Foot US

Top/Flop NFL (J6): Le sacre de King Derrick Henry

Au programme cette semaine en NFL: Derrick Henry roi de la NFL, un kicker à l’honneur, Aaron Rodgers humilié par Tom Brady et un rookie qui décolle.

 

Top 3: Derrick Henry est un bulldozer

Derrick Henry (RB ; Tennessee Titans): 212 yds ; 2 TD à la course + 52 yds à la réception

Si Aaron Jones ou Dalvin Cook ont effectué  un bon début de saison, le roi des coureurs s’appelle bien Derrick Henry ! Contre les Texans, le coureur des Titans a rappelé qu’il méritait bien son surnom de King Henry.

Alors que son équipe était menée et en difficulté, il a sorti une course de mammouth dans son style caractéristique. 94 yards pour redonner l’avantage à son équipe. Mais c’est en prolongation que le roi Henry a assené le coup de grâce aux Texans, qui ont pourtant eu le mérite de s’accrocher jusqu’au bout. Une réception suivie d’une nouvelle course surpuissante de 52 yards pour amener son équipe en red-zone. C’est évidemment lui qui finira le travail avec une course en force de 5 yards sur une formation wildcat. (42-36) au tableau d’affichage et 212 yards au sol pour le bulldozer de Nashville !

Hors quarterback, Derrick Henry est actuellement le joueur le plus décisif de la ligue, et ce n’est pas pour rien que les Titans font partie des trois équipes encore invaincues avec cinq victoires en cinq matchs.

Brandon McManus (Kicker ; Denver Broncos) : 6/6 Field Goal

C’est assez rare pour être souligné ! Brandon McManus a inscrit tous les points de son équipe et cette dernière a remporté son match. L’exploit est encore plus remarquable, quand on sait que ce match avait lieu chez les Patriots, à Foxborough, terrain où les Broncos ne s’étaient pas imposés depuis 2006. Il aura donc fallu un sans faute du kicker de Denver pour mettre fin à 14 ans de disette.

Si l’attaque de Denver enregistrait le retour de Drew Lock, elle a été incapable de franchir la end-zone (voir la red-zone) des Patriots. Mais peu importe car Brandon McManus était dans un grand soir. Sur ses six coups de pieds, deux était au-delà de 50 yards et deux au-delà de 40 yards. Un vrai exploit au regard du niveau actuel des kickers en NFL. Dans un match très serré, les Broncos s’imposent (18-12) et pour une fois, le héros du match est un kicker.

Julio Jones (WR ; Atlanta Falcons): 137 yds ; 2 TD

Si Derrick Henry est le roi du sol, Julio Jones lui domine les airs depuis maintenant des années. Six saisons à plus de 1300 yards, rien que ça ! Il n’est donc pas étonnant que son mauvais début de saison (gâché par une blessure) soit synonyme de mauvais début de saison pour les Falcons (5 défaites en 5 matchs).

Contre Minnesota, Julio Jones s’est réveillé. Il a enfin marqué et son équipe a gagné ! Avec 137 yards et 2 touchdowns, il a explosé la défense des Vikings qui a encaissé 40 points ! Après le départ de Dan Quinn, les Falcons renouent enfin avec le succès et ils ont retrouvé un grand Julio Jones.

Mention spéciale: Deshaun Watson, Matt Ryan, Kenyan Drake

 

Flop 3: Aaron Rodgers, un pick-6 qui change tout !

Aaron Rodgers (QB ; Green Bay Packers): 160 yds ; 0 TD ; 2 Int

Tout allait bien pour Green Bay et Aaron Rodgers qui menaient tranquillement 10-0 sur le terrain de Tampa Bay. Le quarterback des Packers avait une nouvelle fois la balle en main et il pouvait continuer son incroyable série de 156 passes sans interception. Mais en un instant, le match a basculé !

Pour la première fois de la saison, Aaron Rodgers était intercepté: pick-6 pour les Buccaneers. Sur la possession suivante, nouvelle interception. Cette fois la défense de Tampa s’arrêtera à quelques yards de l’en-but mais il ne suffira que d’un jeu à Tom Brady pour envoyer Ronald Jones en end-zone. Suite à ces deux coups durs Aaron Rodgers ne va plus mettre un pied devant l’autre dans ce match. Plus aucun point ne sera marqué par Green Bay qui subit une lourde défaite (38-10) contre Tom Brady et son équipe. Les Packers ne sont donc plus invaincus et tout est parti de cette interception qui semblait pourtant anodine…

Ezekiel Elliott (RB ; Dallas Cowboys): 49 yds ; 0 TD ; 2 fumbles

Après la blessure de Dak Prescott pour le reste de la saison, Zeke Elliott devenait automatiquement le leader de l’attaque des Cowboys. Apparemment la pression était trop dure à supporter pour le coureur texan…

S’il a été incapable de faire avancer son équipe avec seulement 49 yards en 12 courses, il a surtout commis deux grosses erreurs qui ont couté très cher à son équipe. Deux fumbles qui ont à chaque fois mis les Cardinals en très bonne position pour marquer. Deux fumbles en début de match, synonyme de 14 points pour les coéquipiers de Kyler Murray. Menés (14-0) les Cowboys ne se relèveront pas et ils encaissent une nouvelle déculottée du côté de l’Arizona (38-10). Le début de saison est plus que difficile pour Zeke Elliott et Dallas. L’équipe texane enchaine les défaites (2-4), a perdu son quarterback et son coureur star n’avance plus !

Jerry Jeudy (WR ; Denver Broncos): 32 yds ; 0 TD

Entre Justin Jefferson, Chase Claypool, CeeDee Lamb ou encore Brandon Aiyuk et Tee Higgins, les receveurs rookies crèvent l’écran cette année. Pourtant, celui qui devait mener cette génération dorée est en difficulté… Ciblé cinq fois par son quarterback, Jerry Jeudy n’a capté que deux ballons pour 32 petits yards. C’était la défense des Patriots en face mais même le tight-end rookie, Albert Okwuegbunam, a fait mieux sur ce match !

Certes les Broncos ont gagné ce match mais ils doivent plus la victoire à leur kicker et à leur défense qu’à leur jeune receveur une nouvelle fois dans le dur. En cinq matchs, Jerry Jeudy n’a jamais dépassé les 62 yards et il n’a inscrit qu’un seul touchdown. Insuffisant !

Ce n’est pas le début de carrière espéré pour Jerry Jeudy (crédit photo: Isaiah Downing)

Mention spéciale: Aaron Jones, Baker Mayfield, Cam Newton

 

Défenseur de la semaine: Devin White éteint les Aaron

Devin White (LB ; Tampa Bay Buccaneers): 10 plaquages ; 1 sack

Un sack pour détruire Aaron Rodgers et dix plaquages pour réduire Aaron Jones et le jeu au sol (pourtant performant) des Packers en bouillie. Voilà comment résumer le match de Devin White. Résultat: moins de 100 yards pour le jeu au sol et seulement 15 yards pour Aaron Jones qui faisait pourtant partie des joueurs en forme de ce début de saison. Les Packers finissent le match avec dix petit points, eux qui tournaient à 38 points de moyenne depuis le début de la saison.

On redoutait l’attaque des Buccaneers mais c’est finalement la défense qui pourrait bien être l’atout majeur de cette équipe ! Et même si ce n’est que sa deuxième année dans la ligue, l’ancien linebacker de LSU semble déjà être un taulier de cette défense. Il méritait bien un cinquième choix de draft !

Mention spéciale:Budda Baker, Michael Ojemudia, Tae Crowder

 

Rookie de la semaine: D’Andre Swift s’envole

D’Andre Swift (RB ; Detroit Lions): 116 yds ; 2 TD

Jusqu’ici, le seul fait d’arme de D’Andre Swift restait ce ballon relâché dans la end-zone lors de la première journée. Un loupé qui avait couté la victoire à son équipe contre Chicago. Depuis, l’ancien running-back de Georgia avait un peu disparu des radars. Il a rappelé dimanche qu’il valait bien une sélection au second tour de la draft.

Contre Jacksonville, il a signé son premier match à plus de 100 yards et surtout deux touchdowns, dont un spectaculaire avec un décollage au dessus de la défense adverse. Son apprentissage au côté de la légende Adrian Peterson continue et cela semble enfin porter ses fruits ! Grâce à son jeune running-back, Detroit s’impose facilement (34-16) contre de faibles Jaguars.

Décollage immédiat pour D’Andre Swift ! (crédit photo: Daily Press)

Mention spéciale: Justin Jefferson, Jonathan Taylor, Clyde Edwards-Helaire

 

La surprise de la semaine: Trey Burton au secours de Philip Rivers

Trey Burton (TE ; Indianapolis Colts): 58 yds ; 1 TD à la réception + 1 yds ; 1 TD à la course

Alors que les Colts étaient très mal embarqués (21-0 pour les Bengals), c’est un joueur peu connu qui a sonné la révolte. Arrivé à l’intersaison de Chicago, Trey Burton n’avait que très peu joué depuis le début de la saison (7 réceptions et 49 yards). En quelques jeux, il a complètement relancé son équipe.

Il a d’abord capté une passe de 15 yards pour faire enfin avancer l’attaque d’Indianapolis. C’est également lui qui finira ce premier drive victorieux sur une course d’un yard tout en puissance après une belle feinte avec Jonathan Taylor. Quelques minutes plus tard, il captera une nouvelle fois une passe de Philip Rivers pour permettre à son équipe de revenir à 10 points des Bengals. S’il a été plus discret par la suite, le comeback a été amorcé et les Colts finiront par s’imposer (31-27).

Mention spéciale: Anthony Firkser, Keelan Cole, Christian Kirk

Écrire un commentaire

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières publications

Remonter au début
Vous n'avez pas la permission de vous inscrire
Donec dolor. felis mattis libero. mattis consequat. Lorem