Basketball

De Killian Hayes à Nico Mannion, retour sur une draft NBA à l’accent international

La draft NBA 2020 n’a pas dérogé à la règle. Depuis plusieurs années, presque 25% des joueurs draftés ne sont pas américains et encore une fois beaucoup de joueurs internationaux ont donc été sélectionnés par les franchises NBA. Au total, treize joueurs étrangers ont vu leur nom être appelé lors de cette draft. De Killian Hayes à Nico Mannion, retour sur ces nouveaux visages de la NBA.

 

Une NBA toujours plus internationale

Treize joueurs internationaux ont donc été draftés en 2020, et ils viendront garnir le toujours plus nombreux contingent des joueurs non-américains présents en NBA. Si c’est un joueur de moins que lors de la Draft 2019, cela représente tout de même presque 25% des rookies. Au total, c’est encore une fois plus de cent joueurs internationaux qui débuteront la prochaine saison NBA.

Certains de ces joueurs n’auront peut-être pas le droit à une véritable carrière NBA, mais d’autres devraient avoir leur mot à dire ! Cela devrait être le cas de Killian Hayes et Deni Avdija, tous les deux sélectionnés dans le Top 10. C’est la huitième draft consécutive où deux joueurs internationaux font partie du Top 10. Une nouvelle preuve de l’importance des joueurs étrangers dans la NBA actuelle où six joueurs viennent d’être élus dans les All-NBA Team 2019-2020 !

 

Killian Hayes premier de cordée

Dans beaucoup de mock-draft, Deni Avdija était devenu le favori pour être le premier joueur non-américain à être sélectionné. Cocorico, c’est finalement le français Killian Hayes qui a eu cette honneur. Sélectionné en septième position par les Pistons de Détroit, le meneur tricolore devient ainsi le joueur français drafté le plus haut. Il dépasse d’une place Frank Ntilikina drafté en huitième position par les Knicks en 2017. Dans une équipe jeune (et sans trop d’ambition), Killian Hayes devrait partager le temps de jeu avec Derrick Rose au poste de meneur. Un mentor idéal !

Maledon au deuxième tour, Killian Tillie non-drafté

On continue avec les français de cette draft. Attendu initialement au premier tour, la cote de Theo Maledon a chuté ces derniers mois. L’ancien meneur de jeu de l’ASVEL a donc dû attendre le début du second tour pour entendre son nom. Avec le 34ème choix, ce sont les dirigeants du Thunder qui ont craqué pour le français (sélectionné par Philadelphie, il fait partie du package Al Horford envoyé à OKC contre Danny Green). Chris Paul et Dennis Schroder partis, Theo Maledon devrait donc être le backup de Shai Gilgeous-Alexander. Il pourrait bien avoir du temps de jeu dans une équipe en reconstruction !

Enfin, déception pour le français Killian Tillie. Même s’il a réalisé une carrière universitaire très solide avec Gonzaga, ses nombreux pépins physiques ont semblé jouer contre lui. Non-drafté, il a finalement trouvé une porte d’entrée pour la NBA. Le français va signer un “two-way contract” avec Memphis, un contrat qui nécessite de faire ses preuves rapidement. Dans le cas contraire, la carrière NBA de Killian Tillie pourrait s’arrêter très rapidement.

 

Deni Avdija dans le Top 10

Il était attendu dans le Top 5, l’ailier israélien (d’origine serbe) a finalement été sélectionné en neuvième position par les Wizards de Washington. À seulement dix-neuf ans, Deni Avdija possède déjà une solide expérience avec notamment plusieurs participations à l’Euroleague. Il est le second israélien à être sélectionné au premier tour après Omri Casspi en 2009 (23ème position). C’est évidemment le premier joueur de son pays à intégrer le Top 10!

Israël a été à l’honneur lors de cette draft, puisqu’un deuxième joueur y a été sélectionné. Yam Madar a en effet été choisi en 47ème position par les Boston Celtics. C’est une première pour Israël qui place donc deux joueurs dans une même draft !

 

Le Nigeria également à l’honneur

Depuis quelques années, les joueurs africains ont la cote en NBA, avec notamment Joel Embiid ou Pascal Siakam en tête d’affiche. Lors de cette draft, c’est le Nigeria qui s’est distingué pour le continent africain. Alors que ce pays n’avait placé que deux joueurs au premier tour dans toute son histoire (Josh Okogie et Festus Ezeli), ils en ont placé deux lors du premier tour de la draft 2020 ! Par la même occasion, le Nigeria devient le pays africain le mieux représenté dans l’histoire de la NBA (à égalité avec le Sénégal).

Ce sont donc deux intérieurs qui viennent renforcer les rangs du Nigeria en NBA. Annoncé proche du Top 10, Precious Achiuwa a finalement été drafté en 20ème position par Miami. Il viendra renforcer une équipe qui compte déjà plein de jeunes talents et qui a eu le nez creux pour dénicher de bons rookies les années précédentes. Sélectionné en 27ème position, Udoka Uzubuike débarque à Utah où il sera la nouvelle doublure de Rudy Gobert. À noter également la draft de Jordan Nwora par les Bucks. Né aux États-Unis, l’ancien joueur de Louisville est d’origine nigériane. Il a notamment porté le maillot de l’équipe nationale.

Precious Achiuwa nouveau joueur du Miami Heat. (crédit photo: NBAE via Getty Images)

 

Une fin de premier tour au couleur du monde

Les joueurs serbes ont une longue tradition avec la NBA et Aleksej Pokusevski va donc la perpétuer. Drafté en 17ème position, l’ancien ailier de l’Olympiakos rejoint donc ses six compatriotes qui évoluent déjà en NBA. Il est surtout le joueur serbe drafté le plus haut depuis le bust Darko Milicic (2ème choix en 2002). Quand on sait que des joueurs comme Nikola Jokic ou Bogdan Bogdanovic ont été draftés depuis, cela en dit long sur le potentiel de ce gamin de dix-huit ans !

Bolmaro plus haut que Scola ou Ginobili

Sélectionné en 23ème position par les Knicks (envoyé ensuite à Minnesota), Leandro Bolmaro est devenu le joueur argentin drafté le plus haut de l’histoire ! Il a donc fait mieux que Luis Scola ou la légende Manu Ginobili. Espérons pour lui qu’il est la même carrière.

Le dernier joueur étranger à avoir été sélectionné lors de ce premier tour est l’australien Josh Green. Il rejoint une équipe très internationale puisque Dallas a utilisé son 18ème choix pour le shooteur australien qui évoluait en NCAA la saison dernière.

Jamaïque et République Tchèque sous les projecteurs

Lors du deuxième tour, on a eu droit à la sélection de joueurs dont les pays ne sont pas des grands habitués de la NBA.

Nick Richards a ainsi mis fin à dix ans de disette pour la Jamaïque. Il est le premier joueur jamaïcain à être sélectionné depuis Jerome Jordan en 2010. Choisi en 42ème position, il prendra la direction de la Nouvelle-Orléans.

Pour la République Tchèque, cela faisait huit ans qu’un joueur n’avait pas été drafté. Vit Krejcl succède donc à Thomas Satoransky au palmarès. Tout comme son compatriote (désormais à Chicago), ce sont les Wizards de Washington qui ont craqué pour le tchèque.

Enfin Marko Simonovic devient le deuxième joueur nord-macédonien après Pero Antic à rejoindre la NBA. Il a été sélectionné en 44ème position par les Chicago Bulls.

 

Nico Mannion, au nom du père

C’est la belle histoire de cette draft. Sélectionné en 48ème position par les Warriors, l’italien Nico Mannion marche donc sur les traces de son père. Pace Mannion avait en effet été également sélectionné par Golden State lors de la draft 1983 (43ème position), même s’il n’avait évolué qu’une seule saison en Californie avant d’enchainer les clubs (six au total) sans trop de réussite. Après six ans en NBA, ce joueur américain a finalement terminé sa carrière en Italie.

Nico Mannion essayera donc de faire mieux que son père en s’imposant durablement à Golden State. Il a une belle carte à jouer car derrière Steph Curry, le poste de meneur n’est pas très fourni. Dans tous les cas, débuter sa carrière aux côtés d’un joueur de cette trempe, cela n’a pas de prix !

Nico Mannion aura droit au même début NBA que son père ! (crédit photo: Arizona Daily Star)

Crédit photo couv: Nathaniel S. Butler/AFP

Écrire un commentaire

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières publications

Remonter au début
Vous n'avez pas la permission de vous inscrire
vel, sed elit. ut ut dolor. massa quis quis, accumsan nunc lectus