de s’imposer à Foxborough (credit photo: KSN)

Le fait d’arme de cette fin de saison est évidemment la victoire à New England. Défaits (37-31) en finale de conférence, les joueurs de Kansas City veulent leur revanche et ils ont décidé de changer de stratégie sur ce match. La défense a bien tenu, n’encaissant que 16 points et Mahomes a encore démontré son côté gestionnaire en utilisant beaucoup le jeu de course. Résultat : le quarterback des Chiefs n’a lancé qu’un touchdown pour 283 yards lors de ce match mais son équipe a gagné (23-16). Ce match est vraiment le symbole de la fin de saison des hommes d’Andy Reid.

Grâce à la défaite des Patriots à domicile contre les Dolphins lors de la dernière journée, les Chiefs finissent même avec le 2ème bilan de la conférence AFC (12-4) derrière les Ravens de Baltimore. Tout va bien pour Kansas City à l’approche des playoffs.

 

 

Des playoffs électriques

La belle saison régulière des Chiefs a bien failli être gâché en un seul quart-temps… Multipliant les erreurs grossières (fumble, punt bloqué…), les joueurs de Kansas City sont rapidement menés (24-0) par les Texans de Houston. C’est le moment choisi par Pat Mahomes pour se réveiller et sortir un des ses meilleurs matchs en carrière. Le quarterback finit le match avec 321 yards et 5 touchdowns et Travis Kelce cumlule 134 yards et 3 touchdowns. Les Chiefs finissent par exploser les Texans (51-31) donc plus de peur que de mal !

Bizarrement le scénario est un peu le même lors de la finale de conférence. Une défense qui a du mal à arrêter l’attaque menée par Ryan Tannehill, une attaque qui a du mal à se mettre en route et les Chiefs sont à nouveau menés de 10 points. Encore une fois, c’est Pat Mahomes qui prend les choses en main pour enchainer les drives (ou les courses) victorieux. Kansas City s’impose finalement (35-24). C’est la première fois depuis 50 ans que les Chiefs vont disputer un Superbowl.

Même si la défense a montré quelques faiblesses, l’attaque a une nouvelle fois prouvée qu’elle pouvait exploser n’importe quelle défense et en très peu de temps.

 

Le MVP : Patrick Mahomes évidemment

Difficile de réussir une belle saison en NFL sans un très bon quarterback. A ce niveau-là, les Chiefs ont ce qui se fait de mieux. Elu MVP dès sa première saison complète, cette saison était la saison de la confirmation pour Patrick Mahomes. Avec des défenses qui ont eu tout le temps d’étudier son jeu, on savait que les choses allaient se compliquer pour le quarterback des Chiefs. Il a répondu avec brio. Si ses stats sont moins flamboyantes que la saison passée, il est quand même à la tête d’une des attaques le plus excitantes de la ligue. Avec 28.2 pts/match, l’attaque de Kansas City est la 5ème plus prolifique en NFL et sa force est clairement le jeu aérien.

Malgré quelques soucis avec sa cheville et une blessure au genou, il finit la saison avec 4000 yards à la passe (10ème), 26 touchdowns (8ème) et seulement 5 interceptions ! Après une très bonne saison régulière, Pat Mahomes a prouvé lors des playoffs qu’il était bien un joueur à part et qu’il était là pour longtemps ! En deux matchs, il a cumulé 615 yards, 8 touchdowns et aucune interception. Les 49ers sont prévenus, Mahomes est chaud.

Mahomes et son armée de receveurs (credit photo: ChatSports)

Evidemment tout quarterback doit une partie de son succès à son armée de receveur. Que ce soit les dragsters Hill ou Hardmann, Travis Kelce le tight-end à plus de 1000 yards en réception ou encore Sammy Watkins, les cibles sont illimitées pour Pat Mahomes. Sur l’ensemble de la saison, ce sont cinq receveurs qui ont dépassé les 400 yards.

Quand on allie la précision et la mobilité de ce quartebrack avec autant de cibles de qualité, on a forcément une attaque difficile (voir impossible) à arrêter !

 

 

Le facteur X : Tyrann Mathieu, le Honey Badger n’a peur de rien

Il n’est évidemment pas le seul responsable mais si la défense des Chiefs est passée de la 24ème place en 2018 (26.3 pts/match) à la 7ème place (19.3 pts/match), elle le doit en partie à Tyrann Mathieu. Recrue phare de l’intersaison, l’ancien safety des Texans et des Cardinals s’est très rapidement intégré à cette défense. Son duo avec le rookie Juan Thornhill a permis à cette équipe d’avoir un backfield défensif beaucoup plus solide que l’an passé ! Toujours en difficulté sur le jeu au sol, Kansas City est devenu très solide sur le jeu aérien. La défense est passée de la 31ème place à la 8ème place dans ce domaine en seulement une saison. L’effet Mathieu !

Plus que ses qualités footballistiques, l’ancien safety de LSU impressionne par son mental à toute épreuve. Un mental qui lui a valu son surnom de Honey Badger. Véritable pile électrique, il est déjà un des patrons de la défense. Son match contre les Titans en finale de conférence est un modèle d’engagement. Une motivation contagieuse qui a semblé déteindre sur ses coéquipiers au fil du match.

Leader de son équipe aux nombres d’interceptions et de passes déviées sur la saison, il a également réalisé deux sacks et il est un des meilleurs plaqueurs de son équipe. Difficile de faire mieux comme intégration. Avec Tyrann Mathieu, les Chiefs ont, peut-être, trouvé la pièce manquante du puzzle.

  

 

Défaits la saison passée en finale de conférence, les Chiefs étaient attendus comme un des favoris pour le titre. S’ils ont eu un peu de mal à démarrer leur saison, notamment à cause de la blessure de Patrick Mahomes, ils ont fini très fort ! Ils ont ensuite marché sur leurs adversaires en playoffs avec 86 points inscrits en deux matchs. Pat Mahomes et Andy Reid vont donc disputer leur premier Superbowl ensemble et peut-être pas le dernier !

Écrire un commentaire

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières publications

Remonter au début
Vous n'avez pas la permission de vous inscrire
commodo Aenean sem, neque. fringilla massa at leo. facilisis commodo eleifend